AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Moonfall – Lorsque deux planètes entrent en collision, deux films luttent pour cohabiter.

Lorsqu’il est question de film catastrophe, le nom de Roland Emmerich revient sans cesse – et pour de bonnes raisons. Le réalisateur nous a offert quelques-uns des films les plus emblématiques et pionniers du genre, d’Independence Day à Le Jour d’après, chacun d’entre eux allant un peu plus loin dans l’absurde que le précédent. Cependant, Moonfall prouve finalement qu’il est possible d’aller « trop loin » dans ce genre de films, en créant un film qui se laisse tellement prendre par sa propre narration alambiquée qu’il en oublie de se rendre passionnant ou divertissant. Il ne manque pas de séquences d’action à grande échelle ou d’immenses réalisations visuelles, mais même celles-ci manquent d’une certaine énergie car elles sont mises de côté au profit de l’exposition ennuyeuse et répétitive du film. 

Moonfall imagine un monde où notre lune est éjectée de son orbite et entre en collision avec la Terre, entraînant dans son sillage une vague d’activités tectoniques et de catastrophes naturelles. Pour tenter d’éviter le désastre et empêcher l’élimination de toute vie sur Terre, la célèbre astronaute Jocinda Fowler (Halle Berry) fait équipe avec son partenaire Brian (Patrick Wilson), publiquement disgracié, et le théoricien local de la théorie du complot K.C. (John Bradley) pour un voyage sur la lune, où tout ce qu’ils ont toujours cru sur notre monde est bouleversé. Et bien que cela puisse sembler être un concept intéressant et excitant pour un blockbuster à gros budget, le film parvient à négliger son potentiel de film catastrophe palpitant, choisissant plutôt de se transformer en un drame familial sous-développé de science-fiction. Personne n’achète de billets pour Moonfall pour s’investir dans les intrigues secondaires faibles et bancales sur les divorces et la garde des enfants, ils achètent des billets pour voir le chaos et l’agitation que le principe apocalyptique du film promet. Mais pour l’essentiel, le film se sert de sa catastrophe centrale comme d’une simple toile de fond pour explorer sans enthousiasme ces personnages et leurs relations sans intérêt. 

Moon, Duncan Jones.

Il n’y a pas de manière plus simple de le dire, mais les personnages de Moonfall ne sont tout simplement pas intéressants. Ils sont pour la plupart unidimensionnels, définis entièrement par leurs capacités et leurs relations entre eux plutôt que par leur personnalité individuelle. La seule exception est le Brian de Patrick Wilson, qui traverse un parcours vers le pardon et l’acceptation de soi tout au long du film, avec des moments de véritable résonance et de sentimentalité, qui constituent une pause bien nécessaire dans l’absurdité de l’intrigue principale. Le K.C. de John Bradley, en revanche, est l’un des personnages les plus frustrants et inutiles que le film ait pu évoquer. Il joue exclusivement le rôle de l' »expert » local, expliquant inutilement l’intrigue au public à chaque étape possible – avec un vocabulaire qui consiste presque entièrement en « regardez par ici ! » et « nous sommes en danger ! ». Non seulement cela détourne la tension réelle du film, mais cela insulte l’intelligence des spectateurs en supposant qu’ils ne sont pas capables de suivre l’histoire de base sans que les personnages leur rappellent ce qui se passe toutes les deux minutes. Même pour un film qui se veut un spectacle d’action sans intérêt, il faut des dialogues captivants et une progression intéressante de l’histoire pour que le public reste scotché à son écran, et Emmerich échoue sur presque tous les plans ici. Moonfall présente des dialogues vraiment discutables, les personnages prononçant souvent des répliques qui vont à l’encontre de leur personnalité et ne semblent pas naturelles. Cela entrave le développement des personnages et nous empêche de nous intéresser ou de nous lier à eux au-delà de la surface.

Gravity x Transformers par le maitre de la catastrophe artificielle.

Si vous avez vu la bande-annonce avant de découvrir Moonfall, vous serez pardonné de penser que le film est une comédie, mais ce n’est pas vraiment le cas. Les personnages s’expriment presque exclusivement par des boutades épuisantes, mais l’histoire elle-même n’adopte pas le même ton comique que les personnages – ce qui fait que ces derniers ne se sentent pas du tout à leur place dans ce récit. Il est évident que le film n’arrive pas à se décider sur le ton qu’il veut adopter, avec des blagues sans fin intercalées dans une histoire qui tente de faire un commentaire sérieux sur la science et la politique modernes. Si Moonfall avait choisi l’une de ces approches et s’y était tenu de manière cohérente, il aurait pu être extrêmement efficace, que ce soit en tant que comédie consciente ou en tant que drame intense et palpitant. En négligeant de le faire, le film laisse ses multiples tons distincts constamment en compétition les uns avec les autres, et aucun d’entre eux ne devient vraiment engageant.

Je ne pense pas que quiconque avait les plus grandes attentes pour Moonfall, mais d’une certaine manière, il a quand même fini par être une grande déception. Et c’est dommage, car sous plusieurs couches de personnages monotones et d’expositions incessantes, il y a le potentiel d’un grand film. En fait, il y a plusieurs films amusants dans Moonfall. Il y a un film catastrophe palpitant, un grand drame familial, et même une satire intelligente sur l’état de la science moderne, mais le film tente d’en faire beaucoup trop, et chacun de ces fils finit par être sous-développé et mal construit. Un échec cuisant pour Emmerich, mais Moonfall prouve que le réalisateur a encore le potentiel pour quelques grands films catastrophe, s’il est prêt à mettre son ambition de côté et à se concentrer sur l’action à grande échelle qui a rendu ses premiers films si accessibles.

Note : 2.5 sur 5.

Moonfall au cinéma le 09 février 2022.

0
0
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

1 Comment

  • Je vous trouve bien généreux sur la notation, la critique en revanche est très juste. Le film ne parvient même pas à être un nanard agréable tans les intrigues sont ennuyantes au possible… Mention spéciale au beau père, vendeur de voiture insupportable, au fils rebel qui a le charisme d’une moule et à l’ex mari de Hale Berry, militaire demeuré. Le film est une succession de clichés, qui prend bien son temps pour placer des produits (bonjour Lexus) et pour caresser le public chinois dans le sens du poil, mais bon sang pourquoi entrecouper des passages hallucinants de bêtise a l’intérieur d’une l’une creuse fabriquée par des aliens, avec l’histoire des crétins restes sur terres ? Que viennent faire certains acteur de talent (bon sang Donald Sutherland) dans ce désastre ? Revoyez les délicieusement crétins Deep Impact, Le Jour d’Apres ou 2012 à la place, mais par pitié, si quelqu’un me lit un jour, ne donnez pas d’argent à cette #!&@e, ne participez pas à ça, vous vous en voudrez. Je m’en veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] JUNG_E – De la grâce près de la crasse

Dès le début, le nouveau film du réalisateur de Dernier train pour...

4
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Mayday – Butler plane

Mayday (ou le bien trouvé Plane en V.O) est le nouveau film...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Retour à Séoul – Découvrir un soi qu’on attend plus

Davy Chou revient avec un portrait intime et imprévisible d’un personnage fictif...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMAMADE IN ASIA

[CRITIQUE] Goodbye ! – Un feu d’artifice (sans couleurs)

Parfois, l’intégration d’une histoire sur le passage à l’âge adulte peut être...