Après les films Fear Street Partie 1 : 1994 et Fear Street Partie 2 : 1978, la trilogie d’horreur de Netflix continue avec Fear Street Partie 3 : 1666, qui ramène les spectateurs aux origines de la malédiction de Sarah Fier sur Shadyside et Sunnyvale. Basés sur les romans Fear Street de R.L. Stine, une série dont les thèmes et les histoires sont plus matures que ceux des livres Chair de poule de l’auteur, les trois films de la trilogie sont réalisés par Leigh Janiak (Honeymoon, Scream). Pour la Partie 3 : 1666, Janiak a coécrit le scénario avec son collaborateur habituel Phil Graziadei et Kate Trefry (Stranger Things). Fear Street Partie 3 : 1666 conclut l’histoire de la trilogie d’horreur dans une conclusion satisfaisante qui est finalement moins un hommage et plus son propre slasher original.

Fear Street Partie 3 : 1666 reprend immédiatement après les événements de 1978, alors que Deena (Kiana Madeira) a réuni la main de Sarah Fier avec le reste de son corps. Ce faisant, Deena apprend ce qui est réellement arrivé à Sarah Fier, et comment elle en est venue à être considérée comme la sorcière qui a maudit Shadyside. Deena apprend que la colonie originelle a été ravagée par le fléau, et que les habitants de la ville ont voulu en faire porter la responsabilité à Sarah, l’accusant d’avoir passé un pacte avec le diable. Cependant, la vérité est loin de l’histoire que Deena a entendue en grandissant et elle apprend la véritable source du mal qui sévit à Shadyside. Forte de ses nouvelles connaissances, Deena entreprend de sauver sa petite amie Sam (Olivia Scott Welch) avec l’aide de son frère Josh (Benjamin Flores Jr.) et de Christine Berman (Gillian Jacobs). Contrairement à 1994 et 1978, qui s’inspiraient des films slasher populaires dans les décennies où ils se déroulaient, Fear Street Partie 3 : 1666 donne l’impression que c’est la première fois que la trilogie combine vraiment ses hommages avec sa propre identité. C’est d’autant plus ironique qu’elle est littéralement divisée en deux, la première partie du film se déroulant en 1666 et la seconde revenant en 1994. Bien qu’il y ait certaines touches d’horreur dont la troisième partie s’est probablement inspirée (The Witch de 2015 étant la plus évidente), son mélange de tropes d’horreur de différentes époques donne au dernier volet de Fear Street une vision plus fraîche et plus originale du genre. Cela ne veut pas dire que Fear Street Partie 3 est complètement différent du reste de la série, puisqu’il inclut toujours toutes les touches que Janiak a insufflées à la trilogie pour la faire sienne, mais c’est l’aboutissement de tout ce qui a précédé, et il est plus fort pour cela.

La première partie : 1994 et la deuxième partie : 1978 étaient des recréations superficielles des films d’horreur de leur époque, reprenant la musique et les conventions des slashers des années 70 et 90. Ces éléments ont ensuite été combinés à une sensibilité moderne qui n’a pas vraiment fonctionné, en grande partie parce que la méchante était une sorcière mystérieuse dont les sbires étaient des personnages ordinaires. Ce n’est qu’à partir de Fear Street Partie 3 : 1666 que les véritables thèmes de la trilogie se mettent en place – à savoir la façon dont les hommes ont persécuté les femmes et dont les riches ont piétiné les pauvres pour continuer à s’enrichir, ce qui donne au troisième film une ligne directrice plus forte. Ces thèmes, associés à la musique des années 90 (lorsque l’histoire revient à cette époque) et à un certain nombre d’éléments effrayants dans les deux périodes, font de Fear Street Partie 3 : 1666 un film divertissant. Comme dans les films précédents de la trilogie, le casting de Fear Street Partie 3 : 1666 est assez solide, et il est amusant de voir les acteurs des deux films précédents réunis pour jouer les personnages de la colonie, même si l’on peut parfois se demander quels personnages plus mineurs sont revenus parce que leurs looks sont si différents. Mais le fait de réunir tous les jeunes acteurs, dont Sadie Sink et Emily Rudd de 1978, ainsi que Julia Rehwald et Fred Hechinger de 1994, donne au film l’impression d’être une conclusion qui fait honneur aux précédents volets. Pourtant, Madeira et Welch sont les piliers de cette trilogie et de ce film et ils travaillent bien dans leurs rôles.

Dans l’ensemble, Fear Street Partie 3 : 1666 est peut-être le plus fort et le plus original de la trilogie, mais il repose entièrement sur tout ce qui a été construit par les deux films précédents. En tant que tel, il ne serait pas recommandé de regarder l’un ou l’autre des films séparément, mais ensemble comme une seule série. Pour sa part, 1666 offre une conclusion satisfaisante à l’histoire de Shadyside et de la malédiction de Sarah Fier, même si l’on a toujours l’impression que la trilogie n’a jamais été à la hauteur de son potentiel. Elle aurait peut-être pu bénéficier de moins d’hommages et de plus de frayeurs authentiques, mais la trilogie dans son ensemble constitue une expérience d’horreur suffisamment amusante. Ceux qui ont regardé les deux premiers épisodes voudront certainement voir le chapitre final, tandis que ceux qui n’ont pas été intrigués par le principe de la série peuvent le sauter. Fear Street Partie 3 : 1666, et la trilogie Fear Street dans son ensemble, est un divertissement d’horreur assez bon et amusant, sans être nécessairement extraordinaire ou mémorable.

Fear Street Partie 3 : 1666 exclusivement sur Netflix.

0
0