STREAMING

[CRITIQUE] Fear Street – Partie 2 : 1978 – Back to 13th Friday 1970

La deuxième partie de l’ambitieuse trilogie d’horreur « Fear Street » de Netflix est présentée une petite semaine après la sortie du premier film. Celui-ci, raisonnablement intitulé Fear Street – Partie 2 : 1978, comble une grande partie des lacunes du premier film et réussit mieux à mêler nostalgie et narration. Dans le même temps, il se heurte toujours à certains des problèmes qui ont fait que le premier volet ressemblait plus à une imitation de film d’horreur qu’à quelque chose ayant ses propres idées et sa propre identité.

Le film commence par un montage de « précédemment dans Fear Street » avant de passer directement en mode suite directe. Reprenant là où 1994 s’est arrêté, Deena (Kiana Madeira) et son petit frère Josh (Benjamin Flores, Jr.) amènent Sam (Olivia Welch), ligoté et apparemment possédé, chez un ermite local nommé Ziggy Berman, joué par Gillian Jacobs. Les enfants pensent que Ziggy a des informations qui peuvent aider à libérer Sam de ce qu’ils pensent être une malédiction de sorcière qui a conduit à la longue et horrible histoire de meurtres de Shadyside. Un Ziggy réticent fait asseoir les enfants, sort un vieux livre en lambeaux qui semble vieux de plusieurs siècles, et commence à raconter à Deena et Josh l’été 1978 (parce que, bien sûr, ils ont le temps pour une histoire de 90 minutes). C’est à cette époque qu’elle est allée au Camp Nightwing, un endroit qui a été mentionné plusieurs fois dans la première partie. Il s’agit essentiellement d’un clone de Crystal Lake rempli de tueurs en série qui se font passer pour des campeurs et des moniteurs. Ziggy commence par un avertissement digne d’un film : « À Shadyside, le passé n’est jamais vraiment passé. » Elle évoque ensuite les événements sanglants qui l’ont laissée dans un tel état de peur et d’isolement.

À partir de là, le réalisateur Leigh Janiak et le nouveau scénariste Zak Olkewicz nous ramènent en juillet 1978, où se déroule la majeure partie du film. Sadie Sink joue le rôle de l’adolescente Ziggy qui préférerait être n’importe où plutôt qu’au Camp Nightwing. Elle est essentiellement une marginale qui a le don de s’attirer des ennuis et dont la seule amie est l’effrayante infirmière du camp (Jordana Spiro). Nous apprenons assez vite qu’elle ne s’entend pas avec sa grande sœur Cindy (Emily Rudd), qui se trouve être l’une des monitrices. Au fil du temps, le film dévoile certains de leurs vieux bagages familiaux, révélant la raison de la tension entre elles. Ce n’est pas vraiment pertinent pour l’histoire principale, mais c’est là et cela ajoute un peu de profondeur au personnage. Il est amusant de constater que Cindy est dépeinte comme une personne guindée et coincée dans la boue, alors qu’en réalité, elle est l’une des rares à avoir du bon sens. C’est clairement évident lorsqu’elle est placée à côté de types tels que les odieux drogués Alice et Arnie (Ryan Simpkins et Sam Brooks), le sportif stupide (Michael Provost), la bombe sexuelle (Jacqi Vene), et ainsi de suite. Parmi les campeurs les plus tolérables, on trouve le petit ami de Cindy (McCabe Slye), un chiot qui porte le nom de Tommy (un des nombreux clins d’œil amusants du Vendredi 13). Et il y a le jeune Nick Goode (Ted Sutherland), le futur shérif de Shadyside qui est joué par Ashley Zukerman dans le premier film.

Tout comme son prédécesseur, 1978 s’appuie sur la musique de l’époque pour nous rappeler constamment que nous sommes dans les années 1970. Neil Diamond, Captain and Tennille, The Runaways, Blue Oyster Cult, Kansas et Foghat ne sont que quelques-uns des artistes présents sur la bande originale du film. Mais les morceaux de rock finissent par céder la place à la partition percutante de Marco Beltrami et Brandon Roberts. Le duo reprend si fidèlement la musique de l’époque des films d’horreur qu’elle peut sembler un peu générique à ceux qui ne sont pas en phase avec ce qu’ils recherchent. Les 30 premières minutes font un bon travail pour mettre en place l’histoire. Il y a un meilleur équilibre dans ces scènes et j’ai été embarqué assez tôt. Comme auparavant, ce film montre les profondeurs de la rivalité entre Shadyside et Sunnyvale tout en creusant enfin les origines de la sorcière Sarah Frier et de la malédiction qui pèse sur Shadyside. Mais avec le temps, le film se transforme lentement en quelque chose de moins intéressant. Il s’enlise dans la seconde moitié, alors que certains personnages se morfondent dans une grotte en analysant les théories sur les sorcières. Et comme dans 1994, lorsqu’il s’agit de personnages adolescents, les réalisateurs travaillent à partir d’un modèle fade et peu flatteur. Seuls quelques-uns méritent d’être encouragés, tandis que d’autres sont ennuyeux ou complètement jetables, sans aucune résonance réelle.

Une chose est sûre, les romans originaux étaient peut-être destinés aux enfants, mais ces deux premiers films ont clairement montré que cette série est loin de l’être. 1978 est très gore. La trilogie a le mérite d’apporter suffisamment d’énergie et d’éléments de mise en place dans son film central pour vous laisser curieux de savoir comment tout cela va se dérouler. Le troisième et dernier film sort la semaine prochaine et se déroule en 1666. Il pourrait s’avérer être le plus difficile des trois, surtout après avoir vu le teaser bizarre à la fin de ce film. Quant à 1978, il réussit à être à la fois nostalgique et inutilement irritant. Au fil du temps, il commence à ressembler à Stranger Things, mais dans un monde de films d’horreur. En l’état, 1978 est fonctionnel : pas terrible et pas aussi bon qu’il aurait pu l’être.

Fear Street – Partie 2 : 1978 exclusivement sur Netflix.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *