Zack Snyder s’est fixé la barre un peu haut dans le domaine du cinéma des morts-vivants avec Dawn of the Dead en 2004. Le remake énergique du classique de George A. Romero a à nouveau rendu les zombies effrayants sans sacrifier le cœur, et toutes ces années plus tard, il a laissé les fans se réjouir de la nouvelle que le cinéaste reviendrait enfin dans le monde des zombies. Même la prémisse, une fonctionnalité de braquage dans un Las Vegas envahi, sonne comme une valeur sûre pour l’excès de zombies sanglants. Alors que Snyder injecte effectivement un spectacle d’action et des éclats de plaisir dans Army of the Dead, ce retour prolongé et tant attendu ne parvient pas à se démarquer des autres films d’horreur qu’il imite fortement.

Snyder se met en route avec une scène d’ouverture palpitante qui voit une arme biologique sortir juste à l’extérieur de Las Vegas. Le générique rose vif de la débauche entre en collision avec le carnage à travers les casinos. Au ralenti, les survivants se rassemblent pour évacuer juste à temps pour que le gouvernement ferme la ville. Vegas a été laissé aux morts pour une période jusqu’à ce que le gouvernement planifie une chute de bombe nucléaire pour résoudre leur problème de zombies pour de bon, juste à temps pour le feu d’artifice du 4 juillet. Bly Tanaka (Hiroyuki Sanada) engage Scott Ward (Dave Bautista), un survivant de Vegas, pour réunir une équipe afin d’infiltrer la ville et récupérer le butin de son coffre du casino avant qu’il ne soit définitivement parti. C’est un film de zombies, cependant, et tout peut mal tourner. Après cette ouverture stellaire, Army of the Dead ralentit et passe un temps excessif à mettre en place le braquage et à constituer l’équipe. Ward enrôle le bras droit Vanderohe (Omari Hardwick), la pilote d’hélicoptère Marianne (Tig Notaro) et l’ancienne amie proche Maria (Ana de la Reguera). Ils se voient attribuer l’homme de main de Bly, Martin (Garret Dillahunt), et le reste, ils embauchent en fonction de leurs compétences. La fille séparée de Scott, Kate (Ella Purnell), se fraye un chemin dans le groupe pour une mission personnelle. Leur guide dans la zone de quarantaine est le coyote Lilly (Nora Arnezeder), qui a une expérience de première main avec l’étrange nouvelle hiérarchie que cette ville de morts-vivants a établie. À une durée de près de deux heures et demie, il faut près d’une heure avant que l’équipe ne s’aventure même à Vegas. Avec une caractérisation superficielle, l’étirement de la configuration peut sembler une corvée.

Une fois à l’intérieur des murs, Snyder et les co-scénaristes Shay Hatten et Joby Harold empruntent à Land of the Dead, Ghosts of Mars et Aliens pour raconter leur histoire de braquage. La plupart du temps, cependant, l’histoire n’est que du tissu conjonctif entre les pièces du décor d’action. Snyder fait plus que livrer sur le gore zombie, d’autant mieux lorsque des effets pratiques sont utilisés. Ce film est, cependant, une lourde affaire de CGI. La voleuse de scène Notaro se fraye un chemin à travers son rôle secondaire de dernière minute, ce qui signifiait qu’elle devait être insérée numériquement dans le film. Notaro s’intègre parfaitement dans certaines scènes mais avec beaucoup moins de succès dans d’autres. Bautista confère à Scott suffisamment de charme pour susciter un intérêt profond, mais aucun des autres personnages humains ne s’en sort aussi bien. La plupart des battements émotionnels surviennent quelques instants avant la mort d’un personnage majeur. D’une part, il est rafraîchissant que personne ne soit en sécurité. D’un autre côté, il est difficile de se soucier de qui vit ou meurt. Curieusement, ce sont les zombies qui gagnent le plus de sympathie. Alpha roi Zeus (Ghosts of Mars de Richard Cetrone) et sa reine (Athena Perample) ont créé un royaume avec la structure. Non seulement ils sont la paire la plus intéressante du film, pour des raisons diverses, mais leur nature animale les rend captivants à regarder. Jetez un tigre zombie et un cheval, et c’est dommage que plus de temps ne soit passé dans ce monde plutôt que sur le set-up.

Le style visuel d’Army of the Dead est aussi inégal que le rythme. Les étirements entre les pièces de jeu d’action peuvent s’affaisser énormément. Malgré une configuration d’horloge comptant, ce manque de temps ne semble jamais poser de problème pour le groupe, à l’exception d’une ou deux mentions de dialogue. Il est trop long et insuffisant. Les décors d’action apportent du plaisir, cependant, c’est dans ces moments-là qu’il est clair que Snyder s’amuse. Le membre de l’équipe Chambers (Samantha Win) canalise Vasquez d’une manière excitante et l’acte final prend vie d’une façon qui vous rappelle enfin que c’était un film de braquage. L’Armée des morts n’atteint pas les hauteurs de Dawn of the Dead, ni ne fait rien de nouveau avec ses concepts et tropes empruntés. Pourtant, de l’or se trouve partout, surtout lorsque le film ne se prend pas trop au sérieux. Tout comme Vegas lui-même, le plaisir ne peut être qu’un pari.

Army of the Dead exclusivement disponible sur Netflix.

1
0