Catégorie : VIVA by VIDEOFUTUR

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Drive My Car – Se guider

Drive My Car évoque par beaucoup d’aspects, l’affranchissement de l’artiste et le dépassement des barrières de la communication, ce qui n’est pas très étonnant lorsque l’on sait que le long-métrage est l’adaptation d’une nouvelle écrite par Murakami.  Le personnage principal, Yusuke est un acteur et metteur en scène marié à une dramaturge, Fukaku.  Suite au décès de sa femme atteinte d’une hémorragie méningée, il tente pour une nouvelle fois de mettre en scène la pièce de Tchekhov « Oncle Vania », tout

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Les Sept Samouraïs (1954) – Le chanbara ultime ?

Akira Kurosawa était un metteur en scène de génie, on le sait. Fervent admirateur du cinéma américain de John Ford comme de l’écriture d’un William Shakespeare, ce n’est pas par hasard qu’il affectionnait tant le genre du chanbara (film de sabre japonais) lui permettant de revisiter ses influences majeures (voir les shakespeariens Ran et Le Château de l’Araignée, la mise en scène de John Ford pour les grands angles et la construction des récits) tout en leur apportant sa touche

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] S.O.S. Fantômes : L’héritage – La question de la succession

” I missed you my friend” A Harold Ramis. Enfant je regardais en boucle les S.O.S. Fantômes, mon père était un grand fan des films et il possédait une superbe édition de chacun de ces deux films. Je connais encore par cœur les répliques et je revois régulièrement ces films. Les films de fantômes sont des œuvres qui viennent toucher personnellement les spectateurs, et cela depuis la création du cinéma. Le genre du fantôme est l’un des tout premiers genres

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] BAC NORD – De l’Assaut à la Fourrière pour Chiens

Après ses trois premiers films, on sentait que le réalisateur et scénariste Cédric Jiménez allait tôt ou tard libérer entièrement son potentiel pour rénover le cinéma français et plus spécifiquement le thriller. Sa direction d’acteurs, son partenariat comme dans ses précédents films avec Audrey Diwan et son désir de faire sortir ses acteurs de leur zone de confort éclatent littéralement sous nos yeux dans son quatrième film Bac Nord. On sent dans chaque plan de son film une réelle intention

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] En attendant Bojangles – Un air de conte de fées

Cette adaptation du best-seller d’Olivier Bourdeaut flirte entre la comédie déjantée et le drame tragique, et tient bon grâce à l’énergie des acteurs impliqués. Bien que réaliste par nature, l’histoire dégage un air de conte de fées rêveur, marqué du signe “français” qui implique des qualités au niveau du décor, de l’esthétique et de la mise en scène. En le regardant, on a l’impression de lire un livre pour enfants, mais il s’agit simplement d’une histoire d’amour avec des traces

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Cursed – Dernier shaman pour zombies

Lorsque le réalisateur du phénoménal Dernier train pour Busan signe le scénario pour un film d’horreur, on profite de la moindre occasion pour le faire connaître. Naturellement, c’est ce que fait ce spin-off d’une série dramatique télévisée, qui vous laisse présager que le niveau de frisson sera aussi élevé que celui du film de 2016. Bien que nous sachions que The Cursed ne sera pas aussi captivant que celui qui a battu des records de fréquentation, il a tout de

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Un pays qui se tient sage – Faire du réel un acte de cinéma.

Truffaut disait du cinéma qu’il était “un mélange parfait de vérité et de spectacle.” Ainsi débutons nous sur un regard, celui du spectateur face à un écran de cinéma, écrasé par les images du réel, et embrassant toutes les problématiques que l’image questionne. Ici, c’est par le regard du mutilé sur cette projection nous confrontant directement à l’objet de sa blessure que commence le documentaire. S’ensuit alors deux vidéos en réponse à la première. L’une prend la défense des forces

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[CQLC] Les Dents de la mer (1975) – Jaws, Steven Spielberg montre les dents

Un bateau flotte sur une étendue bleue. Au loin seul quelques bouées ondulantes viennent rappeler l’existence d’un monde extérieur. Des soudains cris d’oiseaux mais surtout quelques notes de musiques en boucle viennent perforer la torpeur dans laquelle est plongée la scène. Un aileron grisâtre transperce les vagues et fonce vers la coque métallique. Quelques instants plus tard l’étendue bleue salée est devenue rouge sang. Les dents de la mer viennent de frapper à nouveau la paisible Amity Island. La scène que

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Halloween Kills – Nous sommes tous des monstres

Retour politiquement sanglant de Michael Myers dans nos salles de cinéma ! Le peuple en panique ! La mort à nos trousses ! Mélenchon en sueur ! Voilà le vaste programme que nous offre les 105 minutes de ce nouveau volet de la saga. Halloween c’est cette saga au tueur masqué iconique, née dans l’esprit de John Carpenter en 1978. Le film met en scène Michael Myers, surhomme et psychopathe muet, intuable, traquant sans relâche et tuant sans pitié ses

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] 500 mètres sous terre – Le plaisir en surface

Près de dix ans après son précédent long métrage, le film catastrophe à gros budget The Tower (la réponse très tardive de la Corée du Sud à La Tour infernale), le réalisateur Kim Ji-hoon revient au genre avec 500 mètres sous terre, un blockbuster loufoque et super idiot mais indéniablement divertissant. Il n’est pas difficile de deviner que ce film raconte l’histoire d’un énorme trou dans le sol, qui s’ouvre et engloutit tout un complexe d’appartements, le conduisant à 500

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif