Catégorie : CRITIQUE

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Persuasion – Contemporaine éloquence

Persuasion est la dernière œuvre de Jane Austen. Il a été publié six mois après sa mort, et Netflix en a fait son plus récent film. Réalisé par Carrie Cracknell, Persuasion (2022) met en scène Dakota Johnson dans le rôle d’Anne, la fille cadette de la famille Elliot. Depuis treize ans, son père, Sir Walter Elliot (Richard E. Grant), dépense l’argent de la famille pour mener un style de vie somptueux sans se soucier des conséquences de ses actes. Ses

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Tempura – Le conte d’Ohku

Tempura de Ohku Akiko est, comme son film de 2017 Tremble All You Want, le portrait d’une jeune femme solitaire dont la vie intérieure se manifeste à l’écran dans des séquences fantastiques qui rappellent davantage les animes que la comédie romantique traditionnelle. Tremble All You Want était une sorte de comédie musicale sur une femme essayant de choisir entre un béguin passé et un nouvel homme dans sa vie. Tempura est nettement plus sombre que cela, son héros ne sachant

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Don’t Make Me Go – Dramédie itinérante

Un petit road movie réconfortant, une agréable surprise disponible sur Prime Video depuis 15 juillet. Cette critique de Don’t Make Me Go souligne les qualités d’un film qui, tout en racontant une histoire pas particulièrement originale, trouve le moyen de nous étonner et de nous enthousiasmer. Tout cela grâce à un scénario délicat et bien équilibré et grâce aux performances des deux protagonistes de l’histoire, John Cho et la nouvelle actrice Mia Isaac. L’alchimie entre les deux interprètes, ici dans

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Le jour se lève – Social et politique

Considérés comme l’âge d’or du cinéma français, les années 1930 ont vu émerger de nombreux réalisateurs de talent tels que Jean Renoir, Jean Grémillon, Julien Duvivier ou encore Marcel Carné, qui nous intéresse aujourd’hui. Sorti en juin 1939 en France, Le Jour se lève signe la quatrième collaboration entre Carné et Prévert, à qui l’on devait un an auparavant les dialogues du sublime Quais des Brumes dont la réplique “T’as de beaux yeux tu sais” est aujourd’hui inscrite au rang de

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] The Gray Man – Le gris est une couleur morose

Entre vous et moi, à chaque fois qu’on se retrouve c’est souvent pour parler de films dont la qualité ressemble aux gros étrons du tricératops dans Jurassic Park. Du plus récent Massacre à la tronçonneuse à la saga After, j’ai écrit sur plusieurs films marquants du panthéon cinématographique et j’ai comme l’impression d’être le puni de la bande. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, ce que vous allez lire correspond à mon état d’esprit divaguant entre la

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Le Monstre des mers – “Libérez le Kraken !”

Chris Williams a eu un parcours effectivement réussi jusqu’à présent au cinéma. Le réalisateur, qui a été l’un des co-scénaristes du classique Mulan des années 90, est depuis lors attaché à Disney et à son style de narration particulièrement sûr. C’est également la raison pour laquelle, malgré une longue et vaste carrière en tant que scénariste, réalisateur et doubleur au sein du studio, il n’a pas encore connu de phase véritablement cinglante. Et pour cela, une seule raison est significative,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La petite bande – Petit et teigneux mais déjà tout d’un grand

Les films abordant l’enfance ont toujours procuré un immense plaisir. Si l’on prend pour point de départ Les Quatre Cents Coups de Truffaut en 1959, suivi de La Guerre des boutons réalisé par Yves Robert en 1962, et que l’on combine cela avec Les Goonies de Richard Donner en 1985, on obtient un cocktail explosif, jouissif, incroyablement espiègle, irrévérencieux mais surtout émouvant. La Petite Bande éponyme suit un groupe de quatre enfants corses vivant dans un village vallonné près d’une

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Nuit du 12 – Les hommes assassins

Le réalisateur Dominik Moll et le scénariste Gilles Marchand ont fait leur entrée sur la scène avec leur première collaboration, Harry, un ami qui vous veut du bien… Il offraient une solide vitrine à Sergi López dans le rôle de Harry, un vieil ami de Michel (Laurent Lucas), qui rend à ce dernier des services de plus en plus sociopathes. Harry n’était pas grand-chose, mais il suggérait que Moll pouvait raisonnablement être un héritier de la tradition de Chabrol, produisant

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Hurlements – Créer un récit au suspense palpitant

Compte tenu du nombre de films d’horreur des années 1980 qui font la part belle au sang et au gore dès la première image, les rares films qui ne le font pas ne peuvent que se démarquer. Ce qui est drôle, c’est que ces derniers sont ceux que je n’aimais pas quand j’étais enfant. Je me souviens avoir regardé Hurlements de Joe Dante il y a plusieurs années à la télévision et avoir pensé que c’était trop ennuyeux pour avoir

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Minions 2, Il était une fois Gru – Une minuscule illumination

Les minions, ces petits voyous jaunes à l’allure de tic-tac qui parlent en charabia, sont en quelque sorte omniprésents dans la culture pop américaine depuis leur première apparition dans la comédie d’action animée Moi, moche et méchant, sortie en 2010 et produite par Illumination Animation. D’abord relégués au second plan pour des morceaux occasionnels de comédie burlesque, leur popularité s’est avérée si grande qu’en 2015, ces petits êtres ont eu droit à leur propre long métrage, ce qui s’est avéré

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif