[CRITIQUE] Esther 2 : Les Origines – Défaite des gosses

Les scénaristes Alex Mace et David Leslie Johnson-McGoldrick ont donné à leur personnage Leena Klammer, alias Esther Albright, une histoire complète à la fin du film Esther de Jaume Collet-Serra. Victime d’un trouble hormonal rare, l’hypopituitarisme, qui provoque un nanisme proportionnel, la jeune femme de trente-trois ans avait l’air de n’avoir que neuf ans. Cette condition l’empêchait évidemment d’être vue comme une adulte mature et elle l’utilisait donc à son avantage pour la manipulation. Ce qui avait commencé comme un vol, cependant, a fini par dégénérer en meurtre une fois que son désir de coucher avec ses « pères » adoptifs a renforcé le fait que trouver l’amour, bien qu’incontestablement difficile, s’avérait impossible lorsque ses cibles croyaient initialement être son père. Au moins sept personnes sont mortes dans son sillage, à côté des restes brûlés de leurs maisons.

Il s’agit là de l’histoire fascinante et sombre d’une méchante perturbée qui a terrorisé une famille ignorante aux prises avec son propre traumatisme. Suffisant pour justifier un prequel plongeant dans son expérience de l’hypopituitarisme ? Le problème, bien sûr, est que le personnage a été joué par une enfant (Isabelle Fuhrman avait dix ans au moment du tournage). Il y a donc deux options : commencer la production tout de suite avant qu’elle ne soit trop vieille pour jouer le rôle ou refaire le casting. Dark Castle a décidé de ne faire ni l’un ni l’autre. Non seulement ils ont attendu plus de dix ans, mais ils ont également ramené une Fuhrman de 23 ans, ce qui les a obligés à utiliser des doublures. C’est beaucoup d’obstacles à franchir pour développer un film qui a gagné moins de quatre-vingts millions de dollars au box-office. Il faut reconnaître au réalisateur William Brent Bell un certain mérite, car il fait de son mieux pour donner l’impression que Fuhrman est un enfant face à ses collègues, quelles que soient les circonstances. Cependant, même ainsi, Esther 2 : Les Origines n’est pas un film attrayant. Le nombre de coupes nécessaires pour maintenir l’échelle et la poussée tout en veillant à ce que nous voyions le visage d’Esther aussi souvent que possible donne lieu à beaucoup d’actions bancales. Si l’on ajoute à cela le fait que la majeure partie des images semble recouverte de brouillard, la qualité du film tombe au niveau d’un feuilleton. Toute réussite repose donc sur le scénario de David Coggeshall. Comment va-t-il transformer une histoire chronologique déjà établie en quelque chose qui soit digne de notre époque ?

La réponse : l’ignorer. Plutôt que d’utiliser ce que nous connaissons déjà, lui et le duo de Mace et Johnson-McGoldrick décident de laisser un vide à la place. Si le choix de ne pas traiter le temps passé par Esther chez les Sullivan, puisque nous savons déjà comment cela se termine (c’est la famille qui est morte mystérieusement dans un incendie avant qu’elle ne soit adoptée dans Esther), est compréhensible, j’aurais aimé qu’ils fassent en sorte que leur nouvelle intrigue soit un peu plus plausible. Parce qu’Esther n’arrive pas en Amérique en tant que citoyenne russe. Elle arrive en tant que fille américaine riche, disparue depuis quatre ans, de Tricia (Julia Stiles) et Allen Albright (Rossif Sutherland). Indépendamment de la fin de leur histoire commune, c’est un détail suffisamment juteux pour que Soeur Abigail soit au courant. Qui ça intéresse ? Hein ? C’est un film d’horreur stupide avec un rebondissement qui lui donne plus de notoriété qu’il ne le mérite peut-être. Le problème, cependant, c’est qu’Esther était efficace sur ses propres mérites avant que ce rebondissement n’arrive. Le film était sérieux et permettait à Esther d’être une méchante incroyablement effrayante. Il s’agit d’une enfant de neuf ans qui manipule ses frères et sœurs adoptifs pour dissimuler un meurtre, séduit son père adoptif infidèle et tourmente psychologiquement sa mère adoptive pour y parvenir. Le rebondissement ne fait que contextualiser le malaise que nous avons déjà ressenti, quelque chose qui ne peut pas être répété dans Esther 2 : Les Origines puisque nous connaissons la vérité. Il est donc logique de creuser davantage. Utiliser ce chapitre pour nous montrer et nous dire pourquoi Esther est devenue un monstre. Malheureusement, ils ne le font pas non plus.

Esther n’est même pas assez jeune pour que sa psychologie soit différente de celle du film original. Nous sommes en 2007. Leena a trente et un ans au lieu de trente-trois. Elle est prête à faire le saut aux États-Unis pour faire plus de ravages et peut-être trouver quelqu’un qui l’aime pour de vrai et non par désir pédophile. La seule différence que notre connaissance de l’hypopituitarisme apporte est que les réalisateurs peuvent aussi laisser les autres personnages à l’écran le savoir. Et qu’est-ce que cela leur permet ? L’opportunité de remplir leur scénario d’insultes incessantes à l’encontre des handicapés. Quel intérêt narratif si elle est déjà une tueuse ? Rien d’autre que la représentation d’un abus jubilatoire. C’est une chose pour Leena d’être à la fin de l’adolescence, au début de la vingtaine, d’essayer d’être traitée comme une adulte et de se faire jeter à la figure. Cela peut alors la pousser à un point de rupture plutôt que de simplement renforcer la réalité que l’humanité est horrible. Ce choix ferait inévitablement de ce film un autre portrait humanisant du mal et serait donc inutile pour différentes raisons, mais ne pas le faire signifie que personne à l’écran n’est suffisamment récupérable pour se soucier de sa survie jusqu’à la fin. Bell et Coggeshall tentent d’exploiter ce fait avec un rebondissement inattendu, mais la surprise s’estompe rapidement pour ne révéler qu’un scénario générique de type « Espion contre espion ».

Le film ne se situe donc pas assez loin dans le passé et n’est pas peuplé de suffisamment de personnages pour être pertinent. C’est pratiquement le même film, mais inversé d’une manière qui le rend sans importance pour la mythologie d’Esther, malgré l’intrigue initiale. La grande leçon est que les riches blancs peuvent être aussi horribles que les fous meurtriers, comme si le studio pensait avoir commis une erreur en faisant passer les victimes d’Esther pour des riches blancs avec des secrets connus dans le monde entier (alcoolisme et infidélité) et qu’il voulait se racheter en faisant plus gros. Cela suffit-il à compenser la criminalité d’Esther ? Non. Cela lui apprend-il à mieux tromper les futures familles ? Non. (Bien qu’elle apprenne à peindre à la lumière noire.) C’est un film d’horreur vide qui s’appuie sur une franchise reconnaissable.

Note : 1 sur 5.

Esther 2 : Les Origines au cinéma le 17 août 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.