Catégorie : ANALYSE

ANALYSE

[ANALYSE] Koyaanisqatsi – Filmer la transformation (non-)naturelle

Le septième art, comparativement à d’autres expressions artistiques telles que la peinture ou la musique, se présente comme une création relativement récente. Du balbutiement des courts métrages muets de quinze secondes au seuil des années 1900 aux épopées narratives cinématographiques colorées et flamboyantes de notre ère, le cinéma et son art de réalisation ont évolué incessamment. Les documentaires, à l’instar des œuvres narratives, ont subi une transformation considérable, passant des récits simplistes de la vie quotidienne à des narrations cinématographiques

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] La Promesse verte – Dénonciation d’un désastre écologique

Le 19 avril 2023, l’Union européenne secoue la lutte écologique menée par ses citoyens et se dote de sa nouvelle loi interdisant toute vente de produits issus de la déforestation. Pratiquement un an plus tard, Edouard Bergeon replace le désastre écologique au cœur de l’actualité à travers son thriller politique La Promesse verte, dénonçant un écocide ayant des conséquences tant sur l’environnement que sur les droits humains. Piégé entre les quatre murs d’une prison indonésienne, Martin (interprété par Félix Moati)

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Mademoiselle – s’échapper des hommes

À première vue, Mademoiselle pourrait sembler une représentation grossière de la sexualité féminine, empreinte d’odes aux stéréotypes genrés. Cependant, il se révèle être bien plus qu’une simple contradiction des apparences initiales. Inspiré du roman policier victorien de 2002, Fingersmith, de Sarah Waters, lui-même témoignant d’une perspective lesbienne, ce récit offre une réflexion profonde et authentique sur l’identité et la sexualité féminines. Ce qui surprend davantage, c’est la fidélité avec laquelle Park Chan-Wook a su préserver ces thèmes dans son adaptation

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Xavier Legrand – En Père et contre tout

La figure parentale revêt souvent le masque du vilain sur l’écran de cinéma et dans les diverses formes narratives. Qu’il s’agisse de l’incontournable “Je suis ton père” de Star Wars, des tréfonds de haine maternelle dépeints par Xavier Dolan, ou encore du récent et déplorable Argylle où Bryan Cranston incarne un faux géniteur engagé pour surveiller et maintenir à distance le passé du personnage incarné par Bryce Dallas Howard, cette figure maternelle ou paternelle devient régulièrement l’antagoniste central. Dans l’œuvre

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Damien Chazelle – Regards passés

Damien Chazelle est un cinéaste américain, le plus jeune à avoir obtenu l’oscar de la meilleure réalisation, que vous connaissez probablement pour Whiplash, La La Land et dernièrement Babylon. Tout un cinéma que la critique décortique à chaque sortie sous le prisme de la musique, omniprésente dans les thématiques abordées, et sous le prisme de son rapport en tant que jeune réalisateur à l’industrie américaine. Pourtant, il semble qu’une des clefs de lecture de ses films réside dans le regard

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Lolita à l’écran – Quand les adaptations amplifient la perversité

La sortie du tout nouveau Mean Girls, ou en version française, Lolita malgré moi, rappelle à nos esprits un phénomène phare du siècle dernier qui a fini par s’ancrer dans le vocabulaire des années 2000 : Lolita. Aussi problématique qu’il puisse être, le terme Lolita ou encore nymphette, s’est propagé comme la peste dans la bouche de tous, et notamment depuis ses adaptations cinématographiques. Mais comment a-t-on osé faire un film de Lolita ? Auteur issu de l’aristocratie russe, Nabokov conquit le

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Le Cercle des Neiges – Enjeux mouvementés

Le Cercle des Neiges représente la cinquième adaptation du drame du Vol Fuerza Aérea Uruguaya 571 de 1972, une histoire de crash d’avion au cœur de la cordillère des Andes qui revient régulièrement sur nos écrans. Cette intrigue est captivante pour deux raisons principales. D’abord, elle explore la lutte pour la survie en milieu hostile, un thème cher au cinéma. Ensuite, elle soulève un dilemme moral incontournable, lié aux actes de cannibalisme commis par les survivants. Les adaptations précédentes se

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Le Monde après Nous & The Killer – Dosage d’Informations

Le Monde après Nous, la nouvelle production Netflix réalisée par Sam Esmail, narre l’histoire d’une famille qui se retrouve isolée du reste du monde dans un Airbnb. Une nuit, deux individus frappent à leur porte, se présentant comme les propriétaires de la location, et insistent pour y rester, affirmant que la fin du monde est en train de se dérouler. Les vingt-cinq premières minutes du film semblent prometteuses, car elles soulèvent de nombreuses questions. Sont-ils véritablement les propriétaires ? L’apocalypse

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Prix Lumière 2023 – Wim Wenders & Paris, Texas (Festival Lumière 2023)

Ces quelques jours passés au Festival Lumière nous ont permis de nous immerger pleinement dans le cinéma de patrimoine. Créé par Thierry Frémaux en 2009, le prix Lumière récompense un ou une cinéaste pour tout ce qu’il ou elle a pu apporter au septième art, un « Prix Nobel » du cinéma comme certains l’entendent. Une façon de récompenser cette idylle si intime que partage l’artiste avec le cinéma, à travers les œuvres de ce dernier ou de cette dernière. Dans son

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] Hostile & Méandre – une Tuerie

Dans notre entretien avec Mathieu Turi, ce dernier nous a expliqué que ses deux premiers longs-métrages présentent des similitudes, en partie parce qu’il les a écrit simultanément. Ces œuvres partagent manifestement de nombreux points communs qui mettent en lumière la vision du cinéma selon Turi. Alors, suivez-nous dans l’univers hostile de ses créations, plongeons dans les méandres de l’esprit turien. Avant d’analyser ces deux films, faisons un bref récapitulatif : Hostile, le premier, raconte l’histoire d’une survivante évoluant dans un

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif