Auteur : Louan Nivesse

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Mon Ami Robot – Zootopile

Mon Ami Robot, réalisé par le talentueux Pablo Berger, s’inscrit parmi les œuvres innovantes de cette année, offrant une expérience à la fois visuelle et émotionnelle singulière. Dépourvu de dialogues, il déploie une trame narrative captivante, inspirée de la bande dessinée Robot Dreams de Sara Varon, mettant en scène une touchante amitié entre un chien et un robot. Cette création explore avec délicatesse les thèmes poignants de la perte, de la séparation et de l’espoir, dans un univers où les

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Monde après nous – Cerf à rien

Le Monde après nous, adaptation par Sam Esmail du roman encensé de Rumaan Alam, s’inscrit dans la lignée des thrillers apocalyptiques, explorant avec une vigueur particulière l’isolement angoissant, tissant des dynamiques humaines au sein d’un cataclysme imminent. Doté d’une distribution éminente, de prouesses visuelles marquantes et d’une mise en scène ambitieuse, ce film nous transporte au cœur d’un groupe en quête de refuge, ignorant que leur monde touche à sa fin. La direction artistique, ingénieuse, exploite astucieusement l’espace confiné de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Winter Break – Le plus émouvant des cadeaux de Noël

Plonger dans ce grand film qu’est Winter Break d’Alexander Payne s’avère être une expérience délicieuse. Ce film, vibrant d’une nostalgie subtile envers une époque révolue du cinéma, saisit avec brio l’essence des années 70 à travers une esthétique et une narration résolument rétro. Bien au-delà de la simple reconstitution historique, il propose une méditation subtile sur la solitude, la douleur et la redécouverte de soi, orchestrée par une étrange alchimie entre trois âmes égarées durant les vacances de Noël. En

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] R.M.N – Comprendre

Cristian Mungiu, cinéaste roumain, s’impose comme l’un des principaux représentants du style néoréaliste ancré dans une grande partie du cinéma européen d’Art et Essai. Il a acquis une reconnaissance internationale avec son long métrage de 2007, 4 mois, 3 semaines, 2 jours. Ce film a courageusement mis en scène les épreuves que les femmes devaient affronter pour interrompre leur grossesse sous le règne de Nicolae Ceausescu. Dès lors, Mungiu s’est consacré à explorer les fardeaux liés à la confrontation avec

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Kokomo City – du Noir et Du Blanc

Kokomo City, malgré sa durée courte de seulement 73 minutes, se révèle être une œuvre dense et exquise. Le film navigue avec une harmonie envoûtante entre la musicalité de ses cadres, leur monochrome saturé et la réalité crue des thèmes abordés. Avec audace, il évoque la marginalisation subie par les travailleuses du sexe noires et transgenres, offrant ainsi une révérence rarement observée dans le discours politique contemporain. Le documentaire se distingue par sa fusion magistrale entre le documentaire conventionnel et

LIRE LA SUITE »
La rétrospective GREGG ARAKI

[RETROSPECTIVE] White Bird – L’envol

Gregg Araki, s’est démarqué, comme on l’a vu, par une filmographie audacieuse et controversée. Parmi ses chefs-d’œuvre figure White Bird, qui par son exploration singulière de l’univers complexe de l’adolescence, de l’identité en quête d’elle-même et des tourments propres à la jeunesse, se classe parmi les grandes réussites de sa filmographie. À travers une esthétique saisissante et une narration énigmatique, Araki offre une histoire bouleversante où les secrets, les désirs inassouvis et les omissions conduisent à des conséquences tragiques Dès

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Blue Summer – Pas Wong Kar-wai qui veut

Le coming-of-age a depuis longtemps établi son royaume, déployant des récits empreints de touchants universalismes. Ce genre explore les méandres de la transition vers l’âge adulte, les questionnements identitaires et les prémices amoureuses. Néanmoins, malgré sa richesse, il se trouve enclavé dans des pièges et des itérations. C’est dans ce vaste territoire que s’inscrit Blue Summer de Zihan Geng, une œuvre révélant des qualités indéniables, mais peinant à s’affranchir d’un genre saturé de références. Ici, la réalisatrice s’inscrit résolument dans

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Levante – L’évènement brésilien

Levante, signée Lillah Halla, narre avec émotion le périple déchirant de Sofia, une jeune athlète de volleyball brésilienne confrontée à une grossesse non souhaitée, dans un pays où l’IVG demeure interdite. Le film révèle avec une finesse saisissante la solidarité féminine et la résilience collective face aux pressions conservatrices, usant du cadre sportif pour transcender le simple jeu et mettre en lumière un combat bien plus vaste. Sofia, incarnée par la talentueuse Ayomi Domenica Dias, représente l’adolescente Afro-Brésilienne pleine de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Augure – l’essor du cinéma africain

Dans Augure de Baloji, se dessine une étude complexe de l’identité, de la tradition et de la modernité, à travers le parcours de personnages happés par la confrontation entre superstitions anciennes et réalités contemporaines. Cette œuvre belge-congolaise, ancrée dans un réalisme teinté de mysticisme, suit le retour de Koffi (Marc Zinga, à contremploi), étiqueté sorcier, au Congo avec sa fiancée Alice (incarnée par la formidable Lucie Debay), enceinte, dans l’espoir de renouer avec sa famille. À travers leurs péripéties mêlées

LIRE LA SUITE »
La rétrospective GREGG ARAKI

[RETROSPECTIVE] Kaboom – Macron, explosion !

Kaboom incarne le retour aux sources d’Araki, salué par John Waters pour sa virtuosité à revisiter le style provocateur qui caractérisait sa filmographie des années 1990, une période qui a été marquée par des œuvres subversives, ancrées dans une esthétique punk, osant contester les représentations conventionnelles de la sexualité, de la transgression et de la rébellion. Dans ses réalisations antérieures telles que Totally Fucked Up, The Doom Generation et Nowhere, le cinéaste a sondé les marges de la société en

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif