Étiquette : Stacy Martin

La rétrospective LARS VON TRIER

[RETROSPECTIVE] Nymphomaniac – Le beau de la provoc’

Lars von Trier s’est fait un nom dans l’industrie en tant que provocateur, un farceur du plus haut calibre. N’ayant jamais eu peur du tabou, Trier a de nouveau titillé notre imagination tordue avec son gros projet, Nymphomaniac. Nymphomaniac suit l’histoire de Joe (Charlotte Gainsbourg), une sexomane autodiagnostiquée. Prévu à l’origine pour être un seul film, le projet a dû être coupé en deux volumes en raison de son extrême longueur ; chaque volume sert cependant à présenter Joe sous

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] La Vie extraordinaire de Louis Wain – Épuisante diversion du néant

Étant donné la popularité des vidéos de chats et leur tendance à devenir virales sur YouTube (et, bien sûr, à quel point ils sont adorables), il est difficile d’imaginer un monde où ils étaient souvent rejetés comme animaux de compagnie et perçus comme un stigmate. À cet égard, il n’est que logique que Louis Wain (Benedict Cumberbatch, brillant dans certains passages de ce biopic et embarrassant dans d’autres, notamment lorsqu’il est recouvert d’un maquillage vieillissant) soit la force motrice de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Amants – Entre film noir et absence de lumières

Lisa (Stacy Martin) et Simon (Pierre Niney) s’aiment depuis l’enfance mais a la suite d’un drame tragique Simon est obligé de fuir. Des années plus tard alors que Lisa est mariée au richissime Léo (Benoit Magimel), dans l’Océan Indien, Simon refait surface. Triangle amoureux flirtant avec le film noir Amants est le nouveau long-métrage de Nicole Garcia. Un casting alléchant et un synopsis prometteur, demandons-nous que vaut vraiment Amants ? Et surtout tiens t’il toutes ses promesses ? Amants est un film

LIRE LA SUITE »
47ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2021)

[CRITIQUE] La Proie d’une ombre – Émotions et frissons dans une enquête à rebonds

Rebecca Hall incarne une veuve dans La Proie d’une ombre, un film à suspense réalisé par David Bruckner en compétition au 47e Festival du Cinéma Américain de Deauville, qui est atypique et, par conséquent, imprévisible. Cela est indiqué dès le début lorsqu’une mère conflictuelle entre dans sa classe, proclamant que son fils a reçu une note injuste. Il a manqué la date limite pour un projet de fin d’année mais, selon la mère, on lui a dit qu’il pourrait faire

LIRE LA SUITE »
28ᵉ FESTIVAL DE GERARDMER (2021)

[CRITIQUE] Archive – Le brillant film de science-fiction sélectionné au festival de Gerardmer.

Avez-vous déjà dit à un kit ou à un logiciel de « se calmer, de se détendre » ? Dans Archive, George Almore dit à un robot cela et voit qu’elle (oui, «elle») peut choisir de le faire. Il est à plusieurs mois ou années dans un programme de recherche, duquel il doit finalement produire un prototype d’IA viable. Au cours de cette période, il a également pleuré pour sa femme « morte mais pas partie», dont il parle au

LIRE LA SUITE »