Étiquette : Romance

FILMS

[RETROSPECTIVE] Splendeur – Trio gagnant (et amoureux…)

L’œuvre de Gregg Araki s’avère être un terrain propice à une investigation d’envergure, et Splendeur ne saurait faire exception à cette règle, au contraire. Cette comédie polyamoureuse, bien qu’habituellement reléguée aux marges de l’œuvre du cinéaste, se révèle digne d’une exploration minutieuse, tant sur le plan de ses thèmes que de son style, tout en méritant une place distincte au sein de la filmographie du cinéaste. Veronica, incarnée avec brio par Kathleen Robertson, revêt la complexité d’un personnage qui incarne

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Simple comme Sylvain – Compliqué comme Chokri (Festival Lumière 2023)

Simple comme Sylvain, le troisième long-métrage de Monia Chokri, occupe une place singulière dans la filmographie de cette cinéaste canadienne, autrefois reconnue en tant qu’actrice (notamment pour ses rôles dans les films de Xavier Dolan). Par la suite, elle s’est lancée dans la réalisation avec La femme de mon frère, qui a été couronné d’un Prix Coup de cœur à Cannes. Son deuxième film, Babysitter, n’a pas obtenu un accueil aussi enthousiaste de la critique, donc inévitablement, Simple comme Sylvain

LIRE LA SUITE »
FILMS

[CRITIQUE] The Pod Generation – C’est pas ce qu’on Vœuf

Dans ces moments d’apothéose, la dystopie a le pouvoir de nous transporter vers des contrées lointaines, de susciter une introspection sur notre condition humaine et d’éveiller des émotions abyssales en nous. Cependant, à l’occasion, il peut également nous laisser perplexe, déçus, et nourrir notre frustration. Tel est le triste sort du long métrage The Pod Generation, signé par la réalisatrice Sophie Barthes (qui nous avait déjà bien déçu avec son biopic Madame Bovary), qui se dressait fière de son scénario,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Entre les lignes – Titre plus qu’honnête

Lorsque la littérature se voit projetée sur l’immense toile cinématographique, elle suscite naturellement des attentes d’une adaptation éclairée, où les mots se muent en images et où les protagonistes se métamorphosent en chair et en os sous les projecteurs. Toutefois, dans le cas de l’adaptation d’une œuvre littéraire, il est impératif de démontrer une sensibilité artistique exceptionnelle, de respecter scrupuleusement l’essence du texte originel et de démontrer la capacité à transcender le verbe écrit pour capturer la quintessence de l’intrigue.

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Addicted To Romance – Elle est Venue à Lui

Dans son dernier long-métrage, Addicted To Romance, la cinéaste et auteure Rebecca Miller nous offre une œuvre qui oscille entre le burlesque et le tendre, tout en explorant les méandres de l’amour dans une comédie romantique à l’innocence absurde et au sérieux presque enfantin. À la manière des grandes comédies à la Woody Allen, celui-ci dépeint les vies entrelacées de personnages aussi excentriques que touchants, dans une version à deux tiers de la vitesse des classiques du genre. Miller, qui

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Champ des Possibles – La liberté de penser

Le cinéma brésilien s’est toujours illustré par sa capacité à capturer les nuances et les profondeurs de l’expérience humaine, et Le Champ des Possibles réalisé par Aly Muritiba ne fait pas exception à cette règle. À travers une narration habilement divisée en deux parties distinctes, ce film offre une perspective riche et complexe sur les thèmes de l’identité, de la sexualité et de la lutte contre les préjugés. L’ÉVOLUTION Au cœur du long-métrage, l’histoire de Daniel, campé par Antonio Saboia

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Adieu ma Concubine – Les amants de l’opéra

Palme d’or ex-aequo en 1993 (avec La Leçon de Piano), Adieu ma Concubine est une fresque historique réalisée par Chen Kaige (Terre Jaune) se déroulant pendant près de 50 ans, traversant la période d’occupation japonaise ainsi que la Révolution Culturelle. On y suit le parcours de Douzi, jeune garçon recueilli par une troupe de théâtre où il apprendra tout l’Art de l’Opéra de Pékin, et se prendra d’affection pour Shitou, un de ses camarades. Une fois devenus adultes, les deux

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Robots – Amour artificiel

Depuis des siècles, les comédies romantiques ont exploité avec brio le thème des sosies et de la tromperie. De Shakespeare à nos jours, ces intrigues ont évolué pour refléter les préoccupations sociales et politiques de chaque époque. Cependant, avec l’avènement des plateformes de streaming et des avancées technologiques telles que ChatGPT, la notion de présence de star s’est estompée au profit du comique et de la rapidité des gags. Dans ce contexte, le film Robots, réalisé par Anthony Hines et

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Rendez-vous à Tokyo – Des rendez-vous marqués

Tout juste après avoir sorti Remain in Twilight en mai 2021, Daigo Matsui poursuit son penchant pour la nostalgie et son influence sur notre présent avec son dernier film Rendez-vous à Tokyo. L’œuvre du jeune réalisateur vient décortiquer une relation amoureuse et ses fluctuations en sept chapitres. Teruo (Sosuke Ikematsu) et Yo (Sairi Itô), protagonistes de cette valse sentimentale enivrante, formèrent un jeune couple attendrissant avant leur mystérieuse rupture. Une seule et même date retentit sur plusieurs année, le 26

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Les Damnés ne pleurent pas – Une symphonie de vie et d’espoir

Les Damnés ne pleurent pas, réalisé par Fyzal Boulifa, offre une expérience cinématographique puissante et engageante qui explore de manière audacieuse et authentique les différentes facettes de la condition humaine. Avec une narration solide ancrée dans la tradition cinématographique, Boulifa livre un récit captivant qui suscite la réflexion et interpelle le spectateur. Le film aborde des sujets socialement sensibles et brise les tabous, offrant ainsi une représentation réaliste et nuancée de la vie dans un contexte socioculturel complexe. LA DOUCE

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif