Étiquette : Comédie

43ÈME FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D'AMIENS

[RETOUR SUR..] Touki Bouki – Que la fête commence (FIFAM 2023)

Cette année, le FIFAM célèbre le cinquantième anniversaire de Touki Bouki, considéré comme l’un des plus grands films sénégalais de tous les temps, voire le plus grand. Récompensé par le prix de la critique internationale au Festival de Cannes en 1973, ce long-métrage marqua les débuts de Djibril Diop Mambety en tant que réalisateur et le propulsa au rang des plus grands cinéastes mondiaux. Malgré cela, il demeure moins connu à l’échelle internationale que Sembène Ousmane. C’est précisément pour cette

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Babysitter – Misogynie soumise à l’humour

D’emblée, il est aisé de prévoir que le film Babysitter de Monia Chokri débordera d’une énergie vibrante, émaillé de dialogues suscitant parfois des réactions sceptiques. Le protagoniste, Cédric, homme mûr aux penchants sexistes, se retrouve au cœur d’une scène de boxe, accompagné de ses amis, où il affiche un comportement de jugement à l’égard des femmes. Oui, il s’agit de ce type de production cinématographique. Le montage effréné, qui navigue rapidement d’un visage à un autre, mettant l’accent sur les

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Simple comme Sylvain – Compliqué comme Chokri (Festival Lumière 2023)

Simple comme Sylvain, le troisième long-métrage de Monia Chokri, occupe une place singulière dans la filmographie de cette cinéaste canadienne, autrefois reconnue en tant qu’actrice (notamment pour ses rôles dans les films de Xavier Dolan). Par la suite, elle s’est lancée dans la réalisation avec La femme de mon frère, qui a été couronné d’un Prix Coup de cœur à Cannes. Son deuxième film, Babysitter, n’a pas obtenu un accueil aussi enthousiaste de la critique, donc inévitablement, Simple comme Sylvain

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Marchands de Douleur & Les Ordres du Mal – Feignantise

Il est regrettable d’observer que les récentes offrandes de Netflix, à savoir Marchands de Douleur et Les Ordres du Mal, se révèlent être encore des échecs cuisants, dépeignant malheureusement des tendances persistantes inhérentes aux productions diffusées sur la plateforme et les plateformes de streaming en général. Pour commencer, en ce qui concerne Marchands de Douleur, il est manifeste que le film pâtit d’une carence flagrante en matière d’originalité et de profondeur. David Yates, renommé pour sa contribution à la saga

LIRE LA SUITE »
FILMS

[CRITIQUE] voleuses – Charlie’s Sex Appeals

Voleuses, le quatrième film sous la férule experte de Mélanie Laurent, s’inscrit dans la riche tradition du cinéma d’action français tout en puisant aux sources des cinéastes américains tels que Michael Bay (avec qui elle a travaillé) et Robert Rodriguez (particulièrement son Desperado). Cette adaptation de la bande dessinée franco-belge La Grande Odalisque nous comble d’un audacieux mélange où le divertissement populaire se marie harmonieusement à un humour contemporain pétillant, le tout enveloppé de séquences d’action qui séduise suffisamment pour

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[CRITIQUE] Jalouse – Le diable s’habille en Benetton (Festival Lumière 2023)

Dans les couloirs d’un lycée parisien et sous son long manteau bleu, Karin Viard incarne Nathalie Pêcheux. Mère d’une jeune danseuse, divorcée et professeure en khâgne, Nathalie se retrouve au pied de la ménopause. Une étape de sa vie qui compliquera ses relations autant amicales que familiales. Au cours de cette semaine de festival, nous avons pu assister à la projection de Jalouse, dans le cadre de la venue de Karin Viard pour l’occasion, plusieurs projections des films dans lesquels

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Promising Young Woman – ce que veulent les femmes

Pourquoi, de nos jours, les maisons de production hollywoodiennes ne s’engagent-elles pas davantage dans la création de longs-métrages à l’instar de Promising Young Woman d’Emerald Fennell ? Il s’agit de l’œuvre cinématographique susceptible de ravir un large éventail de spectateurs, du simple amateur de cinéma aux cinéphiles les plus avertis. Elle revêt une pertinence particulière en ce qu’elle véhicule un propos percutant. Ce film audacieux et novateur, que l’industrie cinématographique américaine réclame ardemment, incarne une fusion harmonieuse de l’émotion forte,

LIRE LA SUITE »
FILMS

[CRITIQUE] The Pod Generation – C’est pas ce qu’on Vœuf

Dans ces moments d’apothéose, la dystopie a le pouvoir de nous transporter vers des contrées lointaines, de susciter une introspection sur notre condition humaine et d’éveiller des émotions abyssales en nous. Cependant, à l’occasion, il peut également nous laisser perplexe, déçus, et nourrir notre frustration. Tel est le triste sort du long métrage The Pod Generation, signé par la réalisatrice Sophie Barthes (qui nous avait déjà bien déçu avec son biopic Madame Bovary), qui se dressait fière de son scénario,

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Syndrome des Amours Passées – Sex Redirection

Indubitablement, Le Syndrome des Amours Passées, réalisé par Ann Sirot et Raphaël Balboni, se profile comme une comédie romantique d’exploration de thèmes atypiques. Néanmoins, en dépit de son caractère novateur, cette nouvelle production des cinéastes à l’origine de l’élogieux Une vie démente engendre un sentiment de déception global. Le récit débute par une prémisse audacieuse, offrant la promesse d’explorer des territoires peu fréquentés. L’idée maîtresse, à savoir la nécessité pour un couple de renouer avec ses anciens amants afin de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[RETOUR SUR] Perfect Days – Un allemand à Tokyo (Festival Lumière 2023)

Cette année, le Festival Lumière met en avant le cinéaste allemand Wim Wenders. Lauréat de nombreux prix, que ce soit le Lion d’or pour L’État des Choses, la Palme d’or pour Paris, Texas, ou même un César pour son documentaire Le Sel de la Terre, le metteur en scène a marqué ses pairs à travers une diversité de créations, que ce soit des fictions, des documentaires, des photos, ou encore des essais. Pour le grand public, il restera le réalisateur

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif