Étiquette : A24

DVD/BLU-RAY/4K

[DVD/BLU-RAY/VOD] Pearl – Bijou d’horreur passionnelle

Ti West n’a pas chômé. Fétichiste d’une certaine frange du cinéma d’horreur, à laquelle il emprunte la moiteur et l’esthétique granuleuse, le bonhomme a tué l’ennui en lançant la production de Pearl juste après avoir achevé le tournage de son dernier long-métrage, X. Ce qui n’était alors que quelques notes échangées avec la comédienne Mia Goth s’est transformé en un préquel surprise, centré sur le personnage terrifiant et mystérieux de Pearl, la vieille femme qui massacrait les jeunes gens venus squatter sa propriété.

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] La Main – La Main justifie les moyens

Après avoir fait sensation au festival de Sundance en 2022 – et après une longue bataille entre distributeurs -, le premier film des frères Philippou débarque dans les salles obscures françaises cet été. Distribué en France par le studio A24 (et surtout SND), réputé ici et là comme un distributeur/studio de production privilégiant la qualité, La Main (Talk to Me) a sur le papier tout pour être un film d’horreur divertissant. Dans celui-ci une bande d’adolescents découvre une mystérieuse main

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Marcel le coquillage (avec ses chaussures) – Coquille vide

Marcel le coquillage (avec ses chaussures) est un film qui tente de captiver le public avec son concept original et mignon. Réalisé par Dean Fleischer-Camp et produit par A24, ce long métrage est basé sur un court métrage de 4 minutes sorti en 2010. Cependant, malgré les attentes suscitées par cette extension narrative, le film ne parvient pas à exploiter pleinement son potentiel. L’une des principales faiblesses du film réside dans le manque de développement de l’intrigue. Malgré le potentiel

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Whale – Le retour de Brendan Fraser !

Le voilà ! The Whale ! Le film qui a valu à Brendan Fraser une ovation de six minutes à Venise ! Il ne s’agit certainement pas d’une surenchère sur sa qualité qui crée des attentes auxquelles aucun film ne pourra jamais répondre ! Sérieusement, j’ai été surpris par l’ampleur du battage médiatique autour de The Whale. Darren Aronofsky étant l’un des cinéastes les plus admirés de ma génération, je me réjouissais à l’idée de voir son dernier film, mais

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Bodies Bodies Bodies – Un whodunit à katana tirer

Un groupe de jeunes gens riches, accros aux réseaux sociaux, se réunit dans un manoir à la campagne pour une “fête de l’ouragan”, au cours de laquelle ils décident de jouer à Bodies Bodies Bodies, un jeu de soirée de type “loup-garou”. Pendant qu’ils jouent, des secrets entre eux commencent à être révélés, et les meurtres commencent pour de bon. Un simple coup d’œil au slasher Bodies Bodies Bodies ne donne pas une bonne impression. Des fêtes douteuses dans des

LIRE LA SUITE »
48ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2022)

[CRITIQUE] X – Massacre à la vibromasseuse

Il est impossible de surestimer l’impact du film de Tobe Hooper, Massacre à la tronçonneuse, sur le genre de l’horreur. Bien que l’on reconnaisse souvent qu’Halloween de John Carpenter a donné le coup d’envoi du sous-genre du “slasher”, c’est en fait le film de Hooper (et Black Christmas de Bob Clark, tous deux sortis le même jour en 1974) qui est à l’origine de plusieurs codes qui seront présents dans les histoires futures, comme la caractérisation d’un tueur en série

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] After Yang – Origines spirituelles

Grâce à son sens plastique inné, les films de Kogonada sont parmi les plus captivants du cinéma actuel. Sa capacité à composer des plans d’environnements et de personnes qui les habitent, magnifiquement conçus et richement élaborés, rend ses films visuellement et singulièrement spéciaux. Ajoutez à cela sa capacité de conteur à explorer des histoires profondément spirituelles qui réfléchissent au sens de la vie, et vous constaterez que regarder un film de Kogonada est une expérience véritablement transcendante. Ce qui est

LIRE LA SUITE »
46ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020)

[CRITIQUE] First Cow – Le Secret de Brokeback Cowtain

“C’est le démarrage qui est le casse-tête”, dit King-Lu (Orion Lee) dans First Cow de Kelly Reichardt. “Pas moyen pour un pauvre homme de commencer. Il faut du capital. Ou il faut une sorte de miracle… Ou un crime.” Nous sommes au début du XIXe siècle, pas si éloigné dans le temps ou dans l’espace du précédent La Dernière Piste (2010) de Reichardt, et King-Lu est un jeune Chinois qui a parcouru le monde et a fini par prospecter l’or

LIRE LA SUITE »
46ᵉ FESTIVAL DE DEAUVILLE (2020)

[CRITIQUE] Minari – Le rêve américain est tendre bien que difficile

L’un des films les plus passionnants et les plus discutés du Festival du film de Deauville de cette année était Minari de Lee Isaac Chung. Le film a remporté deux des plus grands prix à l’international et a reçu de nombreux éloges pour son chef Steven Yeun. Étoile montante, Yeun a suivi The Walking Dead avec plusieurs rôles impressionnants sur grand écran, notamment Burning, acclamé par la critique en 2018. Dans Minari, Yeun, 36 ans, fait équipe avec une superbe

LIRE LA SUITE »