AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] The Whale – Le retour de Brendan Fraser !

Le voilà ! The Whale ! Le film qui a valu à Brendan Fraser une ovation de six minutes à Venise ! Il ne s’agit certainement pas d’une surenchère sur sa qualité qui crée des attentes auxquelles aucun film ne pourra jamais répondre ! Sérieusement, j’ai été surpris par l’ampleur du battage médiatique autour de The Whale. Darren Aronofsky étant l’un des cinéastes les plus admirés de ma génération, je me réjouissais à l’idée de voir son dernier film, mais je me doutais, au départ, qu’un tel engouement ne serait pas justifié… Mais si un film de ce festival devait faire l’objet d’un tel battage, The Whale était probablement le plus justifié. Brendan Fraser incarne Charlie, un professeur sur internet qui souffre d’une obésité morbide handicapante, qui l’empêche de marcher sans béquille et lui donne une insuffisance cardiaque de plus en plus grave. Le film se déroule entièrement dans sa maison pendant une semaine, alors qu’il reçoit la visite répétée de trois personnes : sa meilleure amie et infirmière Liz (Hong Chau), aimante mais épuisée, sa fille Ellie (Sadie Sink), amère et distante, et un fanatique religieux bien intentionné nommé Thomas (Ty Simpkins) qui espère le convertir au Christ. Au fur et à mesure que leurs visites se poursuivent et se croisent, nous en apprenons davantage sur le passé de Charlie, sur ce qui l’a mis dans cet état et sur ce qu’il espère accomplir alors que sa vie semble dangereusement proche de sa fin.

Il est inutile de tourner autour du pot en ce qui concerne l’argument de vente le plus important et le plus médiatisé de The Whale : Brendan Fraser. Chaque seconde qu’il passe à l’écran vous fait craquer de plus en plus pour son personnage, notamment grâce à la performance physique de Fraser. Malgré le maquillage et les prothèses, Fraser réussit à faire comprendre à quel point tous les mouvements de Charlie, sauf les plus infimes, sont terrifiants et épuisants. Le simple fait de le voir marcher dans un couloir, en se tenant à peine debout et en luttant visiblement, suffit à vous faire reculer d’angoisse. Qu’il s’agisse de sa faim insatiable, de sa transpiration constante, de sa respiration laborieuse ou de ses crises d’angoisses, la description de ce niveau d’obésité et des problèmes de santé qui en découlent est graphique et constamment difficile à regarder. Vous comprenez toute la douleur qu’il endure rien qu’en le regardant, avant même de connaître son histoire. Le titre The Whale (La baleine) fait référence à la baleine de Moby Dick, qui est le sujet d’une dissertation étudiante que Charlie lit régulièrement. Une baleine qui, comme l’indique le film, est chassée à cause des efforts égoïstes et futiles d’un homme pour se réaliser. Charlie lui-même correspond à ce modèle, car presque tous les membres de son entourage profitent de son état de détérioration pour satisfaire leurs propres désirs qui, pensent-ils, les rendront plus heureux. Même Charlie se maltraite pour atteindre ses objectifs personnels. Tout au long de The Whale, il est très facile de voir qu’il n’accorde pas autant de valeur à sa vie qu’il le devrait, puisqu’il s’excuse constamment alors qu’il n’a rien fait de mal et qu’il refuse constamment des soins médicaux plus performants. Nous finissons par apprendre la très douce mais très déprimante raison pour laquelle il refuse de se faire aider, ce qui a ses propres implications tragiques sur la façon dont il est perçu par les autres et par lui-même… que ce soit intentionnel ou non.

© 2023 PLAION PICTURES

C’est comme si l’état physique de Charlie était une manifestation visuelle de toutes les blessures qu’il a subies, de tout le mal qui lui a été fait par d’autres personnes dans sa vie, et de la déchéance de l’homme qu’il est devenu à cause de son propre chagrin. Il a commis des erreurs évidentes dans le passé, qui révèlent ses profondes imperfections, mais il est difficile de lui en tenir rigueur lorsque l’on voit sa fille le réprimander constamment et le traiter comme un déchet, au point de le maltraiter, ou lorsque Thomas ignore totalement le type de soutien spirituel dont Charlie a vraiment besoin. Mais lorsque l’on en apprend davantage sur ces deux visiteurs, notamment sur leurs origines et sur ce qu’ils ont vécu, on peut au moins comprendre d’où viennent leurs comportements les plus horribles, même si l’on n’est pas du tout d’accord avec eux. Chaque représentation dans The Whale est tragique et inconfortable, et chaque confrontation fait ressortir les côtés les plus sombres de ces personnages ou montre à quel point leur faible humanité se bat pour ne pas être consumée. Thomas, en particulier, est la représentation parfaite de tout le mal qui a été fait à Charlie jusqu’à présent, et qui est largement centré sur les sévices religieux et le traumatisme qui survient lorsque de telles institutions tentent de déchirer l’identité d’une personne au plus profond d’elle-même. Les motivations égoïstes de Thomas reflètent également le type de malhonnêteté émotionnelle et intellectuelle qui irrite de plus en plus Charlie tout au long du film. Il essaie désespérément de conserver le peu de dignité qui lui reste, mais même lui a un point de rupture, et l’hypocrisie qui l’entoure et une véritable compréhension de ce qui est vraiment important dans la vie lui donnent de l’assurance, apportant la lumière et une chance de bonheur dans une accumulation de noirceur. Les dernières minutes de The Whale sont la garantie de provoquer une violente émotion chez presque tous ceux qui les regardent. Les performances, les dernières révélations, le dernier exploit d’un personnage et une représentation visuelle brève mais puissante de ce qui se passe, tout cela vous laisse sur la note la plus dure, la plus bouleversante d’un film qui en est déjà rempli.

Matthew Libatique a toujours été le directeur de la photographie attitré d’Aronofsky, et The Whale continue de montrer pourquoi il est l’un des meilleurs dans le domaine. La maison dans laquelle Charlie passe tout le film est filmée et éclairée comme son purgatoire personnel, enveloppée d’une obscurité sourde qui reflète sa situation dans la vie. Le peu de lumière qui s’infiltre par la porte et les fenêtres, en revanche, est constamment brillante, presque céleste, ce qui signifie qu’il existe un monde plus lumineux au-delà de ce qu’il vit, mais qu’il ne peut ou ne veut pas y entrer. Cela peut paraître étrange, mais ce que je préfère dans The Whale, en dehors de la performance de Fraser, c’est son format. Le film a été tourné en 4:3, ce qui est si brillant en raison de la largeur plus serrée qui fait que le corps de Charlie occupe une plus grande partie du cadre, ce qui renforce notre perception de sa taille et nous rapproche littéralement de sa détresse. Et puisque, comme c’est souvent le cas chez Aronofsky, il n’y a absolument aucune retenue dans la présentation des aspects les plus misérables et les plus marquants de sa vie et de sa condition, tout cela rend The Whale extrêmement difficile à regarder du début à la fin. Alors que le générique de The Whale défilait, et que la partition de Rob Simonsen, gonflée et extrêmement émouvante, annonçait la fin du film, je suis sorti bouleversé de ma découverte. C’est un film qui va lentement vous briser le cœur, commencer à le reconstruire, puis le briser à nouveau, pour finalement le laisser dans un endroit douloureusement doux-amer. Le film vous laisse avec un sentiment de saleté à bien des égards, mais étrangement éclairé à d’autres. Brenden Fraser offre une performance exceptionnelle, mais il n’est qu’un des facteurs qui font de The Whale une expérience brutale, profonde et inoubliable. C’est l’un des meilleurs films de l’année, et une autre entrée phénoménale dans la filmographie de Darren Aronofsky. Il a réalisé plusieurs films qui sont aujourd’hui considérés comme des classiques du cinéma du XXIe siècle. Requiem for a Dream, Black Swan, The Wrestler… et maintenant, j’en suis sûr, The Whale a commencé son chemin pour atteindre ce même statut.

The Whale de Darren Aronofsky, 1h57, avec Brendan Fraser, Sadie Sink, Samantha Morton – Au cinéma le 8 mars 2023.

1
0
6.2
L'avis de la rédaction
Summary

C'est l'un des meilleurs films de l'année, et une autre entrée phénoménale dans la filmographie de Darren Aronofsky. Il a réalisé plusieurs films qui sont aujourd'hui considérés comme des classiques du cinéma du XXIe siècle. Requiem for a Dream, Black Swan, The Wrestler… et maintenant, j'en suis sûr, The Whale a commencé son chemin pour atteindre ce même statut.

  • Louan Nivesse9
  • JACK7
  • William Carlier4
  • Jeremy M9
  • Vincent Pelisse4
  • Etienne P4
Written by
Louan Nivesse

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE/DVD] Les Repentis – Processus de guérison

Les Repentis s’ouvre sur l’assassinat brutal d’un homme politique basque par l’ETA...

2
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Sur les chemins noirs – Dujardin dans le jardin

Nouvelle sortie de la semaine, Sur les Chemins noirs, est le dernier...

1
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Winnie The Pooh : Blood and Honey – Winnie le torchon

Après son annonce, quelque jours après la sortie du minable Arthur :...