Space Jam fête son 25e anniversaire cette année, et une suite du film, en gestation depuis longtemps, est également prévue pour juillet 2021. Cette suite est quelque chose que je n’ai cessé de réclamer étant enfant, car mon amour pour les Looney-Tunes a commencé lorsque j’ai regardé Michael Jordan et la Tune Squad affronter les extraterrestres MonStars.

L’idée d’un film autour de Bugs Bunny et Michael Jordan est née en partie d’une conversation que le producteur Ivan Reitman a eue avec un cadre de Nike. Le duo avait déjà été présenté ensemble dans deux publicités télévisées Nike à succès pour leur ligne de baskets Air Jordan (la chaussure fétiche de Jordan) avant le développement de Space Jam. La première de ces publicités, “Hare Jordan”, a été diffusée lors du Super Bowl XXVI en 1992, et une suite, “Aerospace Jordan”, a été diffusée en 1993 lors du Super Bowl XXVII. Dans “Hare Jordan”, Bugs Bunny, dans une paire animée de baskets Air Jordan Nike, fait équipe avec Michael Jordan dans un match de basket-ball contre des brutes. “Aerospace Jordan” réunit à nouveau Bugs et Jordan pour affronter Marvin le Martien, qui a volé toutes les chaussures Air Jordan du monde, dans un match de basket intergalactique. Les publicités ont suscité un regain d’intérêt du public pour les Looney Tunes, ce dont Warner Bros. a profité pour donner le feu vert à Space Jam. Associer les Looney Tunes et Jordan, une superstar internationale du basket-ball, semblait être pour les dirigeants de Warner une idée à fort potentiel commercial. Reitman et son équipe ont eu l’idée que Jordan aide les Looney Tunes dans un match de basket contre les MonStars, et le projet semblait enfin en marche. La retraite soudaine de Jordan du basket-ball a brièvement compliqué les choses avant qu’elle ne soit inscrite dans le scénario. Ainsi, le film s’est avéré être un récit fictif des événements survenus entre la première retraite de Michael Jordan de la NBA en 1993 et son retour en 1995.

Dans Space Jam, Jordan (qui se représente lui-même) a pris sa retraite du basket-ball et tente maintenant de lancer une carrière dans le base-ball (comme il l’a fait dans la vie réelle avec les Birmingham Barons, une ligue mineure affiliée aux Chicago White Sox en 1994) lorsque les Looney Tunes font appel à lui pour les aider dans un match de basket-ball contre les extraterrestres Nerdlucks. Ces extraterrestres sont employés par M. Swackhammer (dont la voix est interprétée par Danny DeVito) dans un parc d’attractions en déclin (et honnêtement terrifiant) appelé Moron Mountain, et ont reçu l’ordre de kidnapper les Looney Tunes afin que Swackhammer puisse les utiliser pour de nouvelles attractions. Après quelques ruses de Bugs Bunny, les Nerdlucks de la taille d’une pinte acceptent de laisser les Tunes se défendre dans un match de basket. Cela devrait être un jeu d’enfant pour les Tunes, non ? Eh bien, les Nerdlucks recherchent certains des meilleurs joueurs de la NBA (Charles Barkley, Shawn Bradley, Patrick Ewing, Larry Johnson et Muggsy Bogues) et leur volent leurs talents. Cela leur permet de se transformer en monstres grands et musclés qui sont des joueurs de basket-ball dominants, surnommés dans le film par Grominet : les “MonStars”. Désormais dépassés dans un match de basket pour leur liberté, les Looney Tunes recherchent Michael Jordan et l’amènent dans leur monde. Jordan accepte de les aider en entraînant et en jouant pour les Tune Squad.

Space Jam est une sacrée aventure, et surtout une bonne aventure, avec son histoire folle, son mélange d’action réelle et d’animation, et son excellente bande-son. La transition entre la première scène et le générique de début est susceptible de vous attirer. Il y a une douce scène d’introduction montrant un jeune Michael Jordan et son défunt père jouant au basket ensemble pendant que le jeune Michael parle de ses espoirs pour son avenir. Puis, on passe au générique de début sur la chanson “Space Jam” des Quad City DJ’s et sur les moments forts de la vie et de la carrière de Michael Jordan. Cette transition ouvre la voie à ce qui va suivre. L’histoire ressemble à quelque chose que l’on pourrait imaginer avec ses figurines quand on était enfant, avec les Looney Tunes faisant équipe avec Michael Jordan pour affronter un groupe d’extraterrestres dans un match de basket. C’est en partie pour cela que ça marche : Space Jam prend les personnages avec lesquels vous avez grandi et les place dans une situation unique et amusante que vous n’avez jamais vue auparavant. Les pitreries classiques des Looney Tunes sont néanmoins présentes, notamment lors de la partie de basket-ball finale. Il y a une référence particulière à Pulp Fiction (1994) plutôt hilarante parce qu’elle était très aléatoire, et c’est ce dont je me souviens le plus des dessins animés originaux de Looney Tunes, à quel point ils étaient aléatoires et fous.

Une autre raison pour laquelle l’histoire fonctionne est que certains des joueurs de basket les plus talentueux du monde à l’époque y prennent part. Cela donne à Space Jam une certaine crédibilité dans le monde réel. Le fait qu’un extraterrestre orange nommé Pound s’empare du talent de Charles Barkley, qui sera par la suite intronisé au Hall Of Fame du basket-ball, nous aide à comprendre à quel point la situation est dangereuse pour les Looney Tunes et pourquoi ils doivent demander l’aide de la légende du basket-ball Michael Jordan dans cet univers fictif. Les Tunes ne peuvent pas compter sur leurs pitreries pour gagner ce match, ils ont besoin d’un vrai joueur de basket pour leur apprendre à mieux jouer, et quel meilleur joueur que Jordan, considéré par beaucoup comme le meilleur de l’histoire de la NBA. La majeure partie de l’histoire peut fonctionner, mais il y a certains aspects négatifs. Par exemple, je n’ai pas apprécié la façon dont le film a traité Lola Bunny, une belle addition au canon Looney Tunes introduite dans Space Jam. Dans le film, elle n’a pas vraiment de personnalité : elle se défend, comme on le voit lorsque Bugs l’appelle “Poupée”, mais elle n’est pas vraiment aussi drôle ou loufoque que les autres Tunes. En fait, Lola semble plutôt être un personnage fait pour que Bugs et les autres Tunes mâles la reluquent et tirent la langue, ce qu’ils font dans la première scène où Bugs et Lola interagissent puis pendant la présentation des joueurs avant le match. Elle a confiance en elle, elle est attirante pour les autres personnages et elle sait jouer au basket, mais qui est Lola en dehors de ces trois traits ? Tel qu’il est écrit dans Space Jam, on a presque l’impression qu’il s’agit d’une bande-annonce pour un personnage plutôt que d’une véritable introduction.

La comédie du film n’est pas toujours excellente. Par exemple, le personnage de Stan Podolak (Wayne Knight), un publicitaire et assistant de Jordan, a quelques moments qui, je suppose, sont censés être drôles, dont un qui est essentiellement une blague de pet trop longue. Les basketteurs à qui on a volé leurs talents ont également des moments dignes d’être vécus dans leur sous-intrigue, comme une blague où un thérapeute demande à Patrick Ewing s’il a des problèmes de performance dans “d’autres domaines”. La plupart des blagues concernant Stan sont vraiment des gags à la limite du raisonnable, que seuls les très jeunes enfants trouveront drôles. D’un autre côté, les blagues impliquant les joueurs de basket-ball semblent s’adresser aux adultes, ce qui peut rendre certaines d’entre elles vraiment gênantes, comme celle avec Ewing et le thérapeute. C’est un film pour enfants, il n’a pas besoin d’une blague sur la légende des New York Knicks, Patrick Ewing, qui pourrait souffrir de dysfonctionnement érectile. Space Jam est vraiment aux antipodes en ce qui concerne la comédie qu’il propose, surtout lorsque les Looney Tunes ne sont pas impliqués. L’une des choses que vous retiendrez probablement le plus de ce film est la bande-son. Elle comprend des chansons d’artistes tels que Seal, dont la reprise de “Fly Like An Eagle”, les Quad City DJ’s, qui vous font vibrer pendant le générique et bien d’autres encore. Un autre point fort est la reprise de “Basketball Jones” de Cheech et Chong, interprétée par Barry White et Chris Rock. Cette combinaison, à l’image du film, ne devrait pas fonctionner, mais la voix douce et profonde de White est un complément parfait et hilarant à celle de Rock, qui se contente de parler pendant la chanson. Cette bande originale est tellement unique en raison de la variété des artistes qui y figurent, qu’elle s’accorde et ajoute du style au film, puisque la plupart des chansons sont utilisées dans Space Jam.

Le mélange de prises de vue réelles et d’animation dans Space Jam n’est pas aussi homogène que celui de Qui veut la peau de Roger Rabbit (1988), mais il est bon à sa manière. L’animation de Roger Rabbit vous faisait ressentir et donnait l’impression que Bob Hoskins était juste à côté des personnages animés. Space Jam n’atteint pas ce niveau de crédibilité. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit de l’une des premières productions animées à utiliser la technologie numérique (Roger Rabbit a d’abord tourné ses scènes en prises de vue réelles, puis l’animation a été dessinée à la main). Malgré cette différence majeure, le charisme de Michael Jordan et sa capacité à vendre ses interactions avec les Tunes contribuent à faire fonctionner l’histoire et le monde qu’ils ont construit. Même s’il joue principalement aux côtés d’acteurs en costumes sur fond vert, plutôt que des personnages réels, cela ne se remarque pas pendant la majeure partie du film. Cela permet de s’immerger davantage dans cet univers où les personnages animés vivent en dessous de nous dans leur propre monde.

Space Jam n’est pas le meilleur film jamais réalisé, mais il n’est pas non plus le pire. Il se situe quelque part au milieu. Même s’il s’agit d’un de mes “films doudous”, je ne peux le regarder que de temps en temps, principalement en raison de la comédie hérissante impliquant les personnages humains. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas un plaisir à regarder, c’est toujours très amusant de le revoir parce que l’histoire est unique et amusante, et le mélange d’action réelle et d’animation est très agréable, étant donné que c’était l’un des premiers films d’animation à utiliser la technologie numérique. Même ceux qui n’ont pas aimé ce film lors de sa sortie initiale peuvent trouver quelque chose de bon à en retirer maintenant, même si ce n’est qu’une chose comme la qualité de la bande sonore. Ce film a un héritage tellement unique et il sera intéressant de voir comment le concept qui a surtout fonctionné en 1996 fonctionnera dans sa suite en 2021 avec LeBron James.

Space Jam disponible en VOD, DVD et Blu-ray.

1
0