C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Les Mutants de la Saint-Sylvestre – Et bonne année grand-mère

Les Mutants de la Saint-Sylvestre, a été le dernier long métrage réalisé par le regretté Norman J. Warren et cela, ainsi que son cadre, en fait un bon choix pour l’une des dernières critiques de l’année. Le film commence par des images en noir et blanc d’une fête du Nouvel An organisée en 1959, accompagnant le générique de début. La chanson thème du film, qui imite les années 50, le générique et les séquences se terminent par le reflet d’une femme dans un miroir et nous émergeons dans ce qui était alors l’Angleterre actuelle. Ironiquement, au moment où j’écris ces lignes, nous sommes plus loin dans le temps que ne l’étaient les images des années 50 des événements principaux du Bloody New Year du titre original.

Le film s’ouvre sur une fête foraine en bord de mer où nos protagonistes Tom (Julian Ronnie), sa petite amie Lesley (Suzy Aitchison), Rick (Mark Powley) et sa compagne Janet (Nikki Brooks), et la cinquième roue du carrosse Spud (Colin Heywood) voient des voyous harceler Carol (Catherine Roman) et s’en mêlent. Cela donne lieu à des poursuites presque comiques autour de la fête foraine avant qu’ils ne s’échappent et partent naviguer sur le bateau de Rick. Il s’avère que ce n’est pas leur jour, ils se heurtent à un rocher et se retrouvent sur une île. Vous vous demandez peut-être comment le réveillon du Nouvel An s’accorde avec les plaisirs du bord de mer et les voiliers. Warren et ses co-scénaristes Frazer Pearce et Hayden Pearce nous donnent un indice important lorsque les acteurs trouvent un hôtel qui semble avoir été abandonné au beau milieu d’une fête du Nouvel An.

Alors que les films précédents de Warren faisaient la part belle au gore et à la nudité, Les Mutants de la Saint-Sylvestre prend la direction opposée et est tout sauf sanglant. À la place, nous avons des appareils électroménagers qui se mettent en marche, un aspirateur kamikaze, des boules de billard qui se réarrangent toutes seules, des fantômes aperçus du coin de l’œil, etc. La mise en scène est également très fade, on ne retrouve pas l’énergie des premiers films du réalisateur. Je ne sais pas si c’est le manque de budget du film ou si Warren a perdu son enthousiasme pour le genre au cours des six années qui se sont écoulées entre Inseminoid et Les Mutants de la Saint-Sylvestre, mais on a l’impression que ce film est l’œuvre d’un réalisateur totalement différent. Certains meurtres sont inventifs, mais ils manquent de la férocité et de la méchanceté que l’on attend de lui. Au lieu de cela, le film se contente de passer d’un meurtre à l’autre.

Les effets relativement peu nombreux que nous obtenons reflètent le budget du long-métrage. Le monstre semble avoir été fabriqué à partir de feuilles de plastique vertes, les zombies sont essentiellement constitués de maquillage blanc et d’un peu de latex sur le visage des acteurs, et un esprit apparemment solide qui se dissout en poussière a manifestement été fabriqué à partir de plâtre. Ce qui devait probablement être le clou du film, une mort par moteur électrique, finit par se dérouler hors champ. Il n’y a pas non plus de véritable cohérence dans les événements du film. Un personnage sort d’un écran de cinéma pour tuer quelqu’un. Une créature qui semble faite d’algues sort d’une table, un mur d’ascenseur prend vie, une tempête de neige se produit à l’intérieur et finalement, les zombies entrent en scène. C’est comme si les scénaristes avaient dressé une liste de moyens de tuer les personnages sans se demander pourquoi il y a tant de choses différentes qui se passent. Certaines sont de nature fantomatique/surnaturelle, d’autres relèvent davantage de la science-fiction, reflétant le secret vaguement expliqué de l’île.

Il y a une bonne idée au cœur des Mutants de la Saint-Sylvestre, mais l’exécution fait cruellement défaut. Le scénario avait besoin d’une ou deux réécritures et les morts bizarres du film nécessitaient de meilleurs effets et une mise en scène qui ne donnait pas l’impression que les réalisateurs ne faisaient que suivre le mouvement.

Les Mutants de la Saint-Sylvestre de Norman J. Warren, 1h29, avec Mark Powley, Suzy Aitchison, Nikki Brooks – Sur Netflix depuis le 24 octobre 2022.

0
0
1.0
L'avis de la rédaction
Summary

Il y a une bonne idée au cœur des Mutants de la Saint-Sylvestre, mais l'exécution fait cruellement défaut. Le scénario avait besoin d'une ou deux réécritures et les morts bizarres du film nécessitaient de meilleurs effets et une mise en scène qui ne donnait pas l'impression que les réalisateurs ne faisaient que suivre le mouvement. -LN

  • Louan Nivesse1
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

7
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Suzhou River – Les yeux du réalisateur

L’année 2000 a été une année charnière pour le cinéma chinois. Des...

8.7
ANALYSEC'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]MADE IN ASIA

[ANALYSE] Perfect Blue – Conte horrifique sur l’obsession de la célébrité qui se déchaîne

L’ouverture de Perfect Blue, sorti en 1998, ressemble à d’innombrables autres animes...

ANALYSEC'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[ANALYSE] Irréversible – Le Temps et le rêve

Alex (Monica Bellucci) se sent étouffée et veut désespérément quitter la fête....