L’Alien de Ridley Scott a laissé une marque indélébile sur l’horreur qui se déroule dans l’espace. Il est difficile de ne pas faire défaut et de s’en remettre à Alien chaque fois qu’il y a un extraterrestre particulièrement méchant dans l’horreur, surtout s’il y a une scène d’accouchement. Sputnik tente de renverser les comparaisons avec une étude de personnages basée sur la Terre projetée dans l’ombre terne de la guerre froide. Il y a beaucoup à aimer à propos de cette fonctionnalité de créature et de son monstre sanglant mangeur d’hommes, mais Sputnik préfère se pencher sur son drame basé sur les personnages.

Tatiana Yurievna (Oksana Akinshina) est une jeune médecin passionnée. Cependant, sa volonté de repousser largement les limites de la pratique médicale éthique a incité une enquête qui entraînera probablement la révocation de son permis. La controverse attire l’attention de l’officier militaire Semiradov (Fedor Bondarchuk), qui recrute Tatiana pour évaluer un cas unique dans un centre de recherche secret en dehors de la Russie. Cette affaire est centrée sur le cosmonaute Konstantin Sergeyevich (Piotr Fyodorov), le seul survivant d’un mystérieux incident spatial qui l’a involontairement laissé avec un passager clandestin extraterrestre. Une créature vit à l’intérieur de lui et quitte son corps chaque nuit pendant qu’il est inconscient. Le scénario d’Oleg Malovichko et Andrei Zolotarev est beaucoup plus intéressé à connaître Tatiana, ses méthodes et son dynamisme peu orthodoxes, et sa connexion lente avec Konstantin que de voir l’extraterrestre en action. Cela signifie que le temps passé à l’écran de l’extraterrestre est minime par rapport à la recherche mesurée de la vérité par Tatiana. C’est dommage car le film prend vie à chaque fois que la créature sort de la bouche de Konstantin, qu’elle éviscère une proie ou qu’elle soit curieuse de son nouvel habitat. Une fois que Tatiana a retrouvé la concentration, le film retombe dans une méditation silencieuse pendant de longues périodes. Avec un temps d’exécution de près de deux heures, vous ressentez ce rythme sans hâte. 

Réalisé par Egor Abramenko, Sputnik est magnifiquement tourné, même avec son décor désinvolte des années 80. Le fait que les humains soient des personnages réservés qui gardent leurs émotions cachées profondément derrière des renfrognées ne fait que renforcer l’ambiance froide et distante du film. C’est le but. Aussi exaltants que soient les moments de créature, ce film existe davantage comme un commentaire sur l’époque et la façon dont il façonne la découverte d’un extraterrestre attaché à une personnalité publique. La mission spatiale de Konstantin qui a laissé son partenaire mort n’est jamais expliquée, mais son pays natal a tellement besoin de héros pour remonter le moral que cela n’a pas d’importance. Afin de ne pas voler la Russie d’un héros, il a déménagé dans un établissement à l’extérieur du pays. L’intention est d’empêcher l’entité parasite de ternir une icône d’espoir. Une grande partie de Sputnik concerne ce qui n’est pas dit et la lecture entre les lignes. Tatiana et Semiradov ont beaucoup plus à offrir que ce que l’on voit, et le film attend son heure en retournant leurs couches. Cette distance rend difficile de trouver le point principal du film. Tatiana est le centre de base, mais il y a quelques fils et idées d’intrigue perdus dans le drame.

Les attentes à venir joueront un rôle central dans la réception. Ceux qui imaginent une fonctionnalité de créature au rythme rapide qui place les éléments du genre en premier en ressortiront profondément déçus. Ceux qui savent qu’il s’agit d’une étude de personnage méditative au moyen d’une pièce d’ambiance subtile, ponctuée de moments de violence sanglante, auront beaucoup plus de facilité à s’installer dans ce monde terne. En fin de compte, Sputnik fusionne un film monstre avec un beau drame détaché, et le premier est le plus réussi des deux. C’est aussi le moins utilisé. Abramenko ne réussit pas à séparer son film de son influence extraterrestre, mais il y en a assez pour vous intriguer et aspirer à plus de chaos de monstres.

Sputnik en hors compétition au 28e Festival international du film fantastique de Gérardmer et en DVD/Blu-ray dès le 24 Février.

1
0