Sans un bruit a prouvé que même les idées les plus familières pouvaient être transformées en un film d’horreur efficace. Le scénariste, réalisateur et star John Krasinski a réduit le film de créatures à sa plus simple expression, canalisant le Steven Spielberg qui est en lui et se concentrant sur la détresse intime d’une famille luttant pour survivre au milieu d’une invasion apocalyptique, avec une forte charge émotionnelle, un peu trop gâché par une musique omniprésente (souvent aux mauvais moments). Il a utilisé des techniques d’épouvante très élaborées et une utilisation intéressante du son pour mettre au point un film d’horreur tendu dont le public est devenu fou (un peu trop même). Le film était correctement conçu, Sans un bruit a donné lieu à une histoire tendue et autonome, suffisamment forte pour se suffire à elle-même, la saga de la famille Abbott semblait fermement conclue. Heureusement, Krasinski continue de se montrer tout à fait capable de raconter des histoires de genre énergique, et Sans un bruit 2 s’appuie sur le premier film de manière surprenante, intime et sophistiquée.

Après un prologue palpitant qui ramène le public au jour terrible de l’arrivée des extraterrestres, Sans un bruit 2 reprend quelques instants après que la famille Abbott, composée de la puissante matriarche Evelyn (Emily Blunt), de sa fille sourde Regan (Millicent Simmonds), de son fils frissonnant Marcus (Noah Jupe) et d’un nouveau-né, a découvert que ces créatures carnivores sont vulnérables aux retours audio à haute fréquence grâce à leur sens aigu de l’audition, puis a massacré le monstre qui a assassiné leur père, Lee (Krasinski). A partir de là, la famille n’a pas de temps à perdre pour chercher un nouvel abri, emballant rapidement un petit nombre de provisions et se dirigeant vers un feu au loin, apparemment un signe d’autres survivants. Cependant, l’homme derrière ce signal n’est pas un inconnu, il s’agit de l’ancien ami de Lee, Emmett (Cillian Murphy), qui avait l’habitude de considérer les Abbott avec chaleur, mais qui a maintenant le cœur endurci après la mort de sa femme et de ses enfants. Aigri, Emmett déclare que les Abbott ne peuvent rester qu’un jour avant d’être forcés de partir, mais tandis qu’Evelyn tente de plaider pour un délai supplémentaire, Marcus et Regan sont préoccupés par la révélation d’un signal secret sur la radio d’Emmett, un signal qui joue la chanson “Beyond the Sea” en boucle et qui provient d’une île proche. Immédiatement, Regan élabore un plan pour se rendre à cette tour de radio et transmettre le retour haute fréquence de son appareil auditif aux radios de tout le pays, permettant à quiconque de combattre toute nouvelle attaque de créatures. Malheureusement, lorsque Marcus menace de le dire à Evelyn, Regan n’a pas d’autre choix que de partir seule dans cette croisade. Lorsqu’elle se rend compte de l’absence de Regan, Evelyn supplie Emmett de la retrouver et de la ramener, tandis qu’elle reste sur place pour s’occuper de Marcus et de son nouveau-né. A contrecoeur, Emmett s’exécute, mais lorsqu’elle retrouve enfin Regan, elle le convainc de se joindre à elle dans cette cause. En une journée, les deux survivants doivent atteindre cette tour le plus rapidement possible, tandis qu’Evelyn et Marcus s’efforcent de rester en vie alors que de nouveaux monstres rôdent autour de leur “sanctuaire”.

Si Sans un bruit 2 n’est pas aussi “original” que le premier film, ce à quoi il faut s’attendre, maintenant que nous sommes familiarisés avec ce monde, il est beaucoup plus intense que son prédécesseur, nous replongeant instantanément dans cette atmosphère anxiogène et nous faisant reprendre notre souffle presque par impulsion alors que nous regardons les Abbott traverser le pays à la recherche de réconfort sans faire un bruit en chemin. Et même si cela fait plus de trois ans que nous n’avons pas occupé cet espace cinématographique, Krasinski nous donne l’impression que pas un seul jour ne s’est écoulé. Sa mise en scène délibérée prépare le suspense de chaque scène de manière si subtile que vous n’avez même pas le temps de penser à vous forcer consciemment à vous concentrer sur les événements qui se déroulent sous vos yeux, vous êtes tout simplement stupéfait dès le début du film, bercé dans un état de fascination que seul un maître du médium peut susciter. Une fascination presque similaire que l’on peut retrouver devant La Guerre des Mondes de Steven Spielberg. De plus, il est une fois de plus extrêmement efficace pour jouer avec les attentes de son public, sachant exactement où placer sa caméra et faire en sorte qu’un cinéphile s’engourdisse de peur à l’idée qu’un objet à l’écran puisse faire du bruit. Est-ce que ce sera cette porte qui grince ? Et cette brindille ? Tout au long du film, Krasinski refuse que le spectateur se sente à l’aise ou se complaise dans l’attente angoissante de la prochaine agression sonore. Comme ce fut le cas il y a trois ans également, Krasinski est aidé de manière significative par son équipe sonore. Bien que leur travail sur les qualités sonores des extraterrestres soit toujours aussi inquiétant, c’est en fait leur conceptualisation précise de la cacophonie quotidienne qui ressort le plus cette fois-ci, en particulier dans le prologue susmentionné, car chaque bruit précédant la première attaque extraterrestre nous donne des frissons car nous savons ce qui va bientôt arriver. Le carillon de la cloche attachée à la porte que Lee ouvre lorsqu’il entre dans une épicerie. Le craquement sonore d’une balle de baseball lorsqu’elle frappe une batte. Les applaudissements tonitruants des spectateurs d’un match. Tous ces sons sont accentués jusqu’à l’assourdissement, laissant présager le chaos qui s’annonce, et lorsqu’il survient, la compétence de l’équipe du son ne fait que progresser, car elle réutilise habilement l’approche de changement de son du premier film pour nous placer alternativement du point de vue de Lee, Evelyn et Marcus, les entendants, et de Regan, la sourde. Ce “truc” est un pur génie pour générer du suspense, et bien qu’il soit utilisé ailleurs dans d’autres épisodes d’anarchie tout au long du film, il est certainement le plus étonnant dans cette première partie, qui pourrait être considérée à elle seule comme l’un des courts métrages les plus étonnants du genre. 

Ceci étant dit, il n’est pas surprenant que Sans un bruit 2 soit un triomphe technique. La vraie question que les gens veulent se poser est la suivante : comment l’histoire se déroule-t-elle dans cette suite ? Au départ, on peut être sceptique quant à sa force, puisque les scénaristes Bryan Woods et Scott Beck sont absents cette fois, et que Krasinski écrit seul le scénario. Peut-il forger correctement une suite qui honore les bases qu’ils ont posées ? La réponse est oui. Bien que la deuxième partie sépare les Abbott, perdant ainsi la dynamique familiale soudée qui servait de point central émotionnel au premier film, la suite n’en est pas moins touchante, notamment grâce à sa ligne de fond thématique centrée sur les enfants qui hériteront de cette Terre et le développement de leurs capacités à se défendre. L’idée que nos parents ne seront pas toujours là pour nous protéger est une pilule difficile à avaler, mais après avoir déjà perdu leur père, Regan et Marcus n’ont pas de temps à perdre pour apprendre à vivre en tant qu’individus, et la sensibilité de Krasinski dans l’élaboration de cette intrigue est tout simplement stupéfiante. Il y aura des difficultés de croissance, et vous n’éviterez jamais complètement ceux qui doutent de vous (tout comme Regan doit se rebeller contre les souhaits d’Emmett et de Marcus, qui l’ont initialement mise en garde contre la poursuite de son plan), mais il arrive un moment où vous ne pouvez pas ne pas prendre les choses en main, et cette maturation se manifeste ici de façon magistrale. Tout aussi exaltant est le parallélisme dans le développement personnel que nous observons à la fois chez Regan et Marcus, un concept qui culmine dans une fin montée de manière experte, montrant les évolutions similaires de chaque personnage et comment ils se sont libérés des peurs qui ont guidé leurs vies pendant trop longtemps. Et si la partition émouvante de Marco Beltrami est sensationnelle tout au long du film, c’est dans la ravissante résolution du film qu’elle est la plus magique, soulignant le sentiment de la séquence et complétant merveilleusement l’histoire, car elle conclut cette aventure pour les Abbott et prépare le prochain chapitre de leur conflit avec les extraterrestres.

Nous avons vu des suites d’horreur fortes dans le passé, les Scream 4 et Halloween de la dernière décennie viennent rapidement à l’esprit, mais nous trouvons rarement une œuvre aussi fascinante et résonnante que Sans un bruit 2, un film qui synthétise le suspense et la sentimentalité à un degré si envoûtant qu’il ressemble presque à une alchimie. Si la partie III de Jeff Nichols, dont on parle, est aussi propulsive et passionnément scénarisée que ce deuxième chapitre, Sans un bruit pourrait devenir l’une des trilogies les plus emblématiques de ces dernières années. Pour l’instant, il devra se contenter d’établir un nouveau standard incroyablement élevé pour les suites de films d’horreur, un standard qui ne devrait pas être surpassé de sitôt.

Sans Un Bruit 2 actuellement au cinéma.

2
0