Sur le papier, La vie devant soi ressemble à de la bouillie sentimentale : un enfant immigré orphelin est sauvé d’une vie compliquée par une survivante de l’Holocauste et ancienne prostituée. Avec un formidable couple étrange au centre et la direction alternativement lisse et sensible de Ponti, le long-métrage parvient à faire valoir sa configuration galvaudée, en temps réel.

Synopsis : Dans les profondeurs de l’Italie, La vie devant soi raconte l’histoire d’un jeune garçon du nom de Momo (joué par Ibrahima Gueye) qui est passé par les services sociaux. Incarnation de son environnement fracturé, il a peu de confiance pour ses aînés et un mépris pour la routine et le bon comportement. C’est le cœur du jeune personnage dont le public doit s’occuper. Lorsque son père adoptif demande l’aide d’une survivante de l’Holocauste, Madame Rosa (jouée par Sophia Loren), qui dirige une garderie, nous voyons une évolution d’une relation qui semble impossible à exister.

La vie devant soi s’appuie sur la patience du personnage pour comprendre sa situation sociale. Momo résiste souvent à faire confiance à qui que ce soit, mais la direction du film a un moyen de communiquer ses problèmes sans avoir besoin d’un dialogue excessif – elle développe lentement la perspective de Momo de son monde, du dysfonctionnement de sa capacité de former un lien émotionnel. Le film Netflix italien prend le parti pris de s’appuyer sur le jeune acteur pour décorer l’écran lui-même, en évitant le besoin d’un adulte de soutien pour conduire l’histoire. Edoardo Ponti choisit judicieusement les emplacements des plans, permettant au public de comprendre le monde devant Momo. C’est un jeune poisson naïf dans un grand océan impitoyable.

Un éloge particulier doit être rendu à Sophia Loren qui joue son personnage à pile ou face. Madame Rosa est le cœur de l’histoire, une femme vieillissante qui trouve sa solution même après les horreurs de son passé. Sa persistance dans l’histoire à gérer Momo, malgré les gémissements de son comportement est étrange, bien qu’agréablement racontée. Elle est la grand-mère dont chaque enfant à problèmes a besoin. Une approche de type amour-dur qui est difficile à trouver avec le bon équilibre. Madame Rosa est fascinante et intrigante, le personnage devient le centre de chaque scène.

La seule critique qui peut être adressée à La vie devant soi est son habitude de maintenir le drame sur un pied d’égalité. Il y a quelques scènes qui demandent plus d’énergie, car le réalisateur opte pour le naturel qui prime sur un ralentissement du rythme. Alors que le film appâte le public dans des performances subtiles, La vie devant soi est l’outil d’une histoire douce sur une amitié improbable.

La vie devant soi est exclusivement disponible sur Netflix.

2
0