AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Dragon Ball Super: Super Hero – Un échec flagrant

3 ans après Broly, le nouveau film Dragon Ball Super est là, s’intitulant finement « Super Hero ». (Lire le titre en entier donne l’impression de bégayer)

C’est un film unique dans la saga, pour diverses raisons. Tout d’abord, l’histoire qui va se concentrer principalement sur Piccolo et Gohan, et qui se passe presque totalement de Goku et Végéta. Un postulat salvateur, qui permet d’éviter un schéma redondant dans lequel la série avait tendance à s’enfermer (surtout sur les deux derniers arcs du manga). Puis enfin, l’animation. C’est le premier film à être animé entièrement en 3D. Une annonce qui avait fait frémir les fans, habitués jusqu’ici à une animation 2D avec un usage parcimonieux de CGI, et les premiers visuels n’avaient rien de rassurant.

Autant le dire d’entrée de jeu : le produit fini n’est pas plus beau. C’est même assez laid, sauf si l’on considère que c’est une cinématique de jeu vidéo sorti il y a 10 ans. Dans ce cas, on pourrait considérer que le rendu est pas trop mal, et pardonner les gros pixels rendant parfois les traits disgracieux, ou encore l’énorme manque de fluidité dans les déplacements, parce que quand même, il y a un peu plus de budget pour modéliser les décors. Sauf que là, c’est un long-métrage de cinéma. Pas une séquence narrative d’un jeu PS4. Même pour la série animée ça aurait été hideux. Alors certes on retrouve un peu plus de fluidité quand les personnages se battent, et se déplacent vite, mais les coups ne sont jamais rendus impactants, et le découpage visuel laisse parfois à désirer.

© BIRD STUDIO/SHUEISHA ©2022 DRAGON BALL SUPER Film Partners

Revenons-en à l’histoire. Certes, retrouver une certaine simplicité et avoir comme personnages principaux Piccolo et Gohan est vraiment rafraîchissant, mais le pari n’est même pas tenu jusqu’au bout puisqu’il faut s’infliger un long passage d’environ 15min sur la planète de Beerus avec Goku et Végéta, qui ne sert absolument à rien dans l’histoire, à part justifier leur absence, mais qui aurait pu être résumée à une saynète d’une minute maximum. De plus, les enjeux sont assez pauvres et le film passe à côté d’une opportunité dramaturgique en or avec l’affrontement de Gohan contre un certain monstre… Aucune réaction, aucun dialogue pour développer quoi que ce soit et donner une ampleur émotionnelle dont le film avait cruellement besoin.

Petit à petit, les problèmes s’accumulent : des dialogues ahurissants de bêtise (dont certains citent ces débilités pour tenter de les désamorcer…), une apparition vaine de Goten et Trunks (décidément peu respectés depuis le début de la série DBS), et des nouvelles transformations entre le mauvais fan-art et l’auto-parodie, n’arrivant jamais à être impactantes.

© BIRD STUDIO/SHUEISHA ©2022 DRAGON BALL SUPER Film Partners

Oui, cela fait plaisir de s’émanciper du duo Goku-Végéta, pour en retrouver un autre, sous-utilisé depuis la fin du manga Dragon Ball, et leurs intéractions dans la première moitié du film font plaisir à voir. On retrouve également l’armée du Ruban Rouge, ce qui permet de raviver quelques très bons souvenirs. À ce titre, le film s’offre une séquence inaugurale en flashback pour retracer les débuts de Dragon Ball, jusqu’à la défaite de Cell. Une courte séquence, visuellement magnifique, animée en 2D et largement plus dynamique que ce qui suivra, ce qui laisse encore plus circonspect sur le choix du style d’animation de ce film… Comme l’impression d’avoir fait un bond de 10 ans en arrière sur la technique, surtout après le film Broly qui était particulièrement impressionnant sur ce point.

Si « Super Hero » offre quelques moments sympathiques aux fans, on ne peut que constater un échec flagrant du parti-pris esthétique, mais aussi narratif, puisque l’on se retrouve avec une histoire digne des plus faibles films de la saga des années 90, qui s’enfonce progressivement dans une caricature des plus gros défauts de Dragon Ball Super : de maigres enjeux, des dialogues parfois consternants, et des nouvelles transformations peu inspirées. 

Note : 1.5 sur 5.

Dragon Ball Super: Super Hero au cinéma le 5 octobre 2022.

0
1

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] JUNG_E – De la grâce près de la crasse

Dès le début, le nouveau film du réalisateur de Dernier train pour...

4
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Mayday – Butler plane

Mayday (ou le bien trouvé Plane en V.O) est le nouveau film...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Retour à Séoul – Découvrir un soi qu’on attend plus

Davy Chou revient avec un portrait intime et imprévisible d’un personnage fictif...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMAMADE IN ASIA

[CRITIQUE] Goodbye ! – Un feu d’artifice (sans couleurs)

Parfois, l’intégration d’une histoire sur le passage à l’âge adulte peut être...