En 2016, Damien Chazelle et Justin Hurwitz ont apporté un peu de piment bien nécessaire à la comédie musicale avec La La Land. Le film a été un succès auprès des critiques et du public et a offert la preuve que la comédie musicale était encore bien vivante. Sans oublier Hamilton de Lin-Manuel Miranda, une comédie musicale de Broadway qui est passée du statut de lauréat d’un Tony Award à celui de phénomène culturel à part entière. Ces deux productions ont ouvert la voie à un film comme In the Heights, une nouvelle comédie musicale qui emprunte à la fois à La La Land et à Hamilton, mais qui, pour l’essentiel, parvient à créer quelque chose d’unique.

Cela fait au moins dix ans que l’on parle d’une adaptation cinématographique de In the Heights, mais c’est le succès de Hamilton qui a vraiment fait avancer les choses. Basé sur la comédie musicale de Quiara Alegría Hudes et Miranda, In the Heights est réalisé par Jon M. Chu de Crazy Rich Asians à partir d’un scénario écrit par Hudes et d’une musique de Miranda. L’action se déroule dans le quartier de Washington Heights, à Manhattan, une communauté très unie et majoritairement latino, animée par la fierté, la musique et la culture. À l’instar de Hamilton, la musique de Miranda parle un langage qui lui est propre, utilisant souvent le rap, le chant et d’autres moyens pour remplacer un dialogue direct. C’est un talent, sans aucun doute, mais qui peut parfois être frustrant et un peu épuisant. Le film brille le plus dans ses grands numéros musicaux où tout le monde se lève et où le quartier explose d’énergie et de saveur locale. C’est ce style lyrique difficile à définir (pas tout à fait rap, pas tout à fait chanson, pas tout à fait “spoken word”) qui s’avère être un succès ou un échec. Les bonnes scènes crépitent avec un rythme amusant et fluide. Mais il y a des moments où l’on aimerait que Miranda se calme et laisse ses personnages parler.

Alors que les paroles de Miranda sont les plus parlantes, Hudes nous offre des moments de conversation bienvenus qui contribuent à former l’ossature de l’histoire. Mais son écriture peut être un peu bancale, passant d’une écriture riche et émouvante sur le plan émotionnel à une écriture à fleur de peau, voire un peu étouffante. L’histoire dans son ensemble a du mal à trouver le bon équilibre de ton. La première moitié est la meilleure, car on s’attache aux personnages, on écoute leurs histoires et on s’imprègne du quartier à travers leurs yeux, leurs oreilles et leurs voix. Le dernier tiers part dans tous les sens, tant du point de vue de la narration que du ton. Il y a plusieurs bons moments, mais une grande partie semble collée ensemble et manque de fluidité. Miranda et Hudes gâchent leurs chances de faire un commentaire politique en insérant maladroitement quelques tentatives qui ne pourraient pas sembler moins organiques. L’une d’elles termine un numéro de piscine par ailleurs sublime, tandis que l’autre sort de nulle part et semble complètement fabriquée. Cela dit, malgré sa durée de deux heures et vingt minutes, il n’y a pas vraiment d’histoire. Mais on s’en aperçoit à peine, car Miranda et Hudes font un excellent travail pour que nous nous intéressions à leurs personnages et au profond lien communautaire qui les unit. C’est ce qui rend leurs histoires individuelles à la fois attachantes et, dans certains cas, déchirantes. Et ce sont les personnages et notre engagement émotionnel envers eux qui donnent vie à Washington Heights. Les personnages SONT l’histoire et tout, de la musique de Miranda aux mots de Hudes en passant par la caméra de Chu, le souligne. En même temps, une équipe formidable de haut en bas élève le scénario et Chu a l’intelligence de les laisser prendre la tête et porter la charge.

L’histoire se déroule sur plusieurs jours d’été chauds avant, pendant et après une panne d’électricité à Washington Heights. Nous suivons principalement deux jeunes couples, tous deux manifestement amoureux mais incapables de l’exprimer. Usnavi (Anthony Ramos), propriétaire d’une bodega, a les yeux rivés sur Vanessa (Melissa Barrera), qui lui donne toutes les occasions de l’inviter à sortir. Le problème, c’est qu’il rêve de quitter les Heights et de retourner en République dominicaine pour diriger une entreprise de bord de mer comme son défunt père. Elle, aspirante créatrice de mode, a l’intention de déménager dans les quartiers chics, plus près de l’industrie qu’elle aime. L’autre couple est composé de Nina (Leslie Grace) qui vient de rentrer chez elle après une première année difficile à Stanford et redoute d’annoncer à son père qu’elle envisage d’abandonner ses études. Elle est amoureuse de Benny (Corey Hawkins) qui travaille pour Kevin (Jimmy Smits), le père veuf de Nina, pris entre la tension père-fille. Les histoires des deux couples se croisent et incluent beaucoup de personnes du même quartier. Il y a le susmentionné Kevin qui ne peut pas concevoir que sa fille ne retourne pas en Californie pour sa deuxième année d’études. Nous avons le fougueux cousin adolescent d’Usnavi, Sonny (Gregory Diaz IV). Et la matriarche du barrio, Abuela Claudia (Olga Merediz), qui a élevé Usnavi et presque tous les autres enfants du quartier. Il y a les trois commères pleines d’énergie qui tiennent le salon local (Daphne Rubin-Vega, Stephanie Beatriz et Dascha Polanco). Même Miranda apparaît de temps en temps, poussant un chariot et vendant de la glace pilée aromatisée aux enfants du quartier. Ils forment tous le cœur battant du film. Emmenés par la starification de Ramos et la présence révélatrice de Barrera, ils forment l’un des meilleurs ensembles de l’année.

Bien que Chu ait du mal à trouver un bon rythme à la fin du film et que son film dure environ une demi-heure de trop, il n’a aucun problème à nous entraîner dans le quartier en question. Aux côtés de son formidable directeur de la photographie Alice Brooks, le duo capture l’esprit effervescent d’un Washington Heights en pleine mutation et nous donne un aperçu de la musique, de la personnalité et de la culture qui font si profondément partie de son identité. Parallèlement, la chorégraphie cinétique de Christopher Scott crève l’écran, se mêlant aux rythmes hip-hop et salsa de Miranda pour nous offrir les scènes les plus vibrantes du film (une fiesta de boîte de nuit absolument électrique est sans doute ma préférée). Tout cela aboutit à un spectacle imparfait mais enthousiasmant pour le public, qui pourrait être le film idéal pour ceux qui cherchent à sortir de leur quarantaine.

In the Heights actuellement au cinéma.

0
0