[CRITIQUE] Cyst – Saloperie qui s’éclate

[CRITIQUE] Cyst – Saloperie qui s’éclate

5 octobre 2021 0 Par Louan N

Le Dr Guy ne se laissera pas faire. Pas cette fois-ci. La dernière fois qu’il a tenté d’obtenir un brevet pour sa machine « Get Gone », qui détruit les kystes, les choses ne se sont pas passées exactement comme prévu, mais cette fois, il est sûr de pouvoir prouver que la machine fonctionne. Patricia en a assez du docteur fou. Portant encore la cicatrice de la dernière fois où la machine a été testée, elle remet son préavis. C’est fini pour elle. Son dernier jour ne se passe pas sans incident. Les évaluateurs de brevets arrivent, mais la révolution dans la technologie d’élimination des kystes ne réussit pas comme le Dr Guy l’aurait espéré. En fait, tout va si mal que les survivants se retrouvent bientôt enfermés dans sa clinique pour tenter de survivre à un gigantesque monstre de kyste déchaîné. Un chaos gluant s’ensuit.

Il y a quelque chose dans le simple geste médical de percer un kyste, comme le montre le début de Cyst de Tyler Russell, qui donne la nausée à l’auteur. Baser un film d’horreur dégoûtant sur le sentiment « urgh, non ! » qui peut surgir lorsque l’on voit quelqu’un éclater un bouton est une chose horrible à faire, et Russell et son équipe s’en amusent beaucoup. En coécrivant le scénario avec Andy Silverman, le réalisateur Russell embrasse l’esprit des films de Bryan Yuzna et du studio super-indépendant Troma dans son festival d’éclaboussure de série B trash, avec quelques choix de design que nous avons pris pour des clins d’œil à Horribilis de James Gunn. Le résultat final est un film d’horreur de sang et de tripes cartoonesque et stupide, qui tire autant d’humour que de chair de sa courte durée. Ce film n’a pas de grandes ambitions, il vise le bas-fond et atteint sa cible. Vous serez probablement en mesure de savoir si vous allez l’apprécier avant de lancer le long-métrage. Cela dit, ce que j’apprécie vraiment dans Cyst, c’est qu’il évite certains des contenus les plus méchants que l’on peut voir dans les films de série B modernes, laissant de côté l’exploitation et les blagues offensives paresseuses au profit d’une plongée directe dans le désordre.

Ne culpabilisez pas votre puberté.

Les effets, bien que peu soignés, sont typiquement physiques et ont un charme artisanal. La forme finale du monstre de kyste, par exemple, semble tout droit sortie du plateau d’un épisode des Power Rangers. C’est délicieusement stupide. Si vous vous demandez comment un monstre kyste de la taille d’un Power Ranger tue des gens, la réponse est étonnante. C’est le genre de film où l’on s’imagine qu’il y a eu des chutes sur le plateau toutes les 15 minutes en raison de la quantité astronomique de sang sur les murs et au sol. Lorsqu’il est le plus efficace, c’est-à-dire lorsqu’il s’agit de secouer quelque chose de gluant avec un objet pointu, Cyst vous fera détourner les yeux et serrer les muscles de votre estomac. Il n’est peut-être pas grand ou intelligent, mais s’étant engagé à fonctionner à ce niveau, il lance tout à peu près correctement. Qu’il s’agisse des personnages de dessins animés, de la saleté qui gicle sans cesse ou de la courte durée du film (moins d’une heure et dix minutes). Les acteurs semblent tous participer à la blague. Greg Sestero de The Room et George Hardy de Troll 2 servent de déclaration d’intention, bien que tous deux se révèlent être des interprètes dignes de leurs réputations aux films pour lesquels ils sont le plus connus. Bien qu’il n’y ait pas vraiment de maillon faible, c’est la performance engagée d’Eva Habermann qui se démarque vraiment.

Ressemblant à un cartoon malade issu d’un Hentai particulièrement méchant, le kyste géant en question est une farce à base de monstres idiots à son meilleur, Russell augmentant la quantité de sang et de cerveaux au maximum de son maigre budget. Tout, des décors en ruine aux fluides sirupeux épais, ajoute à la joie, c’est une connerie sans aucun cadrage intelligent, juste un plaisir redoutable fait avec deux bouts de ficelle et des tonnes de litres de sang.

Note : 3 sur 5.

Cyst disponible le 6 octobre 2021 en VOD et DVD.

0
0