[CRITIQUE] Apollo 10½ –  Renouveler l’espoir que le monde peut être meilleur

[CRITIQUE] Apollo 10½ – Renouveler l’espoir que le monde peut être meilleur

1 avril 2022 0 Par Louan N

Apollo 10½ : Les fusées de mon enfance est un retour du scénariste-réalisateur Richard Linklater dans le domaine de la rotoscopie (qui, pour ceux qui ne le savent pas, consiste à faire passer des animateurs sur des images réelles, image par image), une technique cinématographique utilisée par le réalisateur en 2001 dans Waking Life et en 2006 dans A Scanner Darkly. À première vue, Apollo 10½ semble avoir peu de points communs avec ces titres, puisque Linklater utilise l’alunissage d’Apollo en 1969 pour se pencher sur la nostalgie de l’enfance qui a alimenté des films aussi importants que Génération Rebelle et Boyhood. Mais Apollo 10½ adopte une approche plus fantaisiste de sa thématique que ces précédents, ses événements se situant dans le monde réel mais se concentrant sur un moment où les impossibilités sont devenues des réalités, unissant brièvement les individus du monde entier dans l’émerveillement partagé qu’aucun rêve n’était totalement hors de portée. Le fait que Linklater ait pris autant de temps dans sa carrière pour raconter cette histoire particulière est le plus grand mystère, car elle n’est pas seulement vaguement basée sur sa propre enfance dans l’ombre de la NASA dans le Texas des années 1960, mais elle est aussi une métaphore évidente des épreuves et des tribulations de la croissance, où un avenir non écrit est aussi mystifiant qu’encourageant.

Vers l’infini et au delà.

Notre protagoniste, Stan (Milo Coy), a dix ans et essaie simplement de relever les défis quotidiens qui accompagnent la vie dans sa petite banlieue de Houston durant l’été 1969. De nature « fabuliste », Stan vit dans un nouveau lotissement avec sa mère au foyer (Lee Eddy), son père employé à la NASA (Bill Wise) (directeur de l’expédition et de la réception, ce qui déçoit le garçon enclin à l’aventure) et ses cinq frères et sœurs aînés, qui partagent tous une relation des plus surprenantes par son absence de dispute. Jack Black est le narrateur dans le rôle de la version adulte de Stan, qui raconte les événements de sa vie avec autant de nostalgie que d’amusement. L’éducation remarquablement banale de Stan reçoit une poussée d’adrénaline lorsque deux représentants de la NASA (Zachary Levi et Glen Powell) se présentent un jour à son école, insistant sur le fait qu’il est nécessaire pour une mission top secrète qui fera de lui le premier individu à marcher sur la lune, résultat d’une erreur mathématique dans laquelle ces ingénieurs farfelus de la NASA ont rendu le module lunaire trop petit pour un homme adulte.

Mais là où la plupart des réalisateurs en feraient le point central de leur histoire, détaillant l’entraînement rigoureux et la confrontation au danger qu’implique l’envoi d’un enfant de 10 ans dans l’espace, Linklater traite ce point comme un détail mineur de l’intrigue, ayant autant de poids que n’importe quel autre événement apparemment banal de la vie d’un enfant à l’aube de l’adolescence. Une grande attention est accordée à tout, des dangers imprévus des jeux de cour d’école aux diverses formes de culture pop qui façonnent Stan alors qu’il essaie de donner un sens à un monde où l’homme est capable de voler dans l’espace mais aussi engagé dans une guerre sans fin à l’autre bout du monde. C’est dans ces détails que Linklater excelle, brossant le portrait d’une époque et d’un lieu dont la spécificité fait résonner ses thèmes avec une universalité vivifiante. Linklater saisit les journées langoureuses de jeux de société, d’émissions de télévision et d’activités de plein air, où une sortie au cinéma peut être aussi exaltante qu’une journée dans un parc d’attractions, ou comment les atrocités de la vie réelle dans le monde en général peuvent sembler à la fois terrifiantes et lointaines.

La meilleure soirée devant « Everybody Wants Some!!« 

En tant qu’allégorie, Apollo 10½ est certainement très lourd, menaçant à un moment donné de basculer dans le registre de la parodie alors que Linklater empile métaphore sur métaphore, introduisant une montagne russe hilarante et symbolique juste au moment où notre jeune protagoniste est sur le point de faire ses premiers pas prudents sur la surface de la lune, nous comprenons, grandir est à la fois exaltant et effrayant, il y aura beaucoup de hauts et de bas, etc. Mais le film est aussi un instantané d’une société sur le point de passer à l’âge adulte, une ère d’excitation et de possibilités illimitées, que l’on retrouve dans tout, de l’explosion de la construction des banlieues à la création de l’AstroTurf (vous savez, comme l’herbe, mais en mieux) à la course, à l’espace elle-même.

Chaque génération suivante renouvelle l’espoir que le monde peut être meilleur, et Apollo 10½ résume de manière succincte et touchante ces sentiments fugaces où cette promesse est la plus tangible. Si nous ne pouvons pas tous partager les sentiments de mélancolie qui accompagnaient les programmes télévisés préférés du dimanche soir de notre enfance, où le spectre d’un autre lundi se profilait, les perspectives sont sombres. Linklater comprend cela mieux que la plupart des cinéastes en activité, et Apollo 10½ ne fait que confirmer sa valeur.

Note : 3.5 sur 5.

Apollo 10½ : Les fusées de mon enfance sur Netflix le 1 avril 2022.

0
0