LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] All My Friends Hate Me – Nous aussi on hate you

Si All My Friends Hate Me mérite d’être reconnu pour quelque chose, c’est de garder les spectateurs dans l’ignorance de ses objectifs. Le problème, c’est qu’une fois le film terminé, son objectif, présenté sous la forme d’une chute mesquine, ressemble à une gifle par rapport à plusieurs autres points et messages que le réalisateur Andrew Gaynord (en collaboration avec les scénaristes Tom Palmer et Tom Stourton) avait annoncés. L’un des aspects du final voit le protagoniste révéler quelque chose (un secret quelque peu sous-entendu dont nous ne connaissons pas les détails) d’une façon obscure qui nous met dans la peau et redéfinit le personnage à l’écran, en mettant en lumière certains traits de sa personnalité. C’est une révélation qui appartient à un bien meilleur film, un film qui ne veut pas simplement l’utiliser comme un instant sans importance.

Malheureusement, les problèmes de All My Friends Hate Me demeurent flous. C’est l’un de ces films qui existent principalement dans un état d’intrigue, de répétition, de légère prévisibilité et de confusion où il est difficile de décider si vous appréciez ce que vous regardez jusqu’à ce que vous sachiez où cela va. Heureusement, pour ces cinéastes, même une fin aigre ne peut rien enlever à la paranoïa et à l’anxiété épaisses qu’ils font naître pendant 90 minutes, souvent grâce à une mise en scène et un silence désarmants (il y a une scène où un personnage s’approche furtivement d’un autre avec un fusil qui est conçue de manière tendue comme si elle sortait d’un film d’horreur). L’histoire est centrée sur Pete (le coscénariste Tom Stourton, qui joue un double rôle), qui se rend dans un manoir de campagne pour fêter son anniversaire et retrouver des amis de l’université (l’endroit appartient à l’un de leurs pères). Pete est également franc avec sa petite amie actuelle, Sonia (Charly Clive), sur le fait qu’ils ont fait des choses stupides et que son ancienne partenaire Claire (Antonia Clarke) sera invitée. Il semble conscient que le passé fut rempli d’erreurs et de bêtises étudiantes classiques, mais il a mûri et pense que ses amis ont fait de même.

© FILMO

Le week-end commence déjà mal lorsque Pete a du mal à trouver la luxueuse maison, rencontrant un sans-abri qui maltraite un chien et se cache dans sa voiture, puis tombant sur un homme âgé bizarre (Christopher Fairbank) qui laisse planer une impression de meurtre avant de donner gentiment des indications précises. Une fois qu’il gare sa voiture et entre dans la maison, ses amis ne sont pas là. Il attend donc et attend encore, avec l’impression d’avoir été victime d’une farce, du moins jusqu’à ce qu’ils entrent enfin et mentionnent qu’ils étaient au pub et ne savaient pas qu’il serait là si tôt. Il s’avère également que ses amis n’ont pas mûri du tout, qu’ils sont toujours prompts à prendre des drogues dures, à tirer sur des oiseaux, à se livrer à des jeux d’esprit (l’un d’entre eux mentionne que Claire a tenté de se suicider lorsqu’ils ont rompu et ne dit pas qu’il pense à demander Sonia en mariage, pour que quelqu’un vende la mèche de toute façon), et qu’ils agissent généralement comme des trous du cul désagréables. Pendant ce temps, Pete a sa vie bien rangée et aime mentionner qu’il travaille dans un camp de réfugiés.

En gardant cela à l’esprit, All My Friends Hate Me n’est pas un film sur un groupe d’amis qui donne à leur ami adulte des conseils pour qu’il puisse se détendre, se relaxer et vivre un peu sa vie ; la majorité d’entre eux font des choses légitimement horribles pour que les réalisateurs prennent leur défense. Ils sont également une bande de riches suffisants et égocentriques, à l’exception de l’étranger au pub qui se joint au groupe et qui semble en vouloir davantage à Pete pour une raison inexplicable. Le plus frustrant, c’est que l’histoire tourne quelque peu en rond jusqu’aux 10 dernières minutes, où tout est révélé (ou peut-être rien n’est révélé). Il est vrai qu’il y a une atmosphère étrange et que le ton réussit à nous rendre paranoïaques aux côtés de Pete, mais pour certaines des raisons les plus insatisfaisantes que l’on puisse imaginer.

Encore une fois, même lorsque le film est sur quelque chose d’incroyablement sombre qui fait mouche, c’est presque comme si les réalisateurs ne se rendaient même pas compte de ce qu’ils ont, le jetant rapidement aux ordures. All My Friends Hate Me semble avoir été conceptualisé avec trop d’idées en tête qui sont si mal gérées qu’elles contrebalancent l’artisanat autrement tendu qui est exposé.

Note : 2 sur 5.

All My Friends Hate Me de Andrew Gaynord, 1h33, avec Tom Stourton, Georgina Campbell, Christopher Fairbank – En exclusivité sur FILMO depuis le 1er janvier 2023.

0
0
4.0
L'avis de la rédaction
Summary

All My Friends Hate Me semble avoir été conceptualisé avec trop d'idées en tête qui sont si mal gérées qu'elles contrebalancent l'artisanat autrement tendu qui est exposé.

  • Louan Nivesse4
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

1
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] On The Line – De la valeur choc pour le plaisir de choquer

Elvis Cooney (Mel Gibson), animateur de radio de choc à minuit, arrive...

6.3
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] The Pale Blue Eye – Un mystère farfelu

Hostiles avait impressionné à sa sortie, offrant à Christian Bale un rôle...

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] White Noise – Le revirement de l’auteur

Noah Baumbach est l’une des coqueluches de la scène du cinéma indépendant...