Auteur : Louan Nivesse

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Devotion – La chute d’Icare

Ne tournons pas autour du pot : Jonathan Majors est une star. Ne soyez pas surpris lorsqu’il remportera, comme prévu, un Oscar d’ici quelques années. Et il prouve, une fois de plus, pourquoi ce sera le cas avec sa magnifique performance dans le rôle de Jessie Brown dans Devotion. Il porte chaque scène à laquelle il participe avec un poids émotionnel énorme et fait du film un bon moment à regarder. Le film lui-même n’est pas aussi intéressant que le

LIRE LA SUITE »
FILMS

[CRITIQUE] We Have a Ghost, Call Me Chihiro & Dans leur ombre – Fantôme, positivité et racisme

We Have a Ghost, Christopher Landon We Have a Ghost, du scénariste et réalisateur Christopher Landon est basé sur une nouvelle de Geoff Manaugh. Celui-ci met en vedette Anthony Mackie, David Harbour, Erica Ash, Tig Notaro et Jennifer Coolidge, et raconte l’histoire d’une jeune famille qui emménage dans une maison hantée à Chicago. Dans le film, Frank et Melanie Presley emménagent avec leurs deux fils, Kevin et Fulton, dans une nouvelle maison pour prendre un nouveau départ. Peu de temps

LIRE LA SUITE »
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] Éclats d’enfance – Éphémérité des responsabilités

Les événements relatés dans Éclats d’enfance, le long métrage documentaire du réalisateur Simon Lereng Wilmont, nommé aux Oscars, se sont déroulés peu avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie l’année dernière, mais ils n’en sont pas moins fascinants. Les quatre jeunes enfants que le film suit, tous affectés temporairement à un orphelinat bricolé sous la responsabilité de bénévoles, sont confrontés à un avenir incertain, même en l’état. Le fait de savoir que leur pays sera bientôt une zone de guerre

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Empire of Light – Amour, vie et cinéma

Ces deux dernières années, les gens ont été enfermés en raison de la pandémie de Covid-19 et des autres événements de propagation qui ont frappé le monde. Lorsque les confinements ont commencé, les gens sont restés bloqués chez eux, sans pouvoir se rendre dans les endroits qui ont de la valeur dans la vie, comme les salles de concert, les restaurants, et pour beaucoup, dont moi, le cinéma. Le cinéma est l’un des seuls endroits qui nous reste où nous

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Son – Dommage collatéral

Florian Zeller, dramaturge très respecté et de renommée internationale, possède un formidable talent pour débusquer le désespoir considérable qui se cache souvent sous les apparences banales au sein de la famille traditionnelle. Il s’est construit une brillante carrière grâce à cette capacité à tirer inconfortablement sur ces fractures parfois imperceptibles qui, une fois secouées, s’effilochent inconfortablement en désespoir. Avec sa célèbre trilogie familiale jouée dans le monde entier, et après avoir adapté The Father pour ses débuts en tant que

LIRE LA SUITE »
ANALYSE

[ANALYSE] La Nuit des morts-vivants – Nous sommes les croque-mitaines

La monstruosité est dans l’œil de celui qui regarde. Alors que certains voient leurs peurs les plus cruelles prendre vie dans des créations grotesques, d’autres trouvent une connexion bienvenue avec les pulsions les plus dégoûtantes. L’année 1968 a connu son lot de visions monstrueuses, à cheval entre la dure réalité et l’imagination débordante. Ces créatures vicieuses créées par l’homme ont permis d’entrevoir les aspects les plus sombres d’une société compliquée. Quelque chose d’excitant, en dehors des limites du studio traditionnel,

LIRE LA SUITE »
La rétrospective ROCKY

[RETROSPECTIVE] Rocky Balboa – La parfaite symbiose entre la nostalgie et le contemporain

Trente ans et beaucoup d’histoire se sont écoulés depuis que Sylvester Stallone a porté sur nos écrans le personnage emblématique de Rocky Balboa, éternel outsider. Depuis lors, il est devenu deux fois champion du monde, a disputé plus de 80 combats professionnels, a battu M. T, a contribué à instaurer la paix entre la Russie et l’Amérique avant de prendre sa retraite et de se retrouver dans un combat de rue avec une grande gueule. Aussi, lorsque, 17 ans après

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Domingo et la brume & Le Marchand de Sable – Fantôme et société

Domingo et la brume, Ariel Escalante Meza Domingo et la brume, le deuxième long métrage du scénariste et réalisateur costaricain Ariel Escalante Meza, suit le veuf du nom (Carlos Ureña) qui résiste à des voyous déterminés à lui faire vendre ses terres pour faire place à une nouvelle autoroute. Le jour, il est hanté par les bruits lointains de la construction et des coups de feu alors que les brutes prennent progressivement pied dans la région, ses amis proches faisant

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] The Immaculate Room – Enfermé dans son idée

Le concept de la chambre immaculée est simple : vous restez dans la pièce pendant cinquante jours et vous repartez avec cinq millions de dollars en liquide. Pas de téléphone, pas de divertissement, pas d’accès au monde extérieur – juste vous et votre partenaire, seuls, sans autre compagnie que la mystérieuse voix de la chambre. Et bien que cela puisse sembler être une tâche facile, les protagonistes Mike (Emile Hirsch) et Kate (Kate Bosworth) prouvent que même les volontés les

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Chevalier Noir – L’influence de l’Occident

L’Iran est un pays qui a l’un des taux de toxicomanie les plus élevés au monde. Le fait d’être directement sur la route commerciale avec l’Afghanistan, premier producteur d’opium et d’héroïne, et d’avoir une frontière presque impossible à surveiller n’aide pas. Pourtant, dans le cinéma iranien, la toxicomanie n’est pas un sujet très fréquent, du moins si on la compare au nombre de toxicomanes. Mais malgré la censure de l’État, des films sortent où le problème est abordé de front.

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif