[CRITIQUE] Le Prince – Une véritable histoire d’amour

[CRITIQUE] Le Prince – Une véritable histoire d’amour

16 juin 2022 0 Par Louan N

La conservatrice Monika (Ursula Strauss) vient d’inaugurer avec beaucoup de compétence une exposition, mais elle a appris que son patron Peter (Alex Brendemühl) changeait de poste et que le sien devenait précaire, se trouve maintenant dans l’arrière-cour d’un bar africain et s’apprête à fumer quand le bruit se fait entendre à l’intérieur, quand la porte s’ouvre, quand un homme sort en catastrophe, regarde rapidement autour de lui, la pousse près des poubelles et lui conseille de se baisser comme lui et de rester calme. Un homme noir (Passi Balende), beau, bien habillé, et soudain très proche d’elle. « I’m sorry« , dit-il doucement alors qu’ils sont accroupis ensemble contre le mur, et se présente poliment : « I’m Joseph« . Elle n’hésite que quelques instants, dit : « I’m Monika« , et quand il rétorque : « Nice to meet you, Monika« , c’est fait.

Un regard et l’amour éclate ? Oui, on peut le formuler ainsi, même si le lieu et les circonstances ne pourraient pas être moins romantiques. Et cela restera difficile, ils ont des passés très différents, vivent dans des milieux et des cultures différents, sont en fait un couple impossible. Ils le savent aussi, et malgré cette première rencontre houleuse, ils ne se jettent pas immédiatement l’un sur l’autre, mais se comportent l’un avec l’autre comme s’ils ne pouvaient pas encore vraiment comprendre ce qui leur est arrivé. Mais leurs gestes et leurs regards les précèdent et trahissent une attirance mutuelle qui ne peut plus être écartée. Alors que Monika est assise au bistrot avec son amie Ursula (Victoria Trautmannsdorff), son téléphone portable se met à sonner. « Un artiste ?« , demande l’amie. Monika secoue légèrement la tête, sourit avec bonheur, si bien que l’on sait immédiatement qui a appelé.

Par la découverte : les émotions.

Devant leur maison, Monika et Joseph se sont encore quittés timidement en s’embrassant sur la joue, ils sont maintenant assis dans sa petite cuisine, après que les fleurs qu’elle a apportées ont été placées dans une bouteille en plastique coupée, et elle dit : « Tu es mignon« . Il lui tient longuement la main – et puis c’est déjà l’heure, ils sont au lit et elle demande des explications sur sa cicatrice dans le dos. Il ne voulait pas s’engager dans l’armée, dit Joseph, qui est originaire du Congo et veut aussi y retourner pour exploiter une mine de diamants sur ses propres terres. En Allemagne, il fait de l’import-export, mais ce n’est que temporaire, il n’a pas non plus besoin de grand-chose pour son projet, seulement d’un ou deux millions. En entendant de telles phrases, Monika sourit, ne sait pas si elle doit le croire, et nous, les spectateurs, ne le savons pas non plus. « Es-tu vraiment un prince ?« , demande-t-elle à Joseph, surnommé ainsi dans les bars de la communauté congolaise. Il n’y a pas de réponse.

La réalisatrice Lisa Bierwirth, qui a déjà travaillé avec Maren Ade (Toni Erdmann), s’est inspirée de l’histoire de sa mère, qui avait épousé un homme de Kinshasa, pour son premier long métrage Le Prince.

Lorsque Monika et Joseph sont ensemble, ils se créent leur propre espace. Mais même là, leur amour est menacé : il se méfie parfois de ses sentiments, exige son respect (« Mon père a été colonisé. Pas moi !« ), se sent blessé dans sa dignité. Elle se sent snobée parce qu’il ne lui dit pas tout, l’exclut par exemple de ses affaires obscures. Mais si ce couple sort de sa sphère privée, si Monika apparaît dans son milieu ou Joseph dans le sien, cela devient encore pire. Ils sont alors des corps étrangers dans l’espace de l’autre ou des autres, et ce n’est que parfois que cet état se résout par un apport à l’alcool dans une décontraction exubérante à laquelle il ne faut pas se fier. En tant qu’amie, elle a un « devoir de surveillance« , dit Ursula après une telle soirée et fait remarquer à Monika tout ce qu’elle ne veut pas entendre à propos de leur relation.

Les regards sont la seule manière de répandre les sentiments.

Les scènes dans les bars africains enfumés ou autour de la table à manger dans un appartement bourgeois peuvent sembler semi-documentaires et improvisées : Elles sont brillamment condensées par la mise en scène et excellemment interprétées par les acteurs. Passi Balende, une figure du rap en France, joue souverainement le rôle d’un homme qui a vécu des épreuves et qui ne peut et ne veut donc pas tout révéler de lui-même. Et il faut absolument voir à quel point Ursula Strauss est douée ! Mais tous les autres personnages, même s’ils n’apparaissent que brièvement, donnent l’impression d’avoir une existence ambiguë et complexe. Ils ne sont pas jugés moralement, en tout cas pas par la réalisatrice. Celle-ci reste dans Le Prince une observatrice précise, pleine d’empathie certes, mais aussi avec une distance discrète qui laisse aux protagonistes leur obstination et leur vie propre.

Choc culturel.

Les rues de Francfort, les ambiances et les milieux très proches les uns des autres, les bars, les pubs et les galeries, les langues dans Le Prince : l’allemand, l’anglais, le français et le lingala, les nombreux découpages et aperçus : L’histoire de la candidature de Monika à la succession de Peter, dans laquelle se reflète paradoxalement tout le monde de l’art avec son jargon intellectuel et ses vernissages dans des caves en béton, et en parallèle l’histoire des affaires de Joseph (« J’envoie le container dans quelques semaines« ), où il est question de délais, d’argent et de manquements, traverse tout le film. Ce dernier point aurait pu être raconté comme un thriller, le milieu de Joseph n’est pas tendre. Mais un coup de tête soudain se produit alors plutôt en second plan, la réalisatrice n’en fait pas un grand drame.

C’est toujours une histoire d’amour. Et une histoire qui ne veut pas s’enfermer dans l’intrigue du mariage blanc, qui est depuis longtemps devenue un genre, c’est-à-dire dans ces histoires clichées dans lesquelles la formalité politique et bienveillante se transforme en véritable amour. Joseph, harcelé par les autorités et sans permis de séjour, pourrait certes se faciliter la vie en se mariant avec Monika. Mais ce n’est pas ce qu’il attend d’elle. Sa confiance, voilà ce qu’il faudrait. Et voilà que ce sachet de diamants est posé sur sa table, en remboursement de sa dette. Sont-ils authentiques ? Faut-il le vérifier, tout de suite, et prendre un marteau ? Et qu’est-ce qui serait alors prouvé ? Non, il n’est pas facile de vivre un tel amour en tant que partenaires égaux, lorsque des écarts culturels, sociaux et économiques se creusent sans cesse. Mais cela valait la peine d’essayer, en tout cas pour Monika et Joseph. Et c’est peut-être encore le cas…

Note : 4 sur 5.

Le Prince au cinéma le 15 juin 2022

0
0