CINEMA DU PRÉSENT

[CRITIQUE] Land – Chasse et pêche dans les Rocheuses

Se présentant initialement comme un récit de deuil reclus et isolé, Land surprend et prend la forme d’une histoire de survie dans les Rocheuses. Un bref prologue montre Edée (Robin Wright, qui fait ici ses débuts de réalisatrice) se coupant de la société suite à une vague tragédie impliquant sa famille. Elle s’installe dans une cabane dans les montagnes, seule, allant jusqu’à se débarrasser de son téléphone portable en chemin, alors même que sa sœur Emma (une Kim Dickens quelque peu sous-utilisée) l’appelle vraisemblablement pour lui parler de son état d’esprit dépressif et du choix qu’elle est en train de faire. Un vieux barbu lui propose de lui apporter des provisions de temps en temps, mais Edée le fuit également.

Bien que l’intrépidité d’Edie soit admirable (ou peut-être s’agit-il simplement d’un aveuglement intentionnel qui ne se soucie pas de ce qui est sur le point de mal tourner), ce ne sont pas des décisions judicieuses étant donné qu’il est clair dès le début qu’elle n’est pas une personne d’extérieur et qu’elle n’a aucune idée réelle de la façon de gagner sa vie de cette manière. Les activités quotidiennes telles que couper du bois, poser des pièges à animaux et affronter des blizzards glacials (Land se déroule sur une période d’environ deux ans, ce qui est étonnant pour les mauvaises raisons si l’on tient compte du fait que le film ne dure que 89 minutes) s’avèrent difficiles et l’amènent finalement au bord de la mort. Au plus fort de la tempête, un chasseur joué par Demián Bichir et une infirmière jouée par Sarah Dawn Pledge utilisent leur expérience de la vie sauvage pour sentir que quelque chose ne va pas dans la cabane, trouvant Edee et la ramenant à la normale. Malgré le fait qu’elle ne veuille pas être en présence d’êtres humains, Edie et l’étranger commencent lentement à se lier d’amitié alors qu’il lui enseigne les bases de la survie en plein air. Il s’avère également que cet homme a dû faire face à sa propre tragédie. Cependant, il s’en sort mieux et apporte un peu de légèreté à la situation et une étincelle de bonheur dans la vie d’Edie, qui commence à faire des blagues et à chanter des chansons pop des années 80.

Sans rien enlever à la performance de Robin Wright, qui est satisfaisante, qu’elle exprime une douleur intérieure ou extérieure, sa mise en scène (sur un scénario de Jesse Chatham et Erin Dignam) n’est pas totalement aboutie. L’approche minimaliste de l’histoire est appréciée, mais il y a presque trop peu de choses sur lesquelles s’appuyer (jusqu’à ce qu’elle commence à voir des visions clichées de son mari et de son fils dans un lac voisin, je supposais que la raison pour laquelle elle se retirait avait un rapport avec quelque chose que sa sœur avait fait). Ce défaut est exponentiellement perceptible lorsqu’il s’agit de son nouvel ami, qui lâche quelques détails tristes de son côté vers le point culminant, mais qui ne suscitent pas d’émotion, en partie parce que ces deux personnages ne semblent pas développés. 

Ce qui reste, ce sont des séquences de survie plutôt routinières et une formation standard sur la façon de vivre une nouvelle vie de façon indépendante, et bien qu’il y ait une certaine inspiration à trouver dans le fait qu’Edie surmonte les défis des grands espaces, une fois que Land redevient une histoire de deuil et de passé malheureux, c’est un rappel que ce récit est incomplet dans certains domaines et qu’il avait besoin de plus de travail. C’est particulièrement évident lorsque les personnages se mettent à parler de Yoda de Star Wars, d’une manière dont on sait qu’elle va apparaître à la fin comme une manœuvre à faire pleurer. C’est le cas, c’est à mourir de rire, mais la plupart des spectateurs ont déjà fini de regarder le film. Seuls les acharnés de Robin Wright doivent s’inscrire, car son jeu est bon, mais elle s’est placée dans un film où il n’y a pas grand-chose de thématique.

Land actuellement au cinéma.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *