[CRITIQUE] La Passion de Dodin Bouffant, Vers un avenir radieux & Asteroid City (Cannes 2023 – Jour 8)

Huitième journée à Cannes avec les projections de trois films : Asteroid City, de Wes Anderson (en compétition),  La Passion de Dodin Bouffant de Tran Anh Hung (en compétition), et Vers un avenir radieux, de Nanni Moretti (en compétition).

ASTEROID CITY, Wes Anderson

© 2022 Pop. 87 Productions LLC

Deux ans après la sélection en compétition de The French DispatchWes Anderson revient avec un nouveau casting prestigieux pour nous présenter Asteroid City. Réunis dans une petite ville de l’Ouest américain des années 50 pour une remise de prix d’inventions liées à la science spatiale, des parents et leurs enfants se retrouvent confinés contre leur gré après l’apparition d’un alien pendant l’événement… Le précédent film de Wes Anderson contenait trois histoires racontées dans un journal, ce qui, malgré de fabuleuses expérimentations esthétiques (peut-être sa plus belle mise en scène), laissait peu de place à l’émotion du fait de la durée des différents récits. Dans Asteroid City, le cinéaste Texan, toujours accompagné par Roman Coppola, retourne à une histoire complète. Enfin presque.

Asteroid City de Wes Anderson, 1h45, avec Jason Schwartzman, Scarlett Johansson, Tilda Swinton – Au cinéma le 21 juin 2023

LA PASSION DE DODIN BOUFFANT, Tran Anh Hung

© 2023 CURIOSA FILMS – GAUMONT – FRANCE 2 CINÉMA

Présent il y a presque 30 ans pour L’Odeur de la Papaye Verte, pour lequel il a remporté la caméra d’or à Un Certain Regard, Tran Anh Hung revient cette fois en compétition pour La Passion de Dodin-Bouffant, un drame romantico-culinaire, sur deux cuisiniers hors pair en France au 19ème siècle. La délicatesse du réalisateur d’à la Verticale de l’été se déploie dans ce ballet gastronomique, s’ouvrant sur une longue scène de préparation de plats, presque sans dialogues, que l’on observe avec admiration, et dont les gros plans langoureux font saliver toutes nos papilles. La suite du film est nettement plus bavarde (mais tout aussi passionnante), mais des séquences de cuisine n’ont jamais été filmées ainsi au cinéma, presque comme des scènes d’amour, et traitées avec une douceur majestueuse.

Benoît Magimel et Juliette Binoche sont exceptionnels, faisant transpirer à l’écran la passion gastronomique qui les unit, bien au-delà de leur jolie histoire d’amour. Tantôt avec une caméra flottante, ou des cadres très composés, le cinéaste franco-vietnamien propose une mise en scène de toute beauté, dont certains plans semblent tirés d’un tableau de Renoir… De magnifiques idées, comme ce plan final circulaire d’une beauté terrassante. Si le jury décide de ne pas lui donner la Palme, il faut au moins lui trouver une place au palmarès. Comme le dit Magimel dans le film  « la découverte d’un nouveau met donne plus de bonheur à l’humanité que la découverte d’une nouvelle étoile. » C’est un peu le sentiment que l’on peut avoir en découvrant ce film, et ces plats tous plus appétissants les uns que les autres.

La Passion de Dodin Bouffant de Tran Anh Hung, 2h14, avec Juliette Binoche, Benoît Magimel, Emmanuel Salinger – Au cinéma le 8 novembre 2023

VERS UN AVENIR RADIEUX, Nanni Moretti

© Sacher Film

Après une sélection en 2021 pour Tre Piani, malheureusement reparti sans récompense, Nanni Moretti revient cette fois avec une comédie plus légère, avec un fond mélancolique sur le processus créatif d’un film et son impact sur le bonheur des artistes. Une pure comédie où il joue un réalisateur, et rappelle qu’il est aussi un acteur brillant. Le voir délivrer des répliques savoureuses avec son air exaspéré (et exaspérant) est assez hilarant. Un film introspectif sur un cinéaste au bord de la crise de nerfs pendant le tournage difficile de son film sur des militants communistes dans les années 50. Nanni Moretti est en très grande forme, avec des dialogues ciselés qui tirent à boulets rouges sur une génération de cinéastes obsédés par des images violentes sans en comprendre la substance, et sur Netflix lors d’une scène d’entretien lunaire mais reflétant les limites créatives du géant du streaming. Très chouette film, qui revient aux meilleures heures comédies du réalisateur, sans partir aussi loin dans l’absurde, s’assurant ainsi de ne pas perdre son spectateur, même si il aime dire qu’il n’y pense pas.

Vers un avenir radieux de Nanni Moretti, 1h36, avec Nanni Moretti, Margherita Buy, Silvio Orlando – Au cinéma le 28 juin 2023

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *