AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Ghost Therapy – Voir des gens qui sont morts

Dans Ghost Therapy, la mort n’est pas une échappatoire pour les vivants. Le concept souvent incompris que l’enfer est constitué d’autres personnes devient douloureusement clair dans ce film indépendant du réalisateur Clay Tatum. Écrit avec son partenaire Whitmer Thomas, le film est une sorte de mélange qui va de la comédie à la tragédie. Par moments, il s’efforce de se faire passer pour un récit réconfortant avant de plonger dans une atmosphère morbide. Heureusement, Ghost Therapy comprend que l’enfer, ce n’est pas les autres parce que les gens existent, c’est la façon dont nous nous voyons en eux. L’histoire tourne autour de Clay, joué par Clay Tatum. C’est un aspirant photographe dont la carrière ne va nulle part. Alors que sa femme est en voyage d’affaires, il rencontre un visage familier, Whit, joué par Whitmer Thomas. Alors que ces deux amis, loin d’être proches, se retrouvent, Whit révèle qu’il est mort récemment, qu’il est devenu un fantôme et que seul Clay peut le voir.

Cependant, bien que le film semble sur le point de reproduire une formule familière, il finit par s’orienter vers un scénario innovant. Ce n’est pas l’histoire d’un artiste en difficulté qui retrouve le goût de vivre grâce à son ami fantôme. Malheureusement, malgré quelques directions intelligentes, Ghost Therapy échoue trop souvent. Le film s’inspire du sous-genre mumblecore du cinéma indépendant. En tant que tel, le but est d’offrir au public un jeu d’acteur naturaliste en privilégiant le dialogue à l’intrigue. Si cela fonctionne parfois, plusieurs conversations dans Ghost Therapy semblent sans but. Il est possible de faire valoir que les personnages évitent nerveusement un sujet, mais on a l’impression que les interprètes divaguent pour tuer le temps. En conséquence, certaines parties de Ghost Therapy commencent à être inutilement longues. La redondance n’arrange pas les choses. Certains moments ont tendance à ressasser les mêmes choses. Cela se traduit par de multiples scènes sur des sujets déjà bien définis, et cela pourrait être correct si chaque échange allait dans une nouvelle direction. En l’état, Ghost Therapy tourne souvent en rond autour de points déjà abordés au lieu d’aller de l’avant.

© Damned Films

Il est intéressant de noter que ni Clay ni Whit ne sont particulièrement sympathiques. C’est agréable à voir dans un film écrit, interprété, monté et réalisé par ses propres auteurs. Au lieu d’écrire des personnalités agréables, Clay Tatum et Whitmer Thomas ont pris le risque satisfaisant de faire de leurs personnages des losers totalement antipathiques. Whit est un individu pathétique qui adopte rapidement un comportement effrayant, surtout lorsqu’il essaie d’embrasser son existence de fantôme. Clay est un homme-enfant paresseux dans le pire sens du terme. Ni l’un ni l’autre ne sont des individus particulièrement admirables, mais chacun d’entre eux renferme une inconfortable similarité. Les spectateurs ne se reconnaîtront peut-être pas dans ces personnages, mais ils verront des personnes qu’ils connaissent. Et la façon dont Clay traite Whit résonnera certainement d’une manière que les gens n’admettront pas toujours de comprendre. Il est donc difficile de reprocher à l’un ou l’autre de manquer de charme. L’absence de charme semble presque être le but. Pourtant, il n’est pas facile de voir quelqu’un comme Whit, désespérément à la recherche de tout lien humain, se raccrocher à la pire personne possible pour soulager sa solitude. Il y a là une audace narrative qui mérite d’être appréciée.

Ce genre de risques fait de Ghost Therapy un film plein de potentiel. Certaines conventions standard sont mises en place puis bouleversées. Là où d’autres longs métrages pourraient s’orienter vers des perspectives plus optimistes, Ghost Therapy se risque à une vision plus misanthrope. Pourtant, le film sait suffisamment bien qu’il peut tenter d’atténuer le pessimisme par la comédie. Tentative est le mot juste car c’est un autre point sensible. Il y a des moments de blagounettes qui sont clairement destinés à être comiques et qui tombent douloureusement à plat. La plupart des blagues ne suscitent guère plus qu’un ricanement, et ce sont les rares qui marchent. Dans l’ensemble, Ghost Therapy donne l’impression de se retrouver coincé à une fête par une personne qui affiche un sourire en coin mais qui est déterminée à ne pas s’arrêter de parler jusqu’à ce qu’un fou rire s’ensuive. Personnellement, je voulais que le film cesse d’essayer d’être drôle, ce qu’il ne fait pas particulièrement bien, et se concentre davantage sur le drame, ce qu’il fait beaucoup mieux. Ghost Therapy fait un merveilleux travail de manœuvre autour de son petit budget. On n’a pas l’impression d’être dans un film indépendant. Il y a des choix de plans judicieux qui exploitent au maximum le petit espace. L’éclairage, en particulier les scènes de nuit, contribue à créer une atmosphère inquiétante. Certaines séquences impliquant Whit donnent vraiment l’impression qu’il s’agit d’un fantôme, simplement par la façon dont il est éclairé et se tient dans la scène.

© Damned Films

La musique est plutôt discrète, mais elle est utilisée à bon escient. Parfois, elle peut contraster avec l’ambiance voulue. La bande-son peut parfois sembler plus fantasque que la scène, mais cette dualité fonctionne agréablement. En outre, comme c’est souvent le cas avec les films indépendants, il n’y a pas de morceaux immédiatement reconnaissables, ce qui est une bonne chose. Cela permet aux chansons d’ajouter aux scènes sans pour autant perturber les événements, et certaines peuvent même accrocher un ou deux nouveaux spectateurs. Au cœur de Ghost Therapy se trouve une histoire de solitude. Certains la trouveront sans doute touchante. D’autres seront rebutés par des personnages principaux peu sympathiques et par une longueur qui semble inutile. Ajoutez à cela le fait que la comédie suscite à peine un petit rire, et Ghost Therapy peut être un peu épuisant. Pourtant, il contient une histoire qui est incroyablement honnête. De plus, ce que l’on voit à l’écran est un excellent exemple du fait qu’un film à petit budget n’a pas besoin d’être filmé avec des caméras de téléphone. Loin, très loin d’être parfait, Ghost Therapy mérite d’être salué pour avoir pris certains risques narratifs et montré honnêtement les failles humaines.

Ghost Therapy de Clay Tatum, 1h44, avec Clay Tatum, Whitmer Thomas, Whitney Weir – Au cinéma le 1 février 2023.

0
0
6.0
L'avis de la rédaction
Summary

Au cœur de Ghost Therapy se trouve une histoire de solitude. Certains la trouveront sans doute touchante. D'autres seront rebutés par des personnages principaux peu sympathiques et par une longueur qui semble inutile. Ajoutez à cela le fait que la comédie suscite à peine un petit rire, et Ghost Therapy peut être un peu épuisant. Pourtant, il contient une histoire qui est incroyablement honnête. De plus, ce que l'on voit à l'écran est un excellent exemple du fait qu'un film à petit budget n'a pas besoin d'être filmé avec des caméras de téléphone. Loin, très loin d'être parfait, Ghost Therapy mérite d'être salué pour avoir pris certains risques narratifs et montré honnêtement les failles humaines.

  • Louan Nivesse6
Written by
Louan Nivesse

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

4
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Transformers: Rise of the Beasts – Contrôle technique négatif

Transformers: Rise of the Beasts, réalisé par Steven Caple Jr., est présenté...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Low-Tech – Repenser notre relation avec la technologie, un enjeu politique crucial

Low-Tech, le documentaire réalisé par Adrien Bellay, aborde avec pertinence et engagement...

4