[CRITIQUE] Egō – Rage adolescente

[CRITIQUE] Egō – Rage adolescente

25 avril 2022 0 Par Louan N

Egō, de la réalisatrice Hanna Bergholm, est un cauchemar finlandais de body-horror et de passage à l’âge adulte. Le film est centré sur Tinja (Siiri Solalinna), une jeune fille de douze ans qui ressent le poids de la perfection. Sa mère (Sophia Heikkilä), que l’on appelle seulement Mère, a forcé Tinja à faire de la gymnastique afin de créer une image idéalisée d’une famille parfaite pour les vidéos de son blog sur YouTube. Mère se soucie davantage de l’image en ligne qu’elle cultive soigneusement que de la réalité de sa famille. Mère et Tinja portent toujours des robes blanches en dentelle assorties, tandis que le frère Matias (Oiva Ollila) et le père (Jani Volanen) portent des chemises assorties. Tinja trouve un oiseau blessé dans les bois et l’écrase avec une pierre pour mettre fin à ses souffrances. Il y a à proximité un nid contenant un œuf d’oiseau que Tinja croit appartenir à l’oiseau qu’elle a tué. Elle ramène donc l’œuf chez elle pour le faire éclore et l’élever. Elle découpe son ours en peluche pour créer un nid artificiel pour l’œuf. L’œuf commence à grandir et finit par donner naissance à une créature terrifiante qui, en vieillissant, commence à ressembler à Tinja.

Le genre de l’horreur est depuis longtemps un lieu qui permet aux luttes d’adolescents d’être personnifiées par des monstres, des superpouvoirs et, maintenant, des oiseaux anthropomorphes. Ça et Carrie sont deux films qui viennent immédiatement à l’esprit. Au fur et à mesure que l’oiseau double de Tinja (Alli) devient plus grand et plus fort, il commence à agir sur la colère et les désirs douteux de Tinja. La fille en gymnastique qui prend la place de Tinja dans la compétition à venir est attaquée par la créature oiseau. Alli se nourrit des émotions refoulées de Tinja et brise l’image de perfection que Tinja a créée pour plaire à sa mère. Les décors d’Egō sont d’une beauté troublante. Le fantasme de la banlieue parfaite que vend la mère crée une atmosphère inquiétante. Le salon familial est un pays des merveilles rose pastel qui cache une maison des horreurs. Le papier peint à fleurs, très féminin, orne les murs de la chambre de Tinja et la rend claustrophobe. Même sa chambre, censée être un havre de paix, n’a pas l’air d’être la sienne. Elle n’a rien de personnel, et Mère aurait pu y mettre n’importe quel enfant. Pour elle, Tinja n’est pas sa fille, mais un objet, une preuve de sa propre valeur plutôt que la valeur de Tinja en tant qu’individu.

Cacher ses émotions

Le traitement de Tinja par Mère est en contradiction directe avec la façon dont Tinja traite Alli. Elle prend le temps de laver, de nourrir et de s’occuper d’Alli de manière sincère, montrant à la créature ressemblant à un oiseau plus de douceur que Mère ne lui en montre. Alors que le film touche à sa fin et que le chaos d’Alli s’est déchaîné sur la famille et le voisinage, Mère demande pourquoi Tinja veut protéger Alli. Tinja répond très simplement : « Je l’ai fait éclore ». C’est un amour maternel en contradiction avec la façon dont la mère de Tinja l’a élevée. Les chaînes familiales sur YouTube qui vendent la fiction de la perfection ne manquent pas. C’est un aspect sombre d’Internet et du climat culturel actuel que Egō examine. Avec seulement 90 minutes, le film ne s’attarde pas, et c’est un peu décevant. Il y a tellement de choses à examiner dans le monde des familles sur les médias sociaux, mais Egō ne fait qu’effleurer la surface. Si son manque de profondeur ne nuit pas nécessairement au film, il est facile d’imaginer combien le film aurait pu aller plus loin dans ce monde étrange.

Parfaitement chiant

Avec l’essor des médias sociaux est apparu un sous-genre de film d’horreur qui joue sur la noirceur de l’obsession cultivée par des sites web comme Instagram, TikTok et Twitter. Spree a vu la quête de la célébrité et de la notoriété déboucher sur une folie meurtrière. Cam, Assassination Nation, Searching et Instalife ont tous intégré des éléments des médias sociaux dans leurs histoires d’horreur. Il est tout à fait naturel que la pression de la société pour présenter une présence en ligne parfaite trouve une place dans le genre de l’horreur. Egō fait deux débuts remplis d’assurance. Il s’agit du premier long métrage de la réalisatrice Hanna Bergholm et sa vision est remarquablement assurée. Elle a réussi à équilibrer un nombre important de thèmes et de genres tout en créant quelque chose de passionnant et de nouveau. Solalinna n’a jamais travaillé à la télévision ou au cinéma, mais elle parvient à jouer deux rôles intenses sans effort. Elle ajoute de la nuance au rôle d’Alli, créature d’oiseau déséquilibrée, et démontre qu’il y a plus dans ce personnage que de la pure idiotie.

L’éclosion est une manifestation des pressions de la perfection et des fardeaux que les parents imposent à leurs enfants. C’est une rage féminine personnifiée par une créature aviaire vraiment terrifiante. Rappelant étrangement les films d’horreur d’antan, les débuts de Bergholm font éclore un nouveau récit d’une pertinence sans précédent.

Note : 4 sur 5.

Egō en DVD et Blu-ray le 27 avril 2022

0
0