Catégorie : MADE IN ASIA

C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Déménagement – Séparation Impromptue

S’inscrivant dans le “shomingeki” – théâtre néo-réaliste japonais sur la classe moyenne -, Déménagement est l’œuvre de Shinji Sômai contant le refus d’une petite fille à accepter le divorce de ses parents. Dans une optique de réinvention de genre donc, après Ozu et Naruse, le réalisateur livrait une œuvre toute à la fois douce et poétique. Pour la première fois en salles, Déménagement bénéficie de la restauration du Festival de Venise 2023. Sômai traite de la jeunesse en filmant le

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Kuroneko – Vengeance féline

Kaneto Shindo, important cinéaste Japonais, ayant officié en tant que scénariste, notamment pour Yasuzô Masumura (Tatouage), est surtout connu pour avoir réalisé le poétique L’Île Nue, film dénué de dialogues, mais surtout le saisissant et fiévreux Onibaba. Dans celui-ci, il s’aventurait avec intelligence dans des registres horrifiques et fantastiques, mais c’est bel et bien dans Kuroneko, que ces genres en constituent la véritable colonne vertébrale. Shindo reprend le schéma mère (encore Nobuko Otowa) – belle-fille – fils parti à la

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[REVIOWZ] The Sadness – Plaisir de la haine

Le cinéaste canadien de renom, Rob Jabbaz, a donné vie à son tout premier opus cinématographique intitulé The Sadness, dans les magnifiques décors taïwanais. Le film met en scène une distribution exclusivement composée d’artistes taïwanais, et son récit, d’une envergure narrative considérable, a été habilement conçu de manière à transcender toute spécificité nationale ou culturelle. À la lumière des ravages infligés à la civilisation humaine par la pandémie de COVID-19, il devient impérieux de reconnaître que nous sommes sur le

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Récit d’un Propriétaire – La Vieille Dame et l’Enfant (Festival Lumière 2023)

Récit d’un Propriétaire raconte l’histoire de Tane, une vieille dame irritable, devant accueillir malgré elle un petit garçon égaré. Sorti en 1947, le film se déroule dans le Tokyo d’après-guerre, un paysage vide, où la basse population peine à joindre les deux bouts et manger convenablement. Yasujiro Ozu était déjà à cette époque un cinéaste chevronné et respecté, travaillant depuis la fin des années 1920 pour la Shochiku avec de nombreux films muets, comme Gosses de Tokyo ou Histoire d’Herbes

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] La Légende de Zatōichi : Le Masseur Aveugle – Plus gangster que chambara (Festival Lumière 2023)

Dans le cadre de la nuit consacrée à Kenji Misumi, l’objectif est de parler d’un de ses plus grands films, première œuvre d’une saga longue de 26 films, La Légende de Zatōichi : Le Masseur Aveugle. Zatōichi est aujourd’hui un personnage bien connu de la culture japonaise. Tirée d’une nouvelle de 1961 écrite par Kan Shimozawa, cette histoire est adaptée l’année suivante par Kenji Misumi. Shintarō Katsu revêt la tenue du masseur aveugle, et se révèle aux yeux du Japon

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Le Garçon et le Héron – L’âme pure de l’animation (Festival Lumière 2023)

Cette année est véritablement exceptionnelle. En 2023, des cinéastes octogénaires tels que Takeshi Kitano, Martin Scorsese et Michael Mann ont décidé de revenir à l’écran. Dans la continuité de ces vétérans du cinéma, le grand Hayao Miyazaki a finalement dévoilé son nouveau film, dix ans après Le Vent se Lève et après plus de six années de travail, en partie ralenti par une importante pandémie. Avons-nous des doutes quant à la qualité de son nouveau film ? Pas du tout,

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] Il était un Père – Paternité Sacrificielle (Festival Lumière 2023)

Sorti pendant la Seconde Guerre Mondiale en 1942, ce film de Yasujiro Ozu n’évoque pas le contexte de l’époque, mais va plutôt se concentrer sur le lien entre un père et son fils de l’enfance à l’âge adulte. Dans Le Fils Unique en 1936, son premier film parlant, le cinéaste se penchait sur une veuve tentant de subvenir aux besoins de l’éducation de son fils, en allant travailler loin de chez elle. Dans Il était un Père, c’est le même

LIRE LA SUITE »
C'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]

[RETOUR SUR..] L’Enfer des Armes – Embrasement Juvénile (Festival Lumière 2023)

Troisième film composant sa “Trilogie du Chaos” après Butterfly Murders et Histoires de Cannibales, L’Enfer des Armes en est son plus célèbre et éclatant représentant. Tsui Hark fait partie de cette nouvelle vague de jeunes réalisateurs à la fin des années 70-début 80 qui émergent et signent des œuvres marquantes, violentes, parfois engagées, avec un style visuel assez réaliste. La censure hongkongaise a ordonné un nouveau montage et une restructuration du film pour autoriser sa sortie. Ainsi, certaines scènes ont

LIRE LA SUITE »
MADE IN ASIA

[REVIOWZ] Junk Head – Science-fiction à modeler

Imaginez que les films de la Aardman production (tels que Wallace et Gromit et Chicken Run) aient engendré un enfant japonais. Cet enfant en question serait doté d’un sens de l’humour très noir, d’une passion pour les jeux vidéo Silent Hill et les animés japonais. Les promesses offertes éveillent notre curiosité ! Junk Head est un film d’animation japonais en stop motion réalisé, produit et interprété par Takehide Hori. Dans un futur lointain, les êtres humains ont découvert le secret

LIRE LA SUITE »
MADE IN ASIA

[REVIOWZ] The Medium – Plongée sombre dans le spiritisme et la possession

Dans la région d’Isan, en Thaïlande, Nim (Utoomma) se distingue en tant que chamane, professant être l’incarnation de l’esprit de Ba Yan. Reconnue comme une guérisseuse éminente au sein de la localité, elle entretient un certain désaccord avec sa sœur, Noi (Yankittikan). Cette dernière était censée hériter de l’esprit de Ba Yan, mais elle a fait le choix de le refuser, léguant ainsi cet héritage spirituel à Nim. Lorsqu’un habitant respecté de la communauté vient à décéder, ce décès bouleverse

LIRE LA SUITE »
C'est fini, snif