[RETOUR SUR..] Game of Thrones (Saison 3) – Le théâtre de l’horreur

Préambule

Cet article contient de nombreux spoilers. Dès lors, il est vivement conseillé d’avoir regardé la série pour apprécier au mieux la lecture. 

Tout le long de cet été, il s’agira de revenir à la manière d’une rétrospective sur chaque saison de la série aux mille merveilles, Game of Thrones. L’idée ici n’est pas totalement d’aborder la série d’un oeil critique mais également de se l’approprier comme une sorte de lettre d’amour faite par un fan, cela en revenant sur les points forts de la série en passant par les intrigues et ce que la série propose de mieux. Bonne lecture.


Cette troisième saison continue le sentier entrepris dans la précédente avec la Guerre des Cinq Rois qui prend ici une tournure plus morne, moins épique et qui languit, qui propose un visage plus réaliste et fataliste de ce qu’est la guerre. Mais ce n’est surtout pas un prétexte pour la série d’oublier de se montrer cruelle et prenante dans ses moult intrigues. Comme évoqué à l’instant, cette guerre, comme à l’image de cette saison, s’exprime moins dans le spectacle, tend davantage vers le personnel, le sanguinaire et le complot. Des parfaits exemples viennent alors se joindre à ces propos en évoquant le parcours d’un homme, Jaime Lannister, et l’avènement de maison Bolton. Le fils ainé Lannister statue un personnage atypique dès le début de la série par le fait de sa relation incestueuse avec sa soeur jumelle. Le « lion d’or » passe au-devant de la scène avec sa compagne de voyage, Brienne de Torth. Celle-ci, par les ordres de Lady Stark, a pour mission d’amener Jaime à Port-Réal en échange de la restitution des filles Stark auprès de leur mère. Cette mission servira à entamer en plein coeur l’évolution du personnage de Jaime Lannister qui, sans aucun doute, écope d’une des meilleures écritures de la série. Dans ce processus, un acte cruel constitue le symbole de cette évolution, à savoir la perte de sa main forte. Cette amputation impliquera un réveil ou comme je préfère à le penser, un éveil de ce qu’il y a de bon chez Jaime. Voulant sauver l’honneur de Brienne qui lui aura valu la caractéristique de manchot, il viendra des épisodes plus tard sauver cette fois-ci sa vie à la garnison tenue par les hommes de la maison Bolton où elle est retenue prisonnière comme Jaime auparavant. Cette nouvelle maison introduite dans cette saison est devenue un point central dans les événements de la saison. Après la capture et la mutilation de Jaime, la maison Bolton mutile un homme d’une façon encore plus poussée et cruelle, Theon Greyjoy qui en restera marqué physiquement et mentalement faisant de ce fait un nouveau lien dans les intrigues de la troisième saison. Ce qui permet donc d’introduire le personnage le plus vicieux de la série, Ramsay Snow, fils bâtard de Lord Bolton. Joeffrey n’est qu’un amuse-bouche à coté de lui. Ramsay inspire ce qu’il y a de plus cruel, mauvais et perfide chez un être humain. La série se dote d’un tel personnage dans la torture de Theon qui finira eunuque par les méfaits de son ravisseur bâtard. 

Du retour du coté de la mère des dragons, Daenerys gravit une marche importante dans son ascension qui est la plus fulgurante dans cette saison. Elle acquiert une armée imposante mais aussi un nouveau statut, celle de briseuse de chaînes. Dans l’obtention de ses armées, la jeune Targaryen s’implique dans une quête humaine qui entrainera alors la conquête des cités esclavagistes d’Essos, continent séparé de Westeros par un détroit. Son intrigue amène une nouvelle dimension à son personnage hautement humanitaire bien qu’elle ait une aversion complète pour les esclavagistes, au point de les crucifier. Mais elle n’acquiert pas qu’une forcée armée, elle acquiert aussi un peuple, celui des cités esclavagistes désormais libres. Ce peuple considère la jeune fille à la chevelure argentée comme une mère. Le côté épique qui faisait défaut à la Guerre des Cinq Rois se retrouve dans son récit, promulguant Daenerys comme une conquérante, mais pas comme une reine. Cette subtilité tacite pose les bases de son développement durant le reste à venir de la série, notamment lors de la dernière saison. Depuis le début de la série, Daenerys s’évertue à faire honneur à son nom, à prouver qui elle est. Par chance, cette troisième saison officialise Daenerys qui, de par son intransigeance, est une véritable Targaryen.

Enfin, cette saison fait l’entrée en matière de Tywin Lannister en tant que main du roi, et dressant un personnage réfléchi mais impitoyable et calculateur. On le constatera au cours de cette troisième saison au cours de plusieurs scènes entrain d’écrire. Ce détail n’est pas laissé au hasard puisque tout ces écrits prouvent que la série verse encore et toujours dans le complot mais plus factuellement, ceux-ci signeront la fin de la Guerre des Cinq Rois qui se finira officiellement dans un bain de sang abominable. Il est temps d’évoquer l’événement le plus choquant de la série, les « noces pourpres« . Il s’agit durement et simplement d’un massacre, et plus précisément des personnages de Catelyn et Robb Stark ainsi que sa jeune épouse enceinte, durant le mariage du frère de Catelyn, Edmure Tully. Soudain, « Les pluies de Castemere » se fait retentir, et Game of Thrones livre alors son épisode le plus indécent et se dirigeant le plus dans la dramaturgie que la situation provoque. La série nous touche en plein coeur avec cette fin d’épisode à la violence la plus palpable et traumatique. De plus, elle ne fait pas les choses à moitié et pose tout un cadre, allant à l’ambiance joyeuse qui célèbre un moment de vie à une véritable boucherie, il est alors difficile d’y être indifférent. De cela, la série s’en sert pour acter que tout les coups sont permis, et en l’occurrence, les plus mauvais aussi. Les « noces pourpres » résultent foncièrement d’accords signé entre la maison Lannister, la maison Frey et, maintenant connu, la maison Bolton profitant tous de ce massacre. Cette troisième saison se finit sur une touche dévastatrice pour la famille Stark qui perd tout son pouvoir et son Roi du Nord. Mais fort heureusement, ceci n’est pas la fin.

Voilà que se conclut la saison 3 de Game of Thrones, dans la stupeur des noces pourpres qui est l’apogée de tout ce que la saison a pu laisser transparaître au cours des dix épisodes au goût macabre, mélancolique, et fataliste. Cette saison représente le socle auquel la série peut faire ce qu’il y a de plus sombre, mettant en première instance un véritable théâtre de l’horreur dans lequel se sont adonnés les destins funestes de Catelyn et Robb Stark. Les laissant de côté, toutes les intrigues de Westeros ont fait fi d’une phase plus éprouvante de la guerre avec d’un côté Stannis Baratheon qui essuie l’échec de son intrusion dans la baie de la Néra ou d’un autre côté l’intrigue d’Arya Stark qui a permis d’avoir un point de vue au plus près de la réalité de la guerre vis à vis des populations. Depuis le début de la série, les personnages auxquels on s’attache, le parti prit pour certains camps, tout semble basculer vers le mauvais côté d’une balance, mais dans l’optique de trouver un certain équilibre, cette balance se décidera dès la saison prochaine à pencher du bon côté, et les pluies de Castamere auront une résonance bien différente. 

Games Of Thrones en intégralité sur OCS

1
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.