[CRITIQUE] Moonage Daydream – C’est très beau, oui

Les films sur les plus grands musiciens du XXe siècle ont le vent en poupe depuis l’insupportable Bohemian Rhapsody. Entre le documentaire d’Ethan Coen sur Jerry Lee Lewis et le biopic de Baz Luhrman sur Elvis, Moonage Daydream est un documentaire sur David Bowie, un artiste hors pair. C’est parce que Moonage Daydream n’est pas l’histoire typique d’une icône, du berceau à la tombe, de la richesse à l’excès et au succès. À la fois film de concert, récit psychédélique et compte rendu elliptique des principales étapes de l’évolution artistique de Bowie, ce film défie les conventions du documentaire traditionnel pour créer quelque chose d’unique et de passionnant.

Le réalisateur Brett Morgen (Kobain : Montage Of Heck), qui aurait rassemblé quelque 5 millions d’éléments provenant des archives de Bowie et dont le projet est en cours depuis une demi-décennie, ne se concentre pas sur David Jones, mais sur David Bowie, l’interprète, le dieu du rock métamorphosé que Bowie a présenté au monde pendant près de cinq décennies. Les aperçus vraiment personnels sont rares, mais les révélations artistiques et philosophiques sont abondantes. Du point de vue narratif, il y a juste assez d’éléments pour que ceux qui ont le minimum d’informations biographiques puissent suivre ce qu’on peut appeler une histoire. Mais là où le film chante vraiment (littéralement), c’est dans les superbes séquences de performance remasterisées. Remixées en son surround multicanal par Paul Massey à partir des musiques de Bowie, allez voir Moonage Daydream en Atmos ou IMAX audio 12.0 (la présentation préférée de Morgen), c’est comme réentendre Bowie.

Les interludes « expérimentales » du film peuvent prendre la forme de séquences animées, d’extraits de clips musicaux ou de films (Metropolis y figure en bonne place, ainsi que plusieurs films dans lesquels Bowie a joué, et des extraits de son passage sur scène dans le rôle de John Merrick dans The Elephant Man), ou de nombreux économiseurs d’écran kaléidoscopiques qui n’ajoutent rien au récit, mais font partie intégrante de l’atmosphère de psychédélisme transcendantal que Morgen cultive. Avec ses 140 minutes, ce n’est pas un film qui se précipite, mais il ne peut pas non plus être complet comme on pourrait raisonnablement l’attendre de l’un des premiers grands documentaires sur Bowie depuis sa mort en 2016. Morgen, cependant, choisit intelligemment ses points d’intérêt, s’assurant que chacun, du plus fervent fanatique de Ziggy Stardust à ceux qui ne connaissent de Bowie que la bande originale de La Vie aquatique, trouvera quelque chose à en retirer.

Alors que le film touche à sa fin, un moment musical époustouflant résume le génie de Bowie d’une manière qu’aucun documentaire sur une icône ne pourrait jamais faire. Dans ce moment, Morgen relie cosmiquement « Silly Boy Blue« , extrait de l’album éponyme de Bowie sorti en 1967, et « Blackstar« , titre de son dernier album studio, dans un éclair de synergie sonore qui vous fera vous demander si Bowie n’avait pas, d’une manière ou d’une autre, planifié dès le départ chaque étape de son odyssée musicale de 50 ans. Qui pourrait le croire ?

Note : 4.5 sur 5.

Moonage Daydream présenté en première de la 48e édition du festival du cinéma américain de Deauville.

Au cinéma le 21 septembre 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.