PAR SAISONS

[CRITIQUE] Heels – Un ‘The Wrestler’ moderne

La dernière série dramatique de Starz (aujourd’hui Paramount+), Heels, cherche à capitaliser sur le drame inhérent à la lutte professionnelle en transposant ce monde plus grand que nature aux luttes de la vie quotidienne dans une petite ville. Avec Stephen Amell (Arrow) et Alexander Ludwig (Vikings) dans le rôle de deux frères qui se disputent l’héritage de leur père, la série fait pour la lutte professionnelle ce que Ted Lasso a fait pour le football. Elle est immédiatement addictive et constitue l’une des meilleures séries dramatiques récentes.

Heels tourne autour d’un large ensemble de personnages hauts en couleur qui sacrifient leur corps pour la gloire dans la Duffy Wrestling League, dans la ville éponyme de Géorgie, très unie. Jack et Ace Spade sont des héritiers du catch qui ont succédé à leur père lorsqu’ils l’ont perdu de façon inattendue. Jack porte le fardeau de la gestion quotidienne, de l’écriture des scénarios des matchs et du rôle du « heel » ou méchant, tandis qu’Ace joue le « face » (c’est-à-dire le héros) qui attire les foules et représente l’ensemble de la DWL. Bientôt, les garçons découvrent que leur entreprise déjà en difficulté est sous le feu des critiques, car une société de catch bien financée et brutalement violente d’un État voisin cherche à chasser la DWL de la région et à diviser les frères.

J’ai suivi les carrières de Stephen Amell et d’Alexander Ludwig depuis leurs premiers rôles très médiatisés. C’est donc avec un minimum de satisfaction que je vois à quel point ils ont tous deux évolué dans leur carrière et à quel point leurs talents d’acteurs se sont renforcés. Les deux acteurs font le meilleur travail de leurs carrières respectives dans Heels, en particulier Amell qui porte le poids et la douleur de cette vie sur son visage, tout en continuant à parler de manière sévère et calme. Les seconds rôles regorgent de personnages mémorables pour étoffer les intrigues de second plan, mais aucun ne se distingue plus que Chris Bauer (True Blood) dans le rôle de Wild Bill Hancock, vétéran de la lutte, grossier et égoïste. Dans le plus pur style « heel », Wild Bill est facile à détester en tant que personnage diabolique sur les épaules du frère Spade, mais encore plus facile à aimer en raison de ses crises constantes et de son imprévisibilité. Mary McCormack fait également un excellent travail dans le rôle de Willie Day, responsable adjointe de la DWL, qui fait partie de l’entreprise depuis que le père du frère Spade l’a créée.

© Starz

Les fans de catch adoreront les termes employés et l’aspect réaliste de ce qui se passe derrière le rideau, tandis que la série familiarise doucement les téléspectateurs ordinaires avec ces idées au fil des épisodes. Tous les acteurs sont entièrement crédibles dans leurs rôles, de leurs physiques aux promos au micro. Jamais Heels ou ses acteurs n’ont l’impression d’être une recréation bon marché du monde du catch et cette crédibilité est un témoignage de l’effort fourni par tous les acteurs de la série. Un coup de chapeau spécial à Kelli Berglund dans le rôle de Crystal Kelly qui non seulement donne une performance de star, mais travaille comme une folle en étant la seule femme à prendre des coups sur le ring dans la DWL. Il y a beaucoup plus de performances fantastiques et d’arcs secondaires, y compris le bon gars Bobby Pin (Trey Tucker) qui tente d’atteindre le sommet, ou Rooster Robbins (Allen Maldonado) qui développe des frustrations raciales parce qu’on ne lui a jamais donné la ceinture, ou encore Chris Gully (Mike O’Malley) de la Ligue rivale qui attaque sur plusieurs fronts. Tous les personnages secondaires ne fonctionnent pas, cependant : La femme de Jack, Staci (Alison Luff), devient irritante au fur et à mesure que la saison progresse, passant d’une partenaire forte et sympathique à la stéréotype de l’épouse acariâtre.

Le final est presque parfait, concluant plusieurs arcs de la saison de manière satisfaisante tout en préparant une grande revanche pour la saison 2. Heels capture tous les coups bas et la puissance brute qui rendent la lutte professionnelle si fascinante, et les acteurs et l’équipe ont recréé ce monde à merveille dans ce drame de petite ville très divertissant.

Note : 4.5 sur 5.

Heels de Michael Waldron et Jeff Luini, 8 épisodes, 50 min, avec Stephen Amell, Alexander Ludwig, Alison Luff – Disponible sur Paramount+

1
0
9.0
L'avis de la rédaction
Summary

Heels capture tous les coups bas et la puissance brute qui rendent la lutte professionnelle si fascinante, et les acteurs et l'équipe ont recréé ce monde à merveille dans ce drame de petite ville très divertissant. -LN

  • Louan Nivesse9
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

8
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Copenhagen Cowboy – Balance tes porcs

Depuis ses débuts en tant que réalisateur, Nicolas Winding Refn a toujours...

8
PAR SAISONS

[CRITIQUE] Peacemaker – La paix, par tous les moyens

Peacemaker est en grande partie une continuation de The Suicide Squad, James...

PAR SAISONS

[RETOUR SUR…] Souvenirs de Gravity Falls (Saison 1) – Ouverture sur le genre

Il y a quelque chose de bizarre dans les dessins animés de...

PAR SAISONS

[CRITIQUE] Andor – Ce que Star Wars doit être

Critique des 8 premiers épisodes de la série Andor… Sans spoilers. De...