[CRITIQUE] Venom : Let There Be Carnage – L’étron, bouffeur de cervelles

Une blague sans intérêt n’a jamais été aussi agressivement ennuyeuse. A la décharge du réalisateur Andy Serkis (qui succède à Ruben Fleischer), Venom : Let There Be Carnage reprend ce que le “grand public” a apparemment apprécié dans le premier désastre tonal. La chose la plus gentille que l’on puisse dire, c’est que cette fois-ci, l’expérience est intentionnellement tournée vers le style et non vers un désordre confus et déroutant qui a vu les gens se convaincre que c’était censé être stupide. Cependant, il s’agit toujours d’un raté aux proportions colossales.

Reprenant là où le premier film s’était arrêté, Eddie Brock (Tom Hardy) est désormais un journaliste réputé auquel s’adresse le tueur en série Cletus Kasady (introduit à la fin de Venom et joué par Woody Harrelson). Après une sombre histoire impliquant le meurtre de ses parents et de ses grands-parents, présentée comme une plaisanterie, Cletus se retrouve dans un orphelinat où il trouve l’amour de sa vie, Frances Barrison, alias Shriek (Naomie Harris, complètement absente), dont la personnalité se résume à crier et à se faire mutiler par un officier lors de l’un des crimes commis par le duo de psychopathes, alors qu’une rencontre a lieu entre le prisonnier et le journaliste. Eddie demande à Cletus où se trouvent les individus qu’il a tués au fil des ans, mais il ne reçoit que des énigmes. Cletus ne compte pas ou ne connaît pas le symbiote invisible de Venom, qui peut instantanément résoudre les indices pour Eddie, le transformant en un journaliste brillant du jour au lendemain. Quant à Cletus, il est sur le point d’être exécuté. Mais lors d’une ultime confrontation précédant la mise à mort, il décide de mordre la main d’Eddie en faisant couler le sang et en le goûtant. Cletus comprend aussi très vite qu’Eddie ne contient pas de sang humain normal. Il ne tarde pas non plus à se rendre compte qu’il a désormais son propre symbiote en lui (le fameux Carnage), ce qui l’incite à faire une sortie destructrice.

Une grosse merde sur pattes

C’est la structure de Venom : Let There Be Carnage, qui se transforme rapidement en une seule nuit de, eh bien, carnage. Cletus découvre que Shriek est toujours en vie et la fait évader, ce qui incite le couple à raviver son amour et à reprendre là où il s’était arrêté, en semant le chaos dans toute la ville. Bien sûr, rien de tout cela n’est fait avec un quelconque style ou une quelconque caractérisation, mais on a plutôt l’impression qu’Andy Serkis (utilisant un script de Kelly Marcel, travaillant les grandes lignes de l’histoire avec Tom Hardy lui-même) a dit à Woody Harrelson de faire Tueurs nés mais avec des superpouvoirs. Tout cela n’est qu’une excuse pour expérimenter les capacités du symbiote CGI d’une manière oubliable qui ne sert ni l’intrigue ni le personnage et qui n’est certainement pas amusante. Il y a une dynamique intéressante dans le fait que les cris sont assez puissants pour endommager le symbiote (le feu et les sons forts sont leurs seuls points faibles), ce qui, sans surprise, ne sert à rien du point de vue narratif. Woody Harrelson et Naomie Harris sont coincés et doivent compter sur leur charisme détraqué pour rendre leurs performances un tant soit peu intéressantes, ce qu’ils réussissent brièvement pendant une minute ou deux. Pendant ce temps, pendant au moins la moitié des 90 minutes que dure le film, Venom ne cesse de se plaindre et de clamer qu’il s’ennuie et qu’il veut se nourrir de cerveaux humains (il s’est lassé de ses autres moyens de subsistance, les poulets et le chocolat). Entre les deux, il y a beaucoup de gags visuels minables, comme Venom préparant le petit-déjeuner ou se moquant d’Eddie en public à un point tel qu’il a l’air d’être un fou qui se parle à lui-même. Les disputes finissent par atteindre leur apogée, ce qui amène l’unité collective à se séparer et à prendre des chemins différents, sans le savoir, juste avant que Carnage ne se déchaîne.

“Je vieillirai comme Bruce Willis, avec le charisme de Steven Seagal”

Un film semi-compétent passerait son deuxième acte à explorer comment ces personnages se débrouillent l’un sans l’autre (non pas que j’aie envie de voir ça vu la qualité actuelle du film). Dans ce désordre précipité et incomplet, Venom se nourrit de quelques cerveaux dans un club tandis qu’Eddie se rend compte de ce qu’il se passe au JT. Il contacte alors son ancienne partenaire Anne (une Michelle Williams de retour, qui a sûrement mieux à faire que de passer ne serait-ce que cinq minutes ici), qui doit entrer en contact avec Venom pendant qu’Eddie est arrêté pour être apparemment toujours à proximité de toute destruction qui se présente. Et quand elle ne fait pas cela, elle est généralement maladroitement critiquée pour avoir rompu avec Eddie et être fiancée à un médecin joué par Reid Scott. Quoi qu’il en soit, le conflit est résolu en quelques minutes (la structure en trois actes est ici inexistante et carrément embarrassante), ce qui donne lieu à une bataille pleine d’effets spéciaux dans une cathédrale. Dans un geste ahurissant, Cletus exprime également sa frustration de voir que personne n’a jamais pris la peine de lui demander pourquoi il a assassiné sa famille ou d’en savoir plus sur les abus dont il a été victime. Venom : Let There Be Carnage adopte l’approche la plus simple pour essayer de donner à ses personnages une once de profondeur, et ce faisant, il apparaît comme légèrement offensant, même emballé avec toute sa stupidité démesurée.

Ce n’est jamais drôle, la bagarre finale est hideuse, et il n’y a presque pas d’histoire à proprement parler, c’est l’équivalent cinématographique d’analyser le contenant d’une soirée de vomi à l’aide d’un gros télescope. Venom : Let There Be Carnage est un film pour mort, qui n’a jamais l’envie d’être intéressant, en étant profondément insipide. Revoyez Le Fils du Mask, le moment sera plus agréable.

Note : 0.5 sur 5.

Venom : Let There Be Carnage au cinéma le 20 octobre 2021.

1
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *