La seule chose constante dans la vie est le changement. Une déclaration simple mais profondément complexe étant donné les effets du temps sur nos émotions, notre corps physique et notre maturation. Les histoires de loup-garou utilisent la transformation physique à un niveau thématique de différentes manières, mais au cœur de leurs histoires se trouve un aspect de la perte incontrôlable de soi par des altérations physiques. Ce sous-genre d’horreur donne un aperçu de notre résistance au changement et est l’une des raisons pour lesquelles il résonne plusieurs fois avec le public. Bien que le changement soit une expérience universelle, il y a encore des parties de nous-mêmes auxquelles nous devons nous accrocher. Deux réalisateurs (Ludovic et Zoren Boukherma) explorent ces thèmes dans leur deuxième film, Teddy. Une intensité assoiffée de jeune angoisse et d’amour, Teddy est une histoire de vengeance vorace et de résistance au changement. 

Le film suit un fainéant de vingt ans nommé Teddy (joué par Anthony Bajon) qui est coincé dans un travail banal, au sein d’un salon de massage, et qui n’a apparemment aucune direction concrète dans la vie. Il trouve le bonheur et l’estime de soi en prenant soin de sa tante handicapée et de son oncle avec qui il vit. Il aime également passer de temps avec sa petite amie avant qu’elle ne termine ses études secondaires. Un loup a traqué sa petite ville rurale en France, et en entrant dans les bois un jour, Teddy est mordu par une créature qu’il ne peut pas expliquer complètement. Après cela, il commence à éprouver des transformations corporelles inquiétantes et sa soif de sens, d’amour et de stabilité est remplacée par une soif de chair et de vengeance. Bajon offre une performance féroce en tant que Teddy. D’une part, il dégage de la colère contre l’armée qui a mal orthographié le nom de son arrière-grand-père sur un monument de guerre puis (qui ne sera pas une erreur, au final) envers ses pairs masculins qui viennent dans son travail pour se moquer de lui. Le côté doux de Teddy se voit à travers ses relations avec ceux qu’il aime. Il réprime continuellement sa colère et sa frustration tout en essayant d’être la meilleure version de lui-même possible pour ceux qui l’intéressent. En dépit d’être sans but financièrement et académiquement, il a des plans pour un avenir avec sa petite amie. Il l’emmène dans une propriété en développement et la guide à travers les plans de la maison en lui montrant la manière dont leur avenir se présentera. Au lieu d’être réceptive à l’idée, elle l’invite à une soirée de remise de diplômes avec ses amis. Teddy apporte respectueusement une boîte pleine d’alcool et tente d’être ami avec les camarades de classe malgré le fait qu’ils soient tous des hommes, en particulier les mêmes gars qui le tourmentent.

Bajon étend avec succès la gamme émotionnelle de son personnage, fluctuant de la colère à l’affection avec chaque émotion monotone entre les deux. Parfois, sa gamme émotionnelle ressemble à Jekyll et Hyde mais persiste également dans des moments obscurs de calme. Alors que sa petite amie s’éloigne de lui en jetant ses Doc Martens et en retirant son appareil dentaire, elle se rend compte qu’elle n’est plus amoureuse de Teddy et se tourne à la place vers l’un de ses bourreaux. Ce genre d’amour douloureux et non partagé est un aspect relatable de la croissance et le catalyseur moteur de sa colère et de sa vengeance ultérieure. Malgré le petit budget du film, il y a beaucoup de composants horribles qui dérangeront les téléspectateurs. Une scène avec Teddy rasant des poils étrangers sur sa langue avec un rasoir est particulièrement choquante et constitue un nouvel ajout visuel au sous-genre d’horreur. Malgré l’approche minimaliste, les téléspectateurs devraient être satisfaits du gore affiché. Dans le même temps, les réalisateurs laissent beaucoup de violence à l’imaginaire et sont parfois ouverts à l’interprétation, rappelant avec amour les films d’horreur classiques. Cette approche est efficace et n’enlève rien à l’impact climatique émotionnel ou amusant à la fin.

L’approche thématique du changement est également évidente dans la conception des costumes. Alors que sa petite amie change d’apparence et d’intérêt, Teddy ne le fait pas. Mis à part ses gommages roses portés à son travail, Teddy porte le même t-shirt noir tout au long du film. Ce n’est qu’un exemple manifeste de sa résistance au changement et de son désir de stabilité d’une manière ou d’une autre. Pour contrebalancer les parties les plus lourdes du film, de subtils morceaux de comédie sont parsemés. Ces scènes rappellent Le Loup-garou de Londres de John Landis et montrent clairement que les réalisateurs sont fans de l’horreur des années 80. Par exemple, à la fête de remise des diplômes, tous les amis de la petite copine de Teddy sortent leur téléphone pour regarder silencieusement un toast d’une manière très maladroite. Ceci est rapidement suivi d’un combat encore plus inconfortable entre Teddy et un rival masculin. Ces types de moments évoquent la sympathie pour Teddy et défient davantage le spectateur de savoir qui est vraiment le monstre dans ce film. La photographie se démarque également bien avec un éclairage distinctif utilisé pour jouer avec la couleur ainsi que les aspects du bouclier de Teddy en tant que loup-garou. Des touches de violet, de vert, de bleu et de jaune brillent dans les coins sombres pour attirer l’œil vers les zones appropriées. La manipulation de la lumière est particulièrement bien faite en créant de la tension dans une scène avec le seul éblouissement d’un téléphone portable, fournissant la seule source de luminosité dans un moment de terreur. Il y a une forte concentration pour manipuler techniquement le film afin de susciter l’émotion par opposition à la méchanceté pour la valeur de choc.

Le duo Boukherma livre un deuxième film qui est un enfant d’amour français entre Teen Wolf (1985) et Le Loup-garou de Londres. L’horreur corporelle est pratique et les effets spéciaux sont subtils mais efficaces, ce qui montre que beaucoup peut être dit et fait avec un petit budget. Une vision inventive et émotionnelle du sous-genre des loups-garous, Teddy est à la fois un réconfort et une malédiction dans sa représentation de l’expérience universelle concernant le changement et la croissance.

TEDDY le 30 juin au cinéma.

3
0