Nous retrouvons Din Djarin et Baby Yoda à bord du Razor Crest qui a besoin de réparations afin que nos héros puissent continuer à traverser la galaxie à la recherche de semblables et d’une certaine Jedi…

Certains appelleront ce 12ème chapitre un épisode filler et pourtant, que nenni. L’aventure en soi est peut-être une nouvelle mission annexe mais elle suit parfaitement la trame principale et les enjeux qui en découlent. Fort d’un épisode de 39 minutes réalisé par Carl WEATHERS qui interprète Greef Karga dans la série, The Mandalorian reste sur un bon niveau en revenant aux bases de la première saison, notamment en faisant revenir l’action et les personnages sur Nevarro. Sont aussi présents la première capture du Mando lors du tout premier épisode (finissant dans la carbonite) dont l’humour sera apprécié ou non, la nouvellement Marshall Cara Dune interprétée par Gina CARANO (qui a récemment fait parler d’elle pour des propos homophobes), ce même Greef Karga incarné par le réalisateur de l’épisode et enfin, le Moff Gideon joué par Giancarlo ESPOSITO. 

Le manque d’une réalisation peu innovante (mais efficace) est compensé par l’approfondissement des personnages et un possible lien avec la postlogie. Nous en apprenons plus par exemple sur le passé de Cara Dune (qui a des bras encore plus gros que durant la première saison) et les raisons de son départ de l’Empire. De même, nous pouvons en dire autant concernant le personnage bleu appelé durant l’exercice “Mitrol”, notamment sur les raisons de sa capture par le Mando lors du chapitre 1. De plus, l’épisode devient réellement attractif et important lorsqu’il aborde l’univers étendu et la filmographie Star Wars, en revenant sur l’intérêt de Baby Yoda (toujours aussi mignon tout en utilisant la Force pour la première fois de la saison) pour l’Empire. Ne vous y trompez pas, il doit y avoir un lien TRÈS TRÈS EXPLICITE avec la postlogie Disney…

Sur fond de mission et de personnages semblables à ceux visibles dans la campagne de Star Wars Battlefront II (Escouade Inferno, tentative d’explosion d’une base impériale par Lando Calrissian sur une planète de roche et de lave), Le Siège apporte une profondeur à la série et nous permet de mieux comprendre le fond de la trame principale, même si la timeline entre la première et la seconde saison nous paraît encore floue (Quid de l’école construite sur Nevarro ?). Un épisode qui ravira à coup sûr, à nouveau, sans forcément briller par sa cinématographie.

2
0