Étiquette : Melvil Poupaud

AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] L’Amour et les forêts – Une terreur quotidienne

Adaptation éponyme du roman d’Éric Reinhardt, L’Amour et les forêts est un drame évoquant le sujet sensible de la violence conjugale en étudiant son fondement. Virginie Efira incarne Blanche, tombée amoureuse de Grégoire (Melvil Poupaud) puis mariée à lui, avant que les choses ne dégénèrent une fois le mariage établi en laissant transparaître tant la possessivité que le tempérament agressif de son mari. La réalisatrice Valérie Donzelli reprend ce récit, construit bien sous la forme d’un enchaînement de flashback, ce

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] À mon seul désir – En corps et âme

C’est quelques mois après La Maison d’Anissa Bonnefont avec Ana Girardot que débarque sur nos grands écrans le nouveau projet de l’actrice / réalisatrice Lucie Borleteau qui avait beaucoup séduit en 2019 avec son Chanson Douce. Pour son troisième long-métrage, elle change drastiquement de style – mais pas de sujet. Ici, elle se focalise sur la vie d’un club de strip-tease, les femmes qui y logent ainsi que les hommes qui les entourent. Un fait étonnant dans la filmographie de

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Un Beau Matin – Attendre que le réveil sonne enfin…

Plaignez le pauvre bourgeois parisien bohème, dont la vie n’est remplie que d’appartements remplis de livres, de belles carrières et de proches. Plaignez encore plus les filles des vieux intellectuels parisiens, qui doivent suspendre leurs activités commerciales et artistiques lorsque leurs papas développent la version cinématographique de la vieillesse et de la maladie qui ne nécessite que les soins les plus légers. Mais il faut surtout plaindre les petits amis parisiens de ces filles parisiennes, qui doivent apporter un soutien

LIRE LA SUITE »
AUJOURD'HUI, LE CINÉMA

[CRITIQUE] Frère et sœur – Et… ta mère aussi !

Il n’est jamais agréable de constater le piètre jeu d’un acteur que l’on apprécie, surtout lorsqu’il est dirigé par un auteur. Le film d’Arnaud Desplechin est une souffrance constante, paralysée par sa théâtralité des plus bourgeoises. Puisqu’il y a tout de même un semblant d’histoire, Frère et sœur est un récit de retrouvailles après un accident causant l’hospitalisation des parents, entre deux enfants qui se sont aimés puis haïs. S’il s’agit d’une forme scénaristique assez simple, nous spectateurs étions en

LIRE LA SUITE »