[RETOUR SUR..] Tatouage – Un féminisme exceptionnel pour l’époque

Publicités

Réalisé par Yasuzô Masumura et écrit par Kaneto Shindô, une femme est kidnappée et vendue comme prostituée. Après avoir été forcée de se faire tatouer une araignée dans le dos, elle devient vengeresse, laissant plusieurs hommes sur son chemin. Tel est la base de Tatouage, ressorti restauré au cinéma le 2 novembre 2022 par The Jokers.

Pour un film réalisé à cette époque, on pourrait raisonnablement s’attendre à un certain degré de prévisibilité, à une forte utilisation du sexisme, du viol et des agressions et pourtant, dans une surprise délicieusement agréable, Tatouage bouscule toutes ces normes. L’écriture est tout à fait brillante, créant cette femme fantastiquement sadique, déterminée et résiliente, qui se révèle être une marionnettiste hors pair vis-à-vis des hommes. C’est un changement radical par rapport aux films de l’époque, à tel point que c’est un concept qu’il est toujours passionnant de voir en action dans des films créés plus de cinquante ans plus tard. Il s’agit d’un mélange fascinant de manipulation émotionnelle, de sous-estimation fatale des femmes et de la sensation d’un grand plan mis en place que vous devez lentement comprendre.

© Jokers Films

La situation est parfois un peu ridicule ou farfelue, mais c’est dû à l’époque. La façon de mettre en scène était bien différente qu’aujourd’hui, et elle a tendance à paraître mélodramatique plutôt que dangereuse. À cette exception près, la mise en scène est colorée et le rythme est constant, ni rapide ni lent. Il semble presque structuré comme les chapitres d’un livre, avec chaque nouvelle apparition de ses personnages masculins et le rôle qu’ils vont jouer dans le jeu d’Otsuya (Wakao). Sa véritable force réside dans le fait qu’il se concentre sur ce qu’il faut, sans distraire l’attention de cette histoire, qui n’a pas besoin de fioritures.

La performance d’Ayako Wakao est fantastique, sans doute l’un des rôles les plus sous estimés qu’une actrice puisse jouer. Elle est si merveilleusement contenue et précise, elle commence avec ce côté très mélodramatique, mais au fur et à mesure que l’on découvre quel genre de personne elle est, elle devient extrêmement pondérée et en plein contrôle. Akio Hasegawa est tout à fait à l’opposé dans le rôle de Shinsuke, qui commence dans une forme de contrôle et suit un déclin abrupt dans la haine et la perte de principes. L’ensemble du casting offre une variété de personnages, même si les hommes ont des traits similaires, il y a juste assez de différences dans leurs personnalités et dans les décisions qu’ils prennent pour les distinguer.

Publicités
© Jokers Films

Tatouage réussit parce que, contrairement à la plupart des films des années 1960, il s’est retenu, il a ajouté une teinte de noirceur, de luxure et de violence pour alimenter son histoire, mais sans jamais jouer la carte de la lourdeur. L’écriture d’Otsuya dans l’histoire du cinéma est quelque chose qui devrait être davantage célébré. Un personnage féminin sincèrement intelligent, manipulateur, contrôlant et sadique dans les années 1960 est une exception, c’est le moins qu’on puisse dire. Surtout une femme qui ne fait jamais l’expérience du sexisme pur et simple, au-delà de la mésestime habituelle qui contribue clairement à servir les sombres intentions de son personnage.

C’est une expérience captivante, qui plonge tête la première dans de nombreuses zones différentes pour aboutir à une histoire captivante, intelligente et satisfaisante.

Tatouage au cinéma le 2 novembre 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *