[RETOUR SUR..] It Follows (2014) – Le film d’horreur ultime pour acheter des capotes

Le réalisateur David Robert Mitchell est une voix unique dans le genre de l’horreur dans la mesure où, à l’heure d’écrire ceci, It Follows est la seule œuvre horrifique qu’il ait jamais faite, au moins selon sa page IMDB. Le manque d’exclusivité de Mitchell à l’horreur se voit vraiment dans son travail, mais de la meilleure façon possible. Comme avec l’interprétation de Stanley Kubrick de The Shining, j’aime quand les réalisateurs extérieurs au genre y donne un coup de couteau, parce qu’il en sort toujours quelque chose d’intéressant. Bien que pas toujours réussies, leurs nouvelles perspectives et méthodes peuvent conduire à des idées originales dans un genre qui peut souvent compter trop fortement sur des formules. Mitchell fait beaucoup de grands choix dans ses débuts d’horreur à petit budget, qui aident It Follows à se démarquer de la plupart de ses pairs.

It Follows parle d’un démon sexuellement transmis. Cela peut ressembler à quelqu’un que vous connaissez ou à un parfait inconnu. Cela peut apparaître comme n’importe qui, mais il n’y en a qu’un seul. La seule façon de s’en débarrasser est de le transmettre à une autre personne en ayant des relations sexuelles avec elle, si le démon vous attrape, vous mourrez. Jay (Maika Monroe), étudiante à l’université, apprend tout cela à la dure quand une soirée passionnante à l’arrière de la voiture de son rendez-vous change sa vie pour toujours.

Tout d’abord, parlons de la photographie, parce que nous aimons tous les jolis clichés. Les plans et tableaux du film utilisent magnifiquement et de manière obsédante beaucoup d’espace ouvert pour capturer les sentiments d’aliénation et de solitude que Jay ressent quand personne d’autre dans sa vie ne sait ou ne comprend vraiment l’horreur qu’elle doit vivre. Il y a toujours assez de symétrie pour rendre la photo agréable à regarder, mais il y a toujours juste assez d’asymétrie pour nous rappeler que quelque chose ne va pas et que nous ne devons jamais baisser la garde. La caméra change également de manière transparente les perspectives, reflétant les regards des personnages. Sans oublier qu’il y a plusieurs longues prises de vue simples et suivies, quelque chose que j’aime, et elles sont toujours très bien exécutées, contribuant à renforcer les sens de tension et de terreur. La photographie est complétée par un excellent éclairage, qui contraste des palettes de couleurs plus vibrantes avec des nuances monochromatiques de blanc, reflétant la façon dont Jay tente de préserver ses idéaux occidentaux de pureté tout en étant toujours hantée par un monstre immortel et imparable. De plus, à mon grand plaisir, les scènes sombres sont correctement éclairées pour que vous puissiez réellement voir tout ce qu’il se passe. Vous pouvez toujours reconnaître que ces moments se déroulent la nuit ou dans des espaces sombres, mais l’utilisation de la silhouette et des ombres par l’éclairage rend les visuels beaucoup plus intéressants et infiniment moins frustrants.

It Follows contourne également l’un des tropes d’horreur à petit budget que je préfère le moins : le scénario qui s’essouffle. Premièrement, le dialogue est plutôt bon, permettant aux personnages d’avoir des conversations qui leur donnent l’impression d’être de vraies personnes, et pour eux d’avoir des motivations de caractère et des actions qui ont vraiment du sens, Jay peut prendre de mauvaises décisions tout au long du film, mais ces décisions ne semblent jamais hors de son caractère et sont plutôt motivées par le désespoir. En outre, combien d’étudiants n’ont pas pris de mauvaises décisions dans des situations extrêmement stressantes ? Deuxièmement, It Follows donne une tournure originale à un trope d’horreur familier : nous connaissons tous la force du mal imparable traquant les personnages principaux, comme nous l’avons vu dans Halloween, Alien, A Nightmare on Elm Street, Terminator, parmi beaucoup d’autres. Ce qu’il fait différemment est qu’il ne donne pas au MSTDemon un visage ou une identité. Le fait est que ça peut être n’importe qui et n’importe où, et ça n’arrêtera jamais de chasser Jay jusqu’à ce qu’elle le transmette, ou jusqu’à ce que ça la tue. Ce concept est à lui seul suffisamment effrayant et intéressant pour mériter qu’un film soit réalisé sur ce thème, et Mitchell fait un excellent travail d’exploration de cette idée dans son scénario.

Troisièmement, le rythme de It Follows est grandiose. Il s’agit d’un film à évolution lente qui ne donne jamais l’impression de traîner en longueur, prenant le temps de se concentrer sur les personnages et sur la photographie afin d’étoffer sa vision sans devenir ennuyeux. Il y a également très peu de sang et de gore, et l’on s’appuie plutôt sur le drame des personnages et les thèmes abordés pour que le public reste investi. Il y a aussi plusieurs grandes séquences où l’on ne sait pas si le MSTDemon approche, construisant de façon magistrale l’anxiété avec des plans inversés et une bande sonore bourdonnante, aboutissant à la catharsis lorsqu’il s’agit d’une fausse alerte, ou à la terreur lorsqu’il s’abat sur Jay, lorsqu’elle ne peut faire confiance à personne, n’importe quel étranger aux manières douces qui s’approche peut signifier la mort de Jay. C’est un film qui prend son temps, mais qui semble toujours avoir un but précis. Enfin, It Follows est rempli de symbolisme. Qu’il s’agisse de l’organiste du cinéma, de la prédominance des vieilles voitures, de la bande-son clairsemée et bourdonnante qui semble avoir été réalisée sur un synthétiseur des années 80 ou de l’affinité de la ville entière pour les vieux films en noir et blanc, le film est chargé d’une imagerie ancienne. Alors que j’ai interprété cela comme indiquant les vues dépassées de la société américaine sur le sexe et l’intimité, il y a beaucoup de discussions sur ce que le décor et le MSTDemon représentent : tout, de la crise du SIDA aux agressions sexuelles. Peut-être, cher lecteur, que le simple fait de lire ce que j’ai écrit jusqu’ici vous a mis des idées de sens caché dans la tête, vous aussi ! Je ne pense pas qu’il y ait une réponse définitive, mais c’est certainement un sujet sur lequel les cinéphiles vont débattre pendant des années.

Je connais des gens qui considèrent It Follows comme l’un des films les plus effrayants qu’ils aient jamais vus. Je ne pense pas que cela soit nécessairement vrai pour moi, mais je peux comprendre que certaines personnes trouvent ce film terrifiant, surtout si vous avez vécu certaines expériences de vie similaires. Indépendamment de la façon dont ce film est subjectivement “effrayant”, je classerais toujours It Follows parmi les meilleurs films d’horreur des années 2010. Il s’agit d’une version originale d’un trope familier, soutenue par des images exquises, et je le recommanderais facilement aux fans d’horreur et aux cinéphiles qui ne regardent pas habituellement le genre.

It Follows disponible en VOD/DVD & Blu-ray.

3
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *