AUJOURD'HUI, LE CINÉMAC'ÉTAIT QUOI LE CINÉMA ? [RETOUR SUR..]EN CE MOMENT AU CINEMA

[RETOUR SUR.. et CRITIQUE] Terrifier & Terrifier 2 – Art pour sang

Terrifier, Damien Leone (2016)

Tard un soir d’Halloween, un mime en proie au meurtre (joué par David Howard Thornton) rôde dans les rues sombres d’une zone industrielle et trouve deux jeunes femmes à terroriser. Il les suit d’abord jusqu’à un café ouvert toute la nuit, où il les dévisage et leur fait peur. Puis il les suit jusqu’à leur voiture, dont il a crevé les pneus, les obligeant à rester immobiles. L’une des filles (ne réalisant pas tout de suite que la menace est proche) se rend dans l’entrepôt voisin pour aller aux toilettes. Elle trouve un dératiseur en train de faire son travail et il accepte de déverrouiller la porte pour qu’elle puisse utiliser les toilettes. Pendant ce temps, au café, le mime massacre le cuisinier et son assistant pour l’avoir jeté dehors plus tôt. Les têtes sont coupées et transformées en citrouilles. Plus tard, le tueur revient sur ses pas, enlève la jeune fille qui attendait dans la voiture, l’emmène à l’entrepôt et la scie de bas en haut (dans la grande scène dégoûtante caractéristique du film) devant l’autre jeune femme, qui est attachée à une chaise et forcée de regarder. La femme attachée s’échappe (brièvement), ce qui donne lieu à une scène de traque et d’abattage. D’autres personnages arrivent à l’entrepôt, rencontrent le clown muet et sont éliminés de manière horrible et déprimante. Voilà qui résume bien les choses.

© Tiberius Film GmbH

Voici le truc : je suis un inconditionnel des bons slasher et autres types de films d’horreur. Je sais reconnaître un bon film quand j’en vois un, mais j’ai aussi pris l’habitude de repérer les films puants, et Terrifier dégage une odeur pestilentielle. Le scénariste et réalisateur Damien Leone a pris un personnage qu’il a créé (le mime) et exploité dans deux précédents films anthologiques (All Hallow’s Eve et All Hallow’s Eve 2) et a façonné un film entier autour de ce type. Ce type est grotesque et me rappelle en quelque sorte The Creeper dans les films Jeeper’s Creepers : il est cruel, inarrêtable, et il est le mal absolu. Mais ce film est empreint de misogynie maladive et sans retenue, qu’il porte allègrement sur lui. Les victimes féminines sont mises à nu, méchamment expédiées, et dans quel but si ce n’est pour plaire aux vers de terre qui prennent plaisir à de telles choses ? C’est dégoûtant.

Le film manque de suspense à tous les égards : certains meurtres sont commis après seulement quelques instants passés avec les personnages, et chaque meurtre est incroyablement horrible et gore. Ce film, censé être un « retour aux années 80 », ne ressemble à aucun film d’horreur des années 80 que j’ai vu ou dont je me souvienne. J’ai tout vu, de Le Mutilateur à Scalps en passant par Maniac et tout ce qui se trouve au-delà et entre les deux, mais Terrifier ne ressemble à rien de cette période. Il ressemble plutôt aux films de torture de la dernière décennie comme Hostel, Saw ou les films indépendants tournés en numérique qui ont surchargé le marché de la vidéo. C’est une œuvre cruelle et laide que je n’ai pas trouvée divertissante ou d’une quelconque valeur, et c’est une plaie pour le genre.

Terrifier de Damien Leone, 1h22, avec David Howard Thornton, Catherine Corcoran, Jenna Kanell – Le 4 janvier 2023 en VOD

Terrifier 2, Damien Leone (2023)

Art le Clown est de retour pour prendre sa place en tant que prochain grand monstre du cinéma. Terrifier 2 injecte des stéroïdes dans le petit film d’horreur qui l’a précédé, pour en faire une épopée slasher. Cette décision audacieuse se traduit par plus de gore, plus de meurtres et plus de frayeurs, mais aussi par l’ajout d’éléments mythologiques et surnaturels qui ne fonctionnent pas vraiment. Il n’y a presque jamais de films d’horreur de plus de deux heures, et celui-ci ne mérite pas cette longueur.

Terrifier 2 est un peu extrême, mais seulement si vous ne savez pas où vous mettez les pieds. Quiconque connaît les précédentes frasques meurtrières d’Art sera préparé au carnage qui s’annonce. Donc, si vous êtes préoccupés par le fait que des gens se sont évanouis lors des projections, demandez-vous simplement s’ils y sont allés à l’aveuglette ou non. Il est vrai qu’il y a des meurtres très violents mais rien de bien méchant au point de nécessiter des soins médicaux. Se déroulant un an après les événements de Terrifier, nous constatons rapidement que le comté de Miles n’est pas encore débarrassé de Art le Clown. Ressuscité, il veut à nouveau faire un carnage pour Halloween. Cette fois, sa cible est Sienna (Lauren LaVera), son frère Jonathan (Elliott Fullam) et ses amis. Art est vivant grâce à une sorte de possession surnaturelle par une jeune femme clown démoniaque, tandis que le père de Sienna lui a laissé une épée aux propriétés mystiques. Il devient vite évident que les deux sont sur une route parallèle.

Alors qu’Art découpe en tranches et en dés les habitants de la ville, y compris ses amis, Sienna n’est d’abord pas au courant. Elle conseille à Jonathan de ne pas se déguiser en Art pour Halloween, mais il a déjà bien entamé son carnage avant de commencer à s’en prendre à elle, à sa famille et à ceux qui lui sont chers. Il s’agit alors de voir si elle est capable de l’arrêter une fois pour toutes. Une fois encore, la vedette est David Howard Thornton dans le rôle de Art. La façon dont Thornton interprète le clown sanguinaire est vraiment unique et troublante. Le silence, ainsi que l’insistance à plaisanter, le rendent vraiment unique. Non seulement Thornton fait d’Art le Clown le prochain grand slasher, mais il est l’un des nouveaux monstres emblématiques du cinéma d’horreur, à mon avis. Le film présente un meilleur jeu d’acteur que le précédent, avec Lauren LaVera, une solide reine du cri. Le reste de l’équipe n’a rien à voir avec le film et sert principalement de victimes potentielles, même si Jenna Kanell, du premier film, fait une apparition dans celui-ci.

© 24 Bilder

Le cinéaste Damien Leone réalise ici son épopée horrifique, et même si certains choix fonctionnent mieux que d’autres, il faut savoir respecter un grand écart. Terrifier 2 ne se repose jamais sur ses lauriers, et fait monter les enchères de toutes les manières possibles. Le gore, qui était déjà assez abouti dans Terrifier grâce à l’expérience de Leone en matière de maquillages en effets spéciaux, est encore meilleur ici. Il en va de même pour la mise en scène, même si son scénario part dans tous les sens. Terrifier était mince et méchant, alors que Terrifier 2 est presque trop d’une bonne chose. Plus il se concentre sur ce qui a fonctionné la dernière fois, plus le film est amusant. Lorsqu’il se plonge dans le surnaturel, le film est beaucoup plus éparpillé et on ressent sa longueur. Il va donc sans dire que ce film n’est pas destiné aux personnes sensibles. Les vétérans de l’horreur se demanderont peut-être pourquoi les personnes qui se sentent mal dans le public s’agitent autant, mais les novices en matière de gore risquent d’être dépassés par les événements. Considérez que c’est à la fois un avertissement pour ceux qui ne sont pas au courant et un réconfort pour ceux qui sont bien préparés.

Terrifier 2 est réservé aux amateurs de gore, mais si vous aimez ça, comme moi, c’est du gore bien fait. C’est une nouvelle franchise qui a beaucoup de potentiel pour l’avenir. Espérons que Leone se concentre davantage sur ce qui rend Art le Clown si efficace, plutôt que d’étendre continuellement la mythologie. Tant qu’Art n’est pas envoyé dans l’espace de sitôt, j’attends le prochain film avec impatience !

Terrifier 2 de Damien Leone, 2h18, avec Lauren LaVera, David Howard Thornton, Jenna Kanell – Au cinéma le 11 janvier 2023

0
0
5.0
L'avis de la rédaction (Terrifier 2)
Summary

Terrifier 2 est réservé aux amateurs de gore, mais si vous aimez ça, comme moi, c'est du gore bien fait. C'est une nouvelle franchise qui a beaucoup de potentiel pour l'avenir. Espérons que Leone se concentre davantage sur ce qui rend Art le Clown si efficace, plutôt que d'étendre continuellement la mythologie.

  • Jeremy Mahieu5
  • Louan Nivesse5
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] JUNG_E – De la grâce près de la crasse

Dès le début, le nouveau film du réalisateur de Dernier train pour...

4
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Mayday – Butler plane

Mayday (ou le bien trouvé Plane en V.O) est le nouveau film...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMA

[CRITIQUE] Retour à Séoul – Découvrir un soi qu’on attend plus

Davy Chou revient avec un portrait intime et imprévisible d’un personnage fictif...

6
AUJOURD'HUI, LE CINÉMAEN CE MOMENT AU CINEMAMADE IN ASIA

[CRITIQUE] Goodbye ! – Un feu d’artifice (sans couleurs)

Parfois, l’intégration d’une histoire sur le passage à l’âge adulte peut être...