[RETOUR SUR..] Dawn of the Dead (2004) – Passer après Georges A. Romero, c’est pas toujours simple.

Bien avant de devenir des réalisateurs importants du genre superhéros, Zack Snyder et James Gunn se sont associés pour refaire le classique culte zombie de George A. Romero, Dawn of the Dead. Leur film d’action-horreur de 2004 a pour objectif de rendre hommage à l’original de 1978 tout en attirant une nouvelle génération de cinéphiles. Pour la plupart, Snyder et Gunn réussissent mais leur interprétation de Dawn of the Dead manque d’humour sournois et de mordant satirique qui a joué un rôle central dans le film de Romero. Néanmoins, c’est loin d’être sans humour et la grande action, le cadre effrayant, et le rythme rapide gardent les choses engageantes.

Le réalisateur Snyder et le scénariste Gunn s’inspirent de l’idée générale du film de 78 et construisent leur propre monde autour de celui-ci. Ils le remplissent avec leur propre groupe de personnages, tous pris dans une éruption virale soudaine qui réanime les morts, les transformant en goules mangeuses de chair enragées. Il conduit une foule de survivants de différents milieux de vie à un centre commercial du Milwaukee où ils se terrent à l’intérieur et attendent d’être secourus. Comme pour la plupart des meilleurs films de zombies, l’histoire tourne autour des gens, leurs vertus et leurs vices, les personnalités en conflit et les conflits interpersonnels. Mais ne vous y trompez pas, il s’agit davantage d’une « ode au genre » que d’une étude sociale plus approfondie et le film a beaucoup de plaisir à jouer dans un territoire zombie familier. Au fil des années, Snyder s’est révélé être un réalisateur visionnaire et un conteur visuel. Dawn of the Dead a été le début de la mise en scène de Snyder et, bien qu’il ne soit pas aussi stylisé que son effort de deuxième année 300, on peut clairement voir les marques du style visuel qui deviendra partie intégrante de sa narration. Dans Dawn of the Dead, il livre plusieurs clichés mémorables et des séquences d’action excitantes à haute énergie. Et bien que ce soit certainement un film d’horreur, je n’appellerais pas son film “effrayant”. Pourtant, il peut obtenir sous votre peau à l’occasion et Snyder n’a pas peur d’éclabousser sur quelques couches de sang.

Le script de Gunn présente une gamme intéressante de personnages qui complètent son histoire. Il ne fait aucun doute que plusieurs d’entre eux sont plus proches d’archétypes qui ne sont guère plus que de la chair de zombies. Mais la plupart apportent leur propre quelque chose à l’histoire, à savoir Sarah Polley en tant qu’infirmière nommée Ana, Ving Rhames en tant que flic nommé Kenneth, Michael de Jake Weber, un vendeur d’électronique, et le gardien de sécurité abrasif du centre commercial de Michael Kelly CJ. Il y a aussi un scénario particulièrement effrayant avec un petit criminel nommé Andre (Mekhi Phifer) et sa femme enceinte Luda (Inna Korobkina). Des personnages qui ne sont pas équitables aussi, Steve de Ty Burrell qui est votre salaud prototypique, par les livres et Monica de Kim Poirier, exploités pour son sex-appeal plutôt que de donner quelque chose de significatif à faire. Il ne faut que quelques minutes pour que les éléments de survie de l’histoire entrent en jeu et cela devient rapidement un film de qui va le faire et qui ne l’est pas. Mais la férocité que Snyder apporte visuellement et conceptuellement s’accompagne d’un niveau d’immersion dont je ne me souvenais pas lorsque j’ai vu Dawn of the Dead pour la première fois. Il est difficile de ne pas être pris dans la tension des circonstances et du contexte. Parlant du décor, une grande partie du film a été tournée dans un centre commercial vacant de 4180m² entièrement rénové en Ontario, au Canada. Le décorateur Andrew Neskoromny et son équipe ont conçu individuellement de nombreux magasins et boutiques, aménagé des aires de stationnement souterraines et même construit une fontaine à l’une des entrées. C’est complètement convaincant jusque dans les moindres détails devenant un terrain de jeu parfait pour un film d’horreur.

Bien qu’il ne soit pas aussi novateur ou provocateur que l’original hautement vénéré de Romero, ce remake de Dawn of the Dead est alimenté par une admiration pour le genre et un style viscéral qui deviendra une signature de Zack Snyder dans les années qui ont suivi. Ce n’est pas subtil avec ses ambitions mais d’une manière cinétique et divertissante c’est une vraie force. Snyder et Gunn, notoires ces jours-ci pour leurs propres raisons individuelles et distinctement uniques, ont clairement offert une ballade faisant un film de zombie qui honore ses prédécesseurs mais joue toujours par ses propres règles. Il n’a pas changé pour toujours le paysage d’horreur de zombie, mais il nous a présenté à un nouveau cinéaste intrigant avec quelques grands projets à l’horizon.

Dawn Of The Dead disponible en DVD/Blu-ray et en (S)VOD.

2
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *