Certains endroits semblent attirer la tristesse. Dans le drame surnaturel australien Sweet River, ces tragédies s’entrelacent, s’entremêlent et s’imbriquent alors même qu’elles divisent toutes les personnes impliquées en fragments. Hanna (Lisa Kay) est brisée bien avant d’être vue pour la première fois se diriger vers la petite ville de Billins, une communauté de canne à sucre au milieu de nulle part avec une histoire amère. Elle soupçonne que son fils a été victime d’un tueur en série qui a vécu et est mort là-bas, mais son corps n’a jamais été retrouvé. C’est pourquoi personne ne peut être trop dur quand elle roule, draguant pour de vieux souvenirs, le cœur brisé, furieuse. C’est pourquoi John (ancien acteur australien Martin Sacks) et Elenore Drake (Genevieve Lemon) l’ont laissée séjourner dans une propriété louée.

L’ancien réalisateur de documentaires de surf Justin McMillan se dirige un peu à l’intérieur des terres pour son premier long métrage narratif. Visuellement, Sweet River est un autre ajout à la tendance récente des horreurs rurales isolées comme The Dark and the Wicked et Relic, de s’appuyer sur des bleus, des gris et des verts mouchetés en sourdine pour les intérieurs et sur des gris tempérés pour le monde extérieur. Si quoi que ce soit, cela pousse cette palette vers de nouveaux extrêmes, devenant presque un peu délavés dans les détails. Pour quiconque s’attend à ce qu’une horreur australienne soit composée d’ocres et d’ombre de l’Outback, les arrière-bois boueux des rivières du Nord et les champs de canne Condong ressembleront davantage à l’horreur américaine du Midwest. Mais la couleur n’est pas au centre : le directeur de la photographie Tim Tregoning met plus l’accent sur la composition que sur la couleur, les ombres traversant les ouvertures, les portes et les pistes à travers les omniprésents champs de canne à sucre. Quelque chose se cache dans Billins, et la quête de fermeture d’Hanna croisera inévitablement son chemin.

Mais alors que des craintes de saut se cachent dans les eaux de Sweet River, il y a peu de sens que Hanna soit en danger. C’est l’horreur du chagrin, de ne pas savoir, de ne pas pouvoir mettre le passé au repos. Il y a des allusions au Confession d’un cannibale de Martin Weisz dans la façon dont l’histoire consiste à reconstruire le passé, comme si le reconstruire pouvait en quelque sorte vous libérer. Le scénario d’Eddie Baroo et Marc Furmie est plus subtil pour dessiner les éléments surnaturels que pour lier la série complexe et pratique d’événements tristes qui relient finalement l’histoire. Pourtant, les performances, plus particulièrement la représentation par Kay du désespoir complètement désemparé de Hanna et Sacks parfait en tant qu’homme épuisé par sa propre douleur, ancrent la tragédie, même si une étrange tranquillité imprègne le cadre.

Sweet River est loin d’être original dans ses thèmes et sa mise en scène, cependant l’entièreté du long-métrage semble si sincère dans ses émotions que l’on ne peut être qu’emporté dans la tristesse qui s’émane de celui-ci. Ce n’est pas ce qui va révolutionner le genre, loin de là, mais c’est le genre de film qui peut continuer à le faire vivre sans user des facilités grand public.

Sweet River est en compétition au 28e Festival international du film fantastique de Gérardmer et n’a pas encore de date de sortie pour la France.

0
0