[CRITIQUE] Slalom – Dire “non” c’est important

Une fois dans un environnement professionnel, beaucoup croient qu’ils ont certains laissez-passer quand il s’agit de la façon dont ils traitent leurs pairs. L’argent, le succès, la réputation sont tous en jeu, de sorte que les voix peuvent s’élever, les humiliations peuvent être administrées et le pouvoir peut être affirmé. Lyz Lopez (Noée Abita), 15 ans, est acceptée dans une académie de ski de compétition, où son entraîneur Fred (joué par Jérémie Renier, volontairement génial) semble excessivement intéressé par son cycle menstruel et tout le reste de son corps. Mais c’est son travail, non ? «Il vous écrase, vous écoutez et vous vous améliorez», dit un autre athlète en formation à Lyz, qui accepte sans conteste les techniques de coaching agressives de Fred : les poudres de protéines, le pincement de graisse, le programme d’entraînement impitoyable.

La manière dont la réalisatrice Charlène Favier saisit la première rencontre privée de Fred avec Lyz Lopez (Noée Abita), 15 ans et prometteuse, préfigure un avenir de tourments et de confusion, même si la froide bureaucratie de la situation est d’abord mise en avant. Lyz entre dans la chambre et Fred lui demande de se déshabiller pour qu’il puisse la peser. Il semble irrité par son hésitation. Il la touche sans permission, s’agrippant à son estomac et lui disant qu’elle a besoin de perdre du poids pour être une championne. Lyz n’y voit pas d’inconvénient, car c’est le prix du succès. Abita imprègne Lyz d’une innocence enfantine, son manque de ruse est en contradiction avec son talent athlétique et sa détermination. Lorsque sa mère déménage à Marseille pour le travail, Lyz est laissée seule à haute altitude, ses notes scolaires commencent à glisser et Fred est là pour profiter de ses fantasmes flous d’adolescente. Même si Lyz n’affiche pas la volonté ou la faim d’une championne, elle finit par en être une, surprenant à la fois Fred et ses collègues de l’équipe avec des visuels qui prouvent qu’elle est heureuse de prendre des risques sur les pistes. Peu de temps après, Fred traite son nouveau talisman un peu différemment. Il est prompt à revendiquer la victoire pour lui-même en tant que maître entraîneur, mais décide également de se rapprocher avec sa charge inexpérimentée.

Dans ses rythmes narratifs conventionnels, Slalom n’est rien si ce n’est horriblement prévisible, car Lyz doit composer avec l’acte de Fred (une sorte de Jekyll et Hyde), car il la rejette et l’insulte d’un souffle, puis la ravisse d’un autre. Même si Fred est dépeint comme un narcissique et un pervers (des trucs assez classiques pour Renier), Favier ne cadre pas Lyz comme une victime passive, et le film prend du temps pour entendre ses justifications pour prolonger ce qui est, du point de vue d’un observateur objectif, une situation profondément traumatisante. La manipulation et l’abus sont-ils vraiment ce qu’il faut pour être gagnant ? Bien que le film récompense un certain niveau d’ambiguïté plutôt que d’aller dans le genre complet et de transformer Fred en un grand méchant loup, il y a une tension dans les moments individuels, plus liée au fait que Lyz doit prendre des décisions de vie à la fraction de seconde pendant que Fred applique la pression. Une séquence où la paire est seule dans le gymnase, baignée symboliquement de lumières rouges, est atroce dans la façon dont elle capture un moment clé et reste ensuite dans la pièce pour documenter ses conséquences déprimantes.

Slalom est, au fond, une étude très réussie et nuancée sur la façon dont la violence peut devenir un sentiment ambiant dans la tête d’un agresseur quand elle se produit dans un certain contexte social. Cependant, là où les deux premiers tiers arrivent à séduire par rapport à tout ce qui est évoqué ci-dessus, je ne peux m’empêcher d’être frustré lorsque le 3ème acte survient et que la dernière réplique clôture le film. Pas si ambigu que cela, Slalom vaut le coup d’être découvert. En tout cas, à la rédaction, on a pas été complètement convaincu. 

Slalom actuellement au cinéma.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *