[CRITIQUE] Si tu me venges… – Les inconnues de la vengeance express

Publicités

Les adolescentes peuvent être de véritables imbéciles. Umm… avant que vous ne me teniez pour responsable de cette déclaration, laissez-moi clarifier les choses – ce n’est pas moi, c’est ce que la réalisatrice Jennifer Kaytin Robinson affirme dans les premières minutes de son deuxième long métrage Si tu me venges…. Un film qui s’ouvre et se clôt sur une fête et qui se délecte de la méchanceté et des comportements psychotiques de cette espèce qu’on appelle les adolescentes, cette comédie noire semble être une rareté. Et bien qu’elle exagère parfois sa propre subversion, il est impossible de ne pas apprécier sa nature tordue, en particulier lorsque vous réalisez à quel point Robinson adapte intelligemment L’Inconnu du Nord-Express d’Hitchcock en le transposant dans une banlieue adolescente peuplée de jeunes gens hypocrites.

La fête qui ouvre ce film nous présente le protagoniste n° 1, la jeune fille populaire Drea (Camila Mendes). Elle a atteint le sommet de ses espérances au lycée, non seulement en faisant partie de la bande populaire, mais aussi en gérant et en gardant les choses intactes afin d’entrer à Yale avec une bourse d’études. Cependant, tous ses rêves s’effondrent lorsqu’elle frappe son petit ami et président de l’école, Max (Austin Abhramas), pour avoir prétendument divulgué sa sex tape. Quoi qu’il en soit, les deux filles se rencontrent dans un cours de tennis et, bien qu’il n’y ait pas d’étincelles au départ, vu qu’elles se situent toutes deux aux extrémités de la société, elles se rapprochent instantanément de l’idée qu’elles partagent d’avoir honte de leur existence et de porter un traumatisme en elles. Eleanor craint que sa tristesse, qu’elle n’a fait que refouler, ne refasse surface parce que son ancienne brute, Carissa (Ava Capri), a lancé une fausse rumeur sur elle au camp d’été et fréquente la même école.

Cr. Kim Simms/Netflix © 2022.
Cr. Kim Simms/Netflix © 2022.

Le reste de Si tu me venges… consiste à ce que les filles fassent équipe pour trouver des informations sur leurs bourreaux respectifs afin de les faire tomber. Ce qui s’ensuit est une satire qui s’efforce d’améliorer son hommage superficiel aux comédies pour adolescents tout en le retravaillant d’une manière véritablement hitchcockienne. Et bien qu’il en fasse un peu trop, jonglant constamment avec des stéréotypes douteux tout en les occultant intelligemment, il s’agit d’une satire bien faite. La longueur exagérée de la narration pose cependant d’autres problèmes. Drea et Eleanor se sont toutes deux vu attribuer des intérêts amoureux – respectivement sous la forme de Russ (Rish Shah) et Gabbi (Talia Ryder). Et si les jeunes acteurs sont agréables à regarder, leurs arcs ne sont pas assez développés pour que nous nous y intéressions ou pour que leur existence soit nécessaire.

Si les vedettes invitées comme Erica (Sophie Turner) et la directrice (Sarah Michelle Gellar) (un joli petit clin d’œil à Sexe intentions) sont joliment interprétées, aucun des autres personnages entourant Drea et Elenor ne laisse vraiment de trace. Ce qui m’amène à la véritable force du film : les rôles fabuleux de Camila Mendes et Maya Hawke. Alors que la fille déséquilibrée, mesquine, contrôlante et manipulatrice de Mendes peut parfois sembler un peu trop forte, la comédienne de Riverdale parvient à lui donner une assise dans quelques séquences où elle baisse sa garde. Maya Hawke, quant à elle, a complètement incarné l’adolescente maladroite et marmonnante de Stranger Things, et ici, elle réussit à aller encore plus loin avec un rôle qui semble avoir été véritablement écrit pour elle.

Publicités
Cr. Kim Simms/Netflix © 2022.

Dans l’ensemble, Si tu me venges… est un film qui se délecte des clichés extrêmes des films pour adolescents. Il en fait la satire et s’attarde sur ses clichés en essayant de les réorganiser pour un public adulte. Bien qu’il n’y parvienne pas nécessairement, parce qu’il est occupé à essayer de justifier les choses qui lui semblent problématiques (en oubliant ce qu’il veut être), il offre un plaisir pervers particulier et je suppose que nous sommes ici pour ce plaisir et rien d’autre.

Note : 3 sur 5.

Si tu me venges… sur Netflix le 16 septembre 2022

Cr. Kim Simms/Netflix © 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *