[CRITIQUE] Shiva Baby – Pire moment en famille, meilleur moment de cinéma

Tout a commencé en 2017 lorsqu’Emma Seligman, alors étudiante en cinéma à l’Université de New York, a écrit et réalisé Shiva Baby dans le cadre de son projet de thèse. Ce court métrage s’est inspiré de deux choses : ses propres expériences précédentes de Shiva et son association avec des étudiants de NYU qui avaient des sugar daddies pour les soutenir. En utilisant ces deux idées, Seligman construit une situation inconfortable mais sombre et divertissante qui en fait un court métrage amusant. Avance rapide jusqu’à trois ans plus tard. Seligman marque son premier long métrage avec une adaptation directe de Shiva Baby : cette nouvelle version connaît actuellement un succès dans les festivals de cinéma, et pour cause. L’exemple de Shiva Baby d’un concept amélioré dans un remake est rarement vu aujourd’hui, mais la réalisatrice Seligman y parvient facilement. Elle préserve non seulement les idées du court métrage original, mais les développe également avec un fort approfondissement des personnages et de l’histoire, créant sans effort l’un des films les plus hilarants et les plus intenses de cette année.

Les choses ne vont pas très bien pour Danielle (Rachel Sennott). Bien qu’elle se soit penchée sur les études de genre après avoir changé plusieurs fois de diplômes et avoir demandé à Sugar Daddy Max (Danny Deferrari) de l’aider avec de l’argent, elle traverse une crise de quart de vie. Après une brève rencontre avec Max, Danielle se rend tard aux funérailles de quelqu’un (« Attends maman, qui est morte? »). Et est rapidement étouffée par les parents et amis indiscrets, y compris ses parents névrosés, tous qui l’interrogent sur ses projets futurs, comme si elle avait un indice. Elle rencontre ensuite son ex-petite amie Maya (Molly Gordon), quelqu’un qui se débrouille bien pour elle-même, qui vient d’entrer à la faculté de droit et qui a réussi les examens finaux. Si l’apparence de Maya n’était pas une bonne raison pour Danielle de passer en mode panique, les choses empirent beaucoup lorsque Max se présente à l’enterrement avec sa femme Kim (Dianna Agron) et leur bébé, dont elle ignorait l’existence. Alors que les choses dégénèrent rapidement et que des secrets sont révélés, ces défis testent Danielle pour affronter ses problèmes et apprendre à enfin prendre position pour elle-même.

Le court-métrage d’origine.

Alors que le court métrage et le long métrage sont pratiquement identiques l’un à l’autre, l’un d’eux ne comprend qu’environ trois scènes. Dans cette fonctionnalité, Seligman a l’occasion de développer davantage ce qu’elle a facilement capturé en dix minutes : démêler le chaos. Avec la caméra portée de manière claustrophobe, Danielle se sent menacée par toutes les personnes dans la pièce, toutes qui lui donnent du fil à retordre à propos de beaucoup de choses, de la manière la plus odieuse et la plus névrotique que l’on puisse trouver lors de rassemblements sociaux. Même la présence de Kim, une belle princesse Shiksa qui possède de nombreuses entreprises, sert d’exemple de tout ce que Danielle n’est pas. Mais peut-être que personne d’autre ne donne un plus grand coup à Danielle que ses propres parents, qui sont tous deux conscients de sa vie sans direction, mais n’aident pas vraiment car ils essaient de la pousser à manger, à avoir l’air chic et à “obtenir un bon diplôme”, ils veulent simplement se vanter de leur fille auprès des invités. Ces conflits ne sont que trop relatables pour le public, mais ils ne sont presque jamais aussi graves que la situation de Danielle, qui jongle avec de nombreuses identités, se cacher de son papa poule, mentant sur ce qu’elle étudie et couvrant les sentiments tacites au sujet de son ex-petite amie.

L’actrice Rachel Sennott n’est pas étrangère au rôle de Danielle, en fait, elle était la star originale du court-métrage 2017, et elle apporte plus cette fois-ci. Dans le long métrage, nous ne voyons pas seulement ce qui se trouve à la surface, mais nous arrivons enfin à vraiment comprendre l’insécurité et la crise de Danielle, et Rachel scelle le personnage avec authenticité… Jackie Hoffman et Fred Melamed se produisent à merveille en tant que parents de Danielle, car ils ressemblent, parlent et se comportent comme les parents arrogants de n’importe qui. L’ajout de Maya ne se trouve pas sur le court métrage, mais en vaut la peine grâce à l’interprétation de Molly Gordon, donnant une idée de la forte amitié ancienne entre Danielle et Maya. Le seul personnage non juif dans la pièce est Kim, joué par Dianne Argon, qui est en fait juive dans la vraie vie, mais qui ne trouve aucun défi à s’écarter de leurs racines et de leur culture pour jouer l’outsider dans le Shiva.

Danielle de Shiva Baby est peut-être juste pour beaucoup, mais elle est simplement une représentation de nombreux millenials qui essaient juste de comprendre les choses, et le cadre de Shiva est juste votre réunion de famille gênante typique. La fonctionnalité aurait pu facilement se sentir surexagérée et éclipser son suspense au bord de votre siège. Heureusement, Emma Seligman contrôle son art. Elle se retient sur la philosophie de se concentrer sur l’absurdité de ces situations, en faisant ressortir l’humour et en refusant de s’écarter de son concept original, ne l’améliorant qu’avec des personnages et casting colorés. Shiva Baby peut être considéré comme une tragi-comédie, une balade pleine de suspens ou juste une comédie diabolique, mais ce sur quoi la plupart s’accordent, c’est que c’est l’un des meilleurs films indépendants de cette année..

Shiva Baby disponible en VOD.

1
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *