LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] On The Line – De la valeur choc pour le plaisir de choquer

Elvis Cooney (Mel Gibson), animateur de radio de choc à minuit, arrive 15 minutes avant l’heure de l’émission – le basculement vers le lendemain marquera également son anniversaire – où la nuit semble dérailler dans On the Line. Un malade mental évadé se présente, prétendant être le Messie et suppliant de passer sur les ondes pour prêcher et faire connaître son retour. Une rivalité s’intensifie entre lui et Justin (Kevin Dillon), qui détient le créneau horaire convoité de 20 heures, tandis que quelqu’un a volé le matériel informatique. Elvis a l’habitude de s’opposer à ses collègues, mais le charme sournois habituel de Mel Gibson joue en sa faveur. Une fois que l’émission de radio commence – assis en face de sa co-animatrice Mary (Alia Seror-O’Neill) et du nouveau venu Dylan (William Moseley), Elvis apparaît rapidement comme un homme relativement divertissant à écouter alors qu’il donne aux auditeurs des conseils sur plusieurs problèmes de la vie. Il y a aussi quelques bizutages mesquins adressés au nouveau pour faire bonne mesure.

Mel Gibson rassemble toutes ces caractéristiques (et d’autres défauts liés à son comportement qui ressortent) pour incarner un personnage fascinant dans un film qui ne mérite pas son talent. Je suis également conscient que certains lecteurs pourraient ne pas être d’accord avec cette évaluation, en fonction de leur niveau d’indulgence pour Mel Gibson en tant qu’être humain, mais croyez-moi quand je dis que On the Line est si malavisé et de si mauvais goût qu’il ne mérite aucun capital star, la seule chose que le film mérite est d’être enterré quelque part où personne ne pourra le trouver. Après quelques conversations normales (mais suffisamment intéressantes pour que l’on se demande si elles ne reviendront pas en jeu plus tard dans le cadre de la narration), Elvis est mis en relation avec un homme dérangé (Paul Spera) qui diffuse des secrets controversés concernant sa vie personnelle et qui ont eu des répercussions sur un proche. Ayant servi en Afghanistan, le psychopathe est également un expert en démolition qui a programmé l’immeuble pour qu’il explose dans 40 minutes.

© Leonine

Le concept d’une prise d’otages dans le cadre d’une émission de radio commence par un suspense modéré, mais au bout de 40 minutes environ, On the Line commence à s’étirer bien au-delà de la portée de son histoire immédiate et de sa vision d’ensemble. Ecrit et réalisé par Romuald Boulanger, le scénario commence à s’insulter lui-même, avec une voix menaçante qui demande qui a eu l’idée d’inventer de telles intrigues pour des films de seconde zone. Certes, il y a des raisons à cela (oh oui, il y a des raisons, et je dois faire preuve de toute ma volonté pour ne pas gâcher le désastre que devient ce film), mais elles ne compensent pas le fait que le scénario devient générique et fade. Les dix dernières minutes, un peu folles, ne suffisent pas non plus à recontextualiser tout cela, car on reste abasourdi par ce que On the Line tente de faire avec ces jeux de conséquences et de cancel culture.

On the Line n’est jamais bon ou fondé sur la logique, mais généralement supportable et amusant, grâce à la présence de Mel Gibson. Pendant ce temps, quiconque a pensé que les révélations seraient proches de fonctionner devrait être mis On The Line pour répondre de leurs crimes cinématographiques. Ils enlèvent toute bonne volonté à ce qu’il y a de louable ici. Et s’il est normal qu’un film sur la radio à sensation se transforme en cinéma à sensation, ce film est abyssal non pas parce qu’il veut aller dans ces endroits, mais plutôt parce qu’il n’y a aucun sens derrière ce que la narration cherche à faire. C’est de la valeur choc pour le plaisir de choquer, ce qui donne un film stupide et scandaleux.

Note : 1 sur 5.

On The Line de Romuald Boulanger, 1h44, avec Mel Gibson, William Moseley, Alia Seror-O’Neill – Sur MyCanal le 12 janvier 2023

0
1
1.0
L'avis de la rédaction
Summary

C'est de la valeur choc pour le plaisir de choquer, ce qui donne un film stupide et scandaleux.

  • Louan Nivesse1
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

4
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] All My Friends Hate Me – Nous aussi on hate you

Si All My Friends Hate Me mérite d’être reconnu pour quelque chose,...

6.3
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] The Pale Blue Eye – Un mystère farfelu

Hostiles avait impressionné à sa sortie, offrant à Christian Bale un rôle...

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] White Noise – Le revirement de l’auteur

Noah Baumbach est l’une des coqueluches de la scène du cinéma indépendant...