[CRITIQUE] Nitram – Silence inconfortable

[CRITIQUE] Nitram – Silence inconfortable

14 mai 2022 0 Par Louan N

Justin Kurzel continue de s’intéresser aux personnages tristement célèbres de notre histoire avec Nitram, un voyage inconfortable aux côtés de l’un des plus célèbres tueurs de masse de l’histoire australienne. La capacité de Kurzel à créer une atmosphère inhospitalière qui ne semble se calmer que dans la douleur n’est pas seulement étouffante, elle est carrément exaspérante. Ce n’est pas le cas du film lui-même, dont la performance centrale et le niveau élevé de tension placent le spectateur dans la peau d’un paria devenu meurtrier et l’incitent à éviter des situations totalement évitables.

De son ouverture à son dernier souffle, Nitram est plongé dans un silence inconfortable. Chaque mot prononcé autour de son personnage central (désigné uniquement par le nom qu’il n’aime pas porter, Nitram) donne l’impression que l’on pique une bête enragée. Interprété par Caleb Landry Jones avec une frustration tranquille et enfantine qui éclate en sauts d’humeur allant de la violence extérieure au dégoût intérieur, Nitram est toujours à deux doigts d’exploser. En sachant que son personnage et les événements qui se déroulent sont basés sur Martin Bryant et le massacre de Port Arthur qui a coûté la vie à 35 personnes, il est difficile de ne pas ressentir ce niveau d’anxiété dans la performance de Jones. Il marche sur une corde raide dans le rôle d’un jeune homme intellectuellement handicapé dont les parents, joués par Judy Davis et Anthony LaPaglia, sont là pour lui physiquement, mais qui, émotionnellement, se trouvent aux prises avec une incapacité à communiquer correctement avec Nitram. Le fait qu’ils l’appellent eux-mêmes par un nom qu’il ne souhaite pas porter ne fait que cimenter cette déconnexion.

Un fou en liberté.

C’est dans la connexion que Nitram trouve avec une ancienne actrice, Helen (Essie Davis), que le décalage que Nitram ressent avec la société est amplifié. Un soutien vers lequel il gravite chaque fois qu’il est frustré, Helen finit par être plus qu’une nouvelle amie, elle est la seule chose qui maintient le jeune homme en vie. Davis et Jones finissent par se distinguer par leurs performances plus excentriques, mais l’ensemble du casting expose une vulnérabilité même lorsqu’il est sur ses gardes et cache sa douleur. Tout le monde est aux prises avec quelque chose de pénible, mais c’est la question de savoir si quelqu’un écoutera et aidera lorsque cela sera révélé qui sera au cœur de toutes les relations entourant Nitram. Pour beaucoup, Nitram sera difficile à regarder. C’est la décision de se concentrer sur un personnage qui est sur le point de commettre une atrocité qui en désavantage plus d’un à s’attacher à Nitram en tant que protagoniste. L’exploit le plus impressionnant est sans doute la capacité de Kurzel à faire comprendre comment une personne peut être amenée à emprunter un chemin aussi sombre tout en maintenant l’accent sur le fait que Nitram est moins un biopic qu’un rappel que ce genre de mal peut encore se produire et qu’il y a une discussion nuancée à avoir qui pourrait empêcher des atrocités comme celle-ci de se reproduire.

Nitram, symbole d’une fissure.

L’affaire Martin Bryant est importante en Australie pour de nombreuses raisons, l’une d’entre elles étant qu’elle a entraîné une profonde réévaluation de la législation du pays en matière de contrôle des armes à feu. Nitram ne traite pas de ce sujet au départ, mais il finit par devenir un élément crucial de l’intrigue. C’est la facilité avec laquelle une personne aux idées noires peut entrer dans un magasin, acheter une arme et ne rencontrer aucun obstacle qui fait de Nitram une expérience plus frustrante. Bien que le film se déroule dans les années 90, il est impossible d’ignorer les problèmes actuels liés au contrôle des armes à feu aux États-Unis (et, comme le film le souligne, les préoccupations actuelles de l’Australie concernant sa législation sur les armes à feu). Le dernier film de Kurzel est sans aucun doute son plus troublant et la façon dont le film porte sa détresse de façon si directe fait de Nitram une expérience inconfortable. Il y a des moments de légèreté, mais c’est la facilité avec laquelle ces moments peuvent être attaqués qui définit le film et souligne la fragilité de son protagoniste.

Caleb Landry Jones livre l’une de ses meilleures performances dans une carrière déjà impressionnante et Kurzel continue d’être l’un des cinéastes australiens les plus fiables, capable d’aborder des sujets controversés avec une certaine empathie.

Note : 3.5 sur 5.

Nitram au cinéma le 11 mai 2022.

0
0