LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] My Policeman – Brasser de l’air avec Styles

Le projet Harry Styles semble se poursuivre à plein régime, puisque l’acteur voit naître son deuxième grand rôle de l’année : My Policeman. Basée sur le roman du même nom de Bethan Roberts, l’histoire se déroule dans deux contextes temporels différents : dans les années 1990, où l’arrivée d’un vieil invalide, Patrick (Rupert Everett), dans la maison de Marion (Gina McKee) et Tom (Linus Roache) déclenche l’exploration d’événements sismiques survenus 40 ans auparavant, dans les années 1950, où la relation passionnée entre Tom et Patrick se dévoile à une époque où l’homosexualité était illégale.

En dépit des critiques des fans du roman, il ne semble pas que le film suscite beaucoup d’intérêt. On a l’impression qu’il vivra ou mourra grâce au soutien de la fanbase de Styles, ce qui, en soi, semble inévitable. La vraie question est de savoir s’il peut trouver un écho auprès du grand public, car cette adaptation du roman est une romance d’époque trop mélodramatique, aussi ennuyeuse et inintéressante qu’un vulgaire cerf-volant.

© Amazon Prime Video

C’est le genre de mauvais film dont il est difficile de parler, car il est tout à fait compétent d’un point de vue technique, avec des plans très bien conçus et des transitions narratives sans faille d’une scène à l’autre qui rendent l’intrigue cohérente, et le son est clair, ce qui rend chaque ligne prononcée facile à comprendre. C’est donc un mauvais film qui n’est pas dû à des éléments particulièrement horribles, incompétents ou dépourvus de qualité, mais plutôt à l’absence absolue de toute qualité réelle ou de mérite qui le rend si pénible, car il ne ressemble pas tellement à un film : mais plutôt à un drame du dimanche après-midi qui se répète constamment à la télévision, un drame à utiliser comme bruit de fond en faisant des tâches ménagères, ou même en écrivant une critique comme celle-ci – je ne l’ai pas fais, j’aurais peut-être dû.

Commençons par le fait que chaque acteur concerné, oui, même Styles, tente d’ajouter de la profondeur émotionnelle à un film complètement dépourvu de sens critique, d’intentions claires et même d’un semblant de but thématique, ce qui rend extrêmement difficile pour quiconque de donner une performance crédible capable de transmettre des émotions là où le scénario rend tout si confus, et si des acteurs chevronnés ont du mal à donner vie à un matériel aussi douloureusement inférieur à la moyenne, il n’est pas étonnant que l’inexpérience de Styles à l’écran soit maladroitement évidente à chaque instant, même la fantastique Emma Corrin se débat pour tenter d’élever le niveau de ces idées sans couleur et sans intérêt.

© Amazon Prime Video

Le fait qu’en dépit de deux versions différentes de chaque personnage, aucun élément de caractérisation n’est ajouté pendant deux heures pour aller au-delà de la surface n’aide pas non plus. Alors que le potentiel est présent compte tenu de l’époque et du conflit intérieur des personnages, la structure du film est un obstacle majeur qui empêche toute émotion plus complexe d’être présentée ou explorée. Tom se bat avec son homosexualité, non seulement à cause de l’époque et des dangers juridiques qui l’accompagnent, mais aussi parce que la société et la culture l’ont manifestement endoctriné à penser que c’est mal ou un péché.

Tom est gay et il est complètement amoureux de Patrick. Marion et lui se marient à un moment donné, mais alors qu’il prétend l’aimer ou du moins lutter contre ses sentiments tout au long du film, nous sommes donc censés éprouver de l’empathie pour un personnage qui se ment à lui-même et entraîne une jeune fille innocente dans une existence artificielle qu’il s’est créée pour être en sécurité, tout en lui mentant pendant des années et des années.

© Amazon Prime Video

Mais le film ne parle pas vraiment de lui, car pendant ce temps, nous suivons un Tom plus âgé qui nourrit une rancune secrète envers Patrick, qui revient dans sa vie des années après leur séparation. La raison de cette rancune ne nous est donnée que dans le dernier tiers du film, et honnêtement, elle n’a pas beaucoup de sens. Le film préfère maintenir les émotions refoulées de Tom secrètes la plupart du temps, et il n’est donc pas si intéressant de se concentrer sur sa personne vieillissante, mais plutôt de suivre l’histoire et les souvenirs de sa femme Marion, qui est au début le personnage le plus intéressant des trois, mais qui se transforme lentement en un autre pseudo-protagoniste détestable.

Enfin, il y a Patrick : le grand amour de Tom qui, sans se mentir sur qui il est et qui il aime, est toujours victime de l’homophobie de l’époque, mais qui se révèle être un véritable adversaire émotionnel de Marion, jouant le rôle d’ami tout au long de leur vie. En fait, Patrick incite et encourage Tom à épouser Marion et à tenter de construire une vie avec elle, où tout est aussi beau que la garde-robe que le jeune couple porte sur les plages de Brighton en été, tout en gardant leur relation secrète derrière son dos.

© Amazon Prime Video

Il se moque même de Marion d’une manière si espiègle que la sympathie que nous éprouvions auparavant pour lui commence à disparaître rapidement, car il est intentionnellement néfaste pour elle, privilégiant continuellement sa relation avec Patrick alors qu’il prétend se soucier d’elle et constatant combien Marion souffre chaque fois que Tom s’enfuit avec lui à Venise ou à un dîner. Patrick est parfaitement conscient de ce que sa présence, et la façon dont Tom le regarde, ont fait subir à Marion et pourtant il continue comme si elle n’était pas affectée, encore un autre personnage qui affirme sans cesse quelque chose mais n’agit jamais en fonction de ses sentiments et motivations supposés.

Tous ces personnages têtus qui sont si contradictoires à regarder sont censés créer une expérience incroyablement frustrante : cependant, le résultat est finalement assez divergeant, car il se trouve qu’il n’y a pas un seul moment d’ennui pendant le déroulement de My Policeman quand on se moque de ce que l’on découvre. Les dialogues sont si incroyablement mielleux qu’il est difficile de croire qu’ils ont reçu le feu vert et ont fait le montage final du film, manquant de tous les éléments nécessaires pour obtenir une prétendue profondeur émotionnelle avec un scénario très médiocre.

© Amazon Prime Video

Les choix du montage sont également incroyablement déroutants, les sauts brusques d’une ligne temporelle à l’autre se révèle être un tissu organique le plus souvent inapproprié, ce qui nous ramène au problème de la perspective : le film tente d’explorer la répression de Tom par le biais de l’interprétation des événements par Marion lorsqu’elle lit le journal de Patrick, qui lui-même présente sa perspective des événements dans les années 50. C’est le genre de désordre total où tout tombe à plat malgré la quantité considérable de pâtes jetées au mur, où rien ne colle, mais où tant de répliques deviennent mémorables, pour toutes les mauvaises raisons : le résultat est une occasion fantastique de rassembler des amis, d’ouvrir quelques bières et de commander des pizzas pour faire l’expérience d’une sottise involontairement risible.

My Policeman est l’équivalent d’un ballon qui se dégonfle pendant deux heures interminables. Les acteurs, pour la plupart compétents, tentent d’élever une histoire sans intérêt, sans conflit ni protagoniste clair, mais échouent. Il n’y a absolument aucune énergie dans les caractérisations ou le drame, ce qui en fait un film fade mais plutôt rigolo.

Note : 1 sur 5.

My Policeman sur Prime Vidéo le 4 novembre 2022.

0
0
Written by
Louan N

Rédacteur chef.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

1
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] On The Line – De la valeur choc pour le plaisir de choquer

Elvis Cooney (Mel Gibson), animateur de radio de choc à minuit, arrive...

4
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] All My Friends Hate Me – Nous aussi on hate you

Si All My Friends Hate Me mérite d’être reconnu pour quelque chose,...

6.3
LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] The Pale Blue Eye – Un mystère farfelu

Hostiles avait impressionné à sa sortie, offrant à Christian Bale un rôle...

LES EXCLUSIVITÉS DU STREAMING

[CRITIQUE] White Noise – Le revirement de l’auteur

Noah Baumbach est l’une des coqueluches de la scène du cinéma indépendant...