[CRITIQUE] Memory House – La définition de la vigueur au cinéma

Le charme de Memory House réside dans la dualité entre le scénario et la réalisation (assurée par João Paulo Miranda Maria) qui ne semble pas nécessairement provenir de la même personne. Alors que le scénario n’adopte pas une approche structurée et souffre de séquences épisodiques, la mise en scène annonce l’une des œuvres les plus originales du cinéma récent. Le discours critique de Miranda Maria est clair, mais comme il n’y a pas de distinction entre le drame psychologique et les éléments du thriller, le problème du film repose beaucoup plus sur les situations que sur une narration commune proprement dite. Cependant, il utilise les dialogues de manière chirurgicale, provoquant ainsi l’impact approprié.

En même temps, avec cette approche de réalisation, nous avons une identité esthétique et une cohérence dans le ton. L’utilisation de certains outils plus classiques pour créer de la tension, comme les travellings et les zooms avant, avec des plans séquences qui unissent l’aspect documentaire et surréaliste, est très bien faite. Miranda Maria établit également très précisément les directives vis-à-vis du casting, une robotisation des relations humaines qui passe par les pièces shakespeariennes et arrive au naturalisme pessimiste d’Ingmar Bergman, Antonio Pitanga faisant preuve d’une puissance croissante qui se traduit par un physique animal et impressionnant pour un acteur de plus de quatre-vingts ans. Les dix premières minutes en particulier contiennent deux séquences iconiques qui méritent pleinement notre attention. La première traite de l’environnement entièrement blanc d’une industrie laitière avec l’exposition d’une lumière extrêmement forte. Dans l’une des meilleures métaphores sur le racisme jamais vues au cinéma, une splendide union entre la photographie et les costumes est évoquée. L’autre est presque un hommage à la scène de l’entretien d’embauche de Shining, déconstruisant l’histoire de l’esclavage au Brésil. La puissance de deux mouvements de caméra transforme le simple en quelque chose de terrifiant et vigoureux.

De manière plus calculée, les vingt premières minutes établissent une atmosphère prometteuse qui se dégrade considérablement dans les cinquante minutes suivantes à cause d’un scénario indécis. Avec la métamorphose progressive du personnage central à travers une violence onirique, le public obtient une accroche nécessaire avec ses vingt dernières minutes servant de catharsis. Toute l’atmosphère de l’œuvre est également établie par un environnement qui embrasse la terreur rurale au lieu de la belle campagne habituelle et aussi par la création de costumes susmentionnée qui joue avec les traditions du nord-est brésilien. Cela contribue à l’unir à la science-fiction en créant une sensation d’intemporalité idéale.

Memory House, malgré un scénario peu concentré, est la définition de la vigueur au cinéma. Par sa mise en scène et ses aspects techniques, il établit João Paulo Miranda Maria comme l’un des réalisateurs les plus passionnants de ces récentes années.

Note : 3.5 sur 5.

Memory House au cinéma le 31 août 2022.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.